Le Mans, Marquez (chute) : « J’ai montré ma vitesse quand je ne suis pas limité physiquement »



Tombé alors qu’il menait le Grand Prix de France, Marc Marquez enrage de « ne pas avoir profité de l’opportunité donnée par la météo ». Mais il se réconforte en observant qu’il était le plus rapide sur le mouillé, quand les problèmes physiques liés à son bras droit encore convalescent sont moins importants. 

Déçu d’être tombé alors qu’il menait : « Nous n’avons pas utilisé l’opportunité que la météo nous apportait et je suis déçu (il savait que la pluie allait l’aider à être compétitif, NDLR). Dès le warm-up c’était difficile de mettre les pneus en température, surtout l’arrière, mais je savais que si j’étais patient, si je restais dans les limites pour les 3-4 premiers tours, ensuite je pourrais faire une bonne course. »

« J’ai chuté à un moment où je ne m’y attendais pas, je ne poussais pas beaucoup, mais c’est comme ça. Les courses flag-to-flag comportent beaucoup de risques, il y a eu beaucoup de chutes aujourd’hui, dont la mienne. »

« Ce qui est bien, c’est que j’ai repris la moto et que j’étais le plus rapide. Je suis en colère contre moi parce que la deuxième chute n’était pas nécessaire. Je pensais plus à d’autres choses, comme la position sur la moto, le pilotage, et non pas aux conditions de piste. Mais dans l’ensemble, le week-end c’est assez positif. »

Rapide sur le mouillé, quand il est moins gêné par son bras : « Comme je le prévoyais, sur le mouillé je n’avais pas de problèmes physiques, j’ai pu piloter comme je le voulais, j’ai été rapide, mais c’est clair que sur le sec j’ai noté certaines limites pendant le week-end. »

« Le bon point est que ce week-end, nous avons montré notre vitesse quand je ne suis pas physiquement limité. C’est vrai que j’ai fait une erreur, mais ça fait partie de mon retour. Aujourd’hui j’ai senti l’opportunité, peut-être que j’ai trop poussé car quand je regarde les chronos d’après-course, en roulant plus lentement je l’avais quand même, la course était là (comprenez, la victoire était là, NDLR). »

La « Marquez-dépendance » de Honda en chiffres

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
S’abonner
Notifier de
6 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Pascal
1 mois il y a

Si il es tombé d’eux fois sa vient pas de sa blessure il en trop fait et voilà

Smitchi 95
1 mois il y a
Reply to  Pascal

Effectivement il a refait un presque jerez

Guillerm francois
1 mois il y a

Bravo Marc la victoire est proche !

Gogo
1 mois il y a

Je pense pas

Robert Docquier
1 mois il y a
Reply to  Gogo

Ce petit toréador friqué humilie le parc des pilotes. J’en suis arrivé à le détester comme bcp.
J’étais à Valence 2015 et je me suis dit: un jour,tu vas payer.

Yves. R
1 mois il y a

Je suis d’accord, il ne pouvait pas continuer comme ça sans se ruiner à un moment ou à un autre… Marc Marquez on l’aime ou on l’aime pas, il n’y a pas de demi mesure et je fais parti de ceux qui ne l’aime pas. Pourtant je suis le premier à admettre qu’il était le plus fort. À ceux qui on crus qu’il allait revenir quelques jours après s’être pété un humerus faut qu’ils arrêtent de croire au père Noël. Il reviendra sûrement à un top niveau et tant mieux pour ceux qui comme moi pensent que pour être le… Lire la suite »