Le Mans, MotoGP : Bastianini fait craquer Bagnaia !



Le Grand Prix de France a été le théâtre du combat des chefs de chez Ducati, et Enea Bastianini était le plus fort. L’Italien s’est imposé pour la troisième fois de l’année au Mans, après avoir fait craquer Francesco Bagnaia. Jack Miller et Aleix Espargaro montent à ses côtés sur le podium. Premier tricolore à l’arrivée, Fabio Quartararo en termine au pied mais conserve les commandes du championnat.

Et de trois. Après 2020 (Danilo Petrucci) et 2021 (Jack Miller), Ducati a décroché ce dimanche sa troisième victoire d’affilée au Mans, cette fois des mains d’Enea Bastianini. Et pour l’obtenir, le champion du monde Moto2 2020 a eu à se battre face à ses frères d’armes, les pilotes officiels Jack Miller et Francesco Bagnaia.

Chauffés par les 110 000 spectateurs (record historique !) venus au circuit Bugatti, les trois hommes verrouillent les premières places d’entrée de jeu, emmenés par Jackass devant Pecco et Bestia. Quelques dixièmes derrière, Alex Rins, Aleix Espargaro et Joan Mir forment rapidement le groupe des poursuivants. Mal parti, Fabio Quartararo ne boucle le premier tour qu’au huitième rang, chahuté par Takaaki Nakagami et Marc Marquez. Johann Zarco est encore plus loin et doit se battre pour rentrer dans le top-10.

Le premier à s’éliminer de la course à la victoire est Alex Rins, qui tire tout-droit à pleine vitesse dans la Dunlop et finit par terre au moment de revenir sur l’asphalte. Son deuxième résultat blanc en deux semaines, lui qui s’était jusqu’alors illustré de par sa régularité. Son coéquipier Joan Mir partira à la faute quelques minutes plus tard, synonyme de premier zéro du Team Suzuki Ecstar depuis Le Mans 2021.

Vainqueur à Losail et Austin, Enea Bastianini s’était imposé en usant de la même stratégie : partir dans le groupe de tête, suivre le rythme, s’économiser puis attaquer en deuxième partie de Grand Prix. Le scénario se répète au Mans, où après un round d’observation derrière les Ducati officielles, il efface Jack Miller à la mi-course, puis revient dans la roue de Francesco Bagnaia.

L’estocade sur Pecco est portée à l’entame du 17e tour, mais le vainqueur du Grand Prix d’Espagne réplique. Il sort finalement large quelques centaines de mètres plus tard, au virage du Garage Vert, et cède sa première place à son adversaire. Avant de perdre l’avant au Raccordement, ce qui anéantit ses espoirs de deuxième succès consécutif. Enea Bastianini est désormais seul en tête et peut foncer vers sa troisième victoire de l’année, cette fois acquise devant Jack Miller. L’Australien enregistre là son meilleur résultat de la saison, sur le circuit où il a obtenu sa dernière victoire en date, un an plus tôt.

Mis sous pression par Fabio Quartararo durant la deuxième partie du Grand Prix, Aleix Espargaro n’a pas craqué et monte sur la troisième marche du podium, son troisième consécutif. Le Français passe à 106 millièmes de la médaille de bronze après n’avoir pu porter une attaque sur son adversaire, qui est également son dauphin au championnat.

Son compatriote Johann Zarco s’offre un top-5 à domicile, après avoir vaincu les pilotes Honda Marc Marquez (sixième) et Takaaki Nakagami (septième). Un résultat qui peut être considéré comme satisfaisant au regard de sa position lointaine – la 9e place sur la grille – et de son départ délicat.

Seul pilote KTM à l’arrivée, Brad Binder (8e) sauve les meubles pour la firme autrichienne. Luca Marini (9e) décroche son premier top-10 de l’année, une petite seconde devant l’Aprilia de Maverick Viñales (10e). Les courses difficiles se suivent et se ressemblent pour Pol Espargaro (11e), lui qui a besoin de bons résultats pour conserver son guidon au HRC.

Marco Bezzecchi (12e) finit meilleur rookie devant son compatriote Fabio di Giannantonio (13e), qui marque ses 3 premiers points en MotoGP. Les dernières unités du jour reviennent à Alex Marquez (14e) et Franco Morbidelli (15e), toujours aussi perdu au guidon de sa Yamaha.

Toujours leader du championnat, Fabio Quartararo voit Aleix Espargaro et Enea Bastianini revenir à 4 et 8 longueurs. Les trois hommes prennent des distances avec les autres pilotes, au bénéfice des chutes survenues en course. Notamment celle d’Alex Rins, quatrième et désormais à 33 points.

.Le Mans (GP de France) – Course MotoGP :

Championnat MotoGP après Le Mans : 1. Fabio Quartararo 102 pts, 2. Aleix Espargaro 98 (-4), 3. Enea Bastianini 94 (-8)… Classement complet

Vous aimez notre travail ? ✪ GP-Inside n’existerait pas sans ses abonnés. Intégralité des articles, version sans pub, concours à chaque GP […] Soutenez-nous pour seulement 2€/mois, abonnez-vous et vivez la saison 2022 au cœur du MotoGP ! Devenir Premium

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

S’abonner
Notification pour
3 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

[…] Le Mans, MotoGP : Bastianini fait craquer Bagnaia ! […]

Denis N.
1 mois il y a

Une belle course, un beau GP, que n’est venue troubler la pluie. Départ animé, voire très animé, puis quelques sorties, ça s’est décanté, puis bien bataillé. Bestia a fort bien joué le coup, tel un renard rusé… Et engrange ! Quartararo, seul, pénalisé en vitesse de 10 km/h face à l’Armée Ducati Zarco – lourdement sanctionné – partait de trop loin Pour se consoler, on va dire que nos pilotes Français ont limité les dégâts, au Championnat. Grosses bévues : Suzuki, et KTM qui a besoin de renouveau, chez Tech 3 par exemple avec un pilote de référence : les… Lire la suite »

[…] Le Mans, MotoGP : Bastianini fait craquer Bagnaia ! […]