Le Mans, MotoGP : Invraisemblable course, incroyable Petrucci !



Danilo Petrucci a remporté un Grand Prix de France 2020 dont personne, absolument personne, n’avait prédit ce qui est arrivé. L’Italien s’impose devant Alex Marquez, exceptionnel pour sa première course sous la pluie, et Pol Espargaro. 

Les modifications du calendrier, causées par l’épidémie de Covid-19, avaient forcé les organisateurs du championnat à décaler le Grand Prix de France au mois d’octobre. Dès l’annonce, tout le monde avait pointé du doigt ce rendez-vous comme l’un des plus indécis, en raison des conditions météorologiques imprévisibles : rouler au Mans au mois d’octobre promettait des courses surprenantes. Et c’est bien ce qu’il s’est passé ce dimanche.

Tout débute pourtant bien, « normalement », avec du soleil sur le circuit Bugatti dimanche matin, pour la course Moto3. Mais les nuages arrivent à l’approche de l’horaire de départ de la course MotoGP. Les pilotes entrent en grille équipés de pneus slicks, avec lesquels ils ne prendront finalement pas le départ : la pluie arrive à 5 minutes de l’extinction des feux, le départ est reporté et tout le monde est renvoyé aux stands pour mettre des pneus pluie.

La hiérarchie des essais libres du vendredi (mouillé/séchant) et du samedi (sec) n’avait rien à voir. De quoi s’attendre à une redistribution complète des cartes avec ces nouvelles conditions de course, notamment pour les pilotes encore inexpérimentés dans ces situations. Parmi eux se trouvent le poleman et leader du championnat, Fabio Quartararo.

Piste sèche ou trempée, cela ne fait pas de différence pour les talents de Jack Miller au départ : l’Australien jaillit de son 2e rang de la grille et vire en tête dans la chicane Dunlop. Une chicane dans laquelle prend fin la course de Valentino Rossi, qui part à la faute pour la troisième fois en trois courses. Sa chute gêne Maverick Viñales et Joan Mir, repartis derniers et condamnés à remonter.

Ducati met immédiatement la main sur la course, avec les excellents départs des pilotes officiels Andrea Dovizioso et Danilo Petrucci derrière Jack Miller. Fabio Quartararo a perdu quelques positions mais ne s’en tire pas trop mal, à une quatrième place qui fait de lui le premier non-Ducatiste du peloton.

Surprenant tout au long du week-end, Danilo Petrucci affiche une confiance et une vitesse encore jamais vues cette année. L’Italien prend les commandes des opérations dès le premier tour, suivi comme son ombre par son coéquipier Andrea Dovizioso et Jack Miller, descendu au troisième rang. Le trio de Desmosedici GP20 creuse un petit écart sur ses poursuivants, Fabio Quartararo en tête.

Mais le Français n’est pas à l’aise dans ces conditions, et dégringole au classement : Pol Espargaro, Alex Rins et Cal Crutchlow reviennent rapidement sur lui dans un premier temps. Viennent ensuite Bradley Smith, Alex Marquez et Miguel Oliveira, reléguant El Diablo à la 10e place. Son dauphin au championnat, Joan Mir, est encore plus loin, 20e après avoir commis une erreur. L’Espagnol est à la poursuite de Franco Morbidelli et Maverick Viñales, tout deux en difficulté.

Le scénario est posé : Danilo Petrucci mène devant Andrea Dovizioso et Jack Miller, avec Alex Rins pointé à un peu plus d’une seconde. Les trajectoires ne sèchent pas suffisamment pour imaginer passer des pneus slicks : la course va se disputer intégralement en pneus pluie. Des conditions piégeuses dont est victime Bradley Smith au 11e tour, alors qu’il se dirigeait vers son premier top-10 de l’année.

Les efforts d’Alex Rins s’avèrent payants : le pilote Suzuki rattrape les leaders à la mi-course et entame un duel avec Jack Miller. Le trio de tête devient un quatuor, tandis que Pol Espargaro et Alex Marquez font aussi le forcing pour les rejoindre. La piste humide continue de faire des victimes : Tito Rabat tombe, Cal Crutchlow et Tito Rabat aussi.

Le round d’observation entre Danilo Petrucci et Andrea Dovizioso prend fin à 9 tours de l’arrivée, avec la première offensive de Dovi sur son coéquipier. Alex Rins tente de mettre tout le monde d’accord au freinage du chemin aux boeufs, mais personne ne veut céder et les quatre pilotes se gênent. De quoi faire les affaires de Pol Espargaro, mais surtout Alex Marquez plus rapide que jamais.

Les surprises continuent de bouleverser ce Grand Prix de France, qui perd alors coup sur coup deux de ses prétendants à la victoire : Jack Miller pour un problème mécanique à 8 tours de l’arrivée, Alex Rins sur une chute à l’entrée de la chicane Dunlop à la boucle suivante. Tout va toujours bien pour Danilo Petrucci, qui se retrouve seul en tête avec plus de 2 secondes d’avance.

Incroyable mais vrai, Alex Marquez est troisième pour sa première course sous la pluie. Et le rookie espagnol ne s’arrête pas là : il attaque et élimine Andrea Dovizioso, en délicatesse avec son pneu arrière. Vous avez bien lu : Alex Marquez passe deuxième à 3 tours de l’arrivée, et roule même plus vite que le leader de la course ! Mais le drapeau à damiers approche et l’écart est encore au-dessus de la seconde.

Danilo Petrucci tient bon et remporte un Grand Prix de France aussi incroyable qu’invraisemblable, 16 mois après sa dernière victoire en MotoGP (Mugello 2019). L’accompagnent sur le podium Alex Marquez, littéralement auteur de la course de sa vie, et Pol Espargaro qui a profité des déboires d’Andrea Dovizioso (quatrième) sur la fin.

Extrêmement rapidement en fin d’épreuve, Johann Zarco arrache le top-5 à Miguel Oliveira dans les derniers instants et repart du Mans avec le meilleur tour en course. Viennent ensuite Takaaki Nakagami (septième) et Stefan Bradl (huitième), lui aussi auteur d’un dimanche surprenant puisqu’il n’avait tout simplement marqué aucun point avant aujourd’hui.

Rattrapé par Maverick Viñales et Joan Mir dans les derniers kilomètres, Fabio Quartararo résiste aux attaques des deux espagnols et sauve une neuvième place à domicile, dans des conditions qui étaient loin de l’avantager. Le Français augmente ainsi son avance sur Joan Mir au championnat (10 points), mais voit Andrea Dovizioso revenir à 18 points. L’Italien profite de son résultat pour prendre la troisième place à Maverick Viñales, qui n’a cependant qu’une unité de moins que lui.

Le Mans (GP de France) – Course MotoGP : 

Championnat MotoGP après Le Mans : 1. Quartararo 115 pts, 2. Mir 105 (-10), 3. Dovizioso 97 (-18), 4. Viñales 96 (-19), 5. Nakagami 81 (-34)… Classement complet ici

Cas positif chez Yamaha, 6 ingénieurs privés du GP de France

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

12
Poster un Commentaire

12 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
0 Auteurs du commentaire
  S’abonner  
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Notifier de

[…] GP de France – Résumé et résultats […]

[…] Le Mans, MotoGP : Invraisemblable course, incroyable Petrucci ! – GP Inside […]

[…] GP de France – Résumé et résultats […]

[…] GP de France – Résumé et résultats […]

[…] courses de sa vie au Mans, où il a terminé deuxième d’une course complètement dingue (lire le récit ici) dont il partait […]

[…] GP de France – Résumé et résultats […]

[…] GP de France – Résumé et résultats […]

[…] GP de France – Résumé et résultats […]

[…] GP de France – Résumé et résultats […]

[…] d’une course du Mans aussi improbable que sensationnelle (lire le récit ici), Danilo Petrucci a prouvé à tout le monde qu’il ne fallait pas l’enterrer trop vite. […]

[…] GP de France – Résumé et résultats […]

[…] GP de France – Résumé et résultats […]