Le Mans, Zarco (5e) : Le podium n’était pas loin !



Johann Zarco a manqué le podium de peu au Grand Prix de France, après être revenu très fort dans les derniers tours. Il repart néanmoins « heureux » du Mans, un top-5 en poche.

Tombé dès le deuxième virage du Grand Prix de Catalogne, Johann Zarco avait besoin de sortir de la spirale négative dans laquelle il se trouvait – en tout cas pour ce qui concernait ses résultats en course. Et quel meilleur lieu pour le faire que le circuit Bugatti du Mans, théâtre de sa course nationale ?

Qualifié neuvième, le Français a vécu deux épreuves dans l’épreuve dimanche : une première, où il a dégringolé au classement ; une deuxième, où il est devenu l’un des hommes les plus rapides en piste. À tel point qu’il est passé de 14e à 5e, place à laquelle il a franchi le drapeau à damiers. Son meilleur résultat depuis la manche de Brno, deux mois plus tôt.

Une bonne partie du destin de sa course s’est jouée dans le choix des pneumatiques. Johann Zarco a opté pour la gamme pluie medium, parce qu’il se savait très rapide avec sur des trajectoires séchantes. Il espérait que cela allait lui permettre de rattraper le retard pris en début de course, où les conditions plus humides avantageaient les pilotes partis avec les pneus tendres.

Malheureusement pour lui, la pluie a refait son apparition en course et il a fallu plus de temps que prévu pour que les trajectoires ne commencent à sécher. Il a donc perdu de nombreuses positions dans les premiers tours, jusqu’à se retrouver 14e. « J’ai eu beaucoup de mal avec le pneu arrière medium, car quand c’était mouillé je ne pouvais pas pencher la moto donc je perdais beaucoup de temps. J’ai perdu l’arrière à de nombreuses reprises, raconte-t-il. J’ai perdu des positions au début mais je ne me suis pas inquiété, car je savais que je pourrais remonter quand ce serait sec. Mais il s’est remis à pleuvoir après six ou sept tours. Pas beaucoup, mais juste assez pour que ça ne sèche pas. »

Les sensations sont finalement venues, et le pilote Ducati a alors commencé à passer en revue les hommes devant lui : Francesco Bagnaia, Aleix Espargaro, Fabio Quartararo, Takaaki Nakagami (…) jusqu’à s’emparer de la 5e place de Miguel Oliveira dans l’avant-dernier virage du Grand Prix. « J’ai commencé à être plus rapide, c’était amusant d’être aussi vite et de rattraper les autres. À la fin, avoir devant moi ce groupe qui se battait presque pour le podium était une bonne motivation, mais il ne restait pas assez de tours pour penser au podium. »

Auteur du meilleur tour en course, Johann Zarco termine à 4,3 secondes du vainqueur et 2,6 secondes du troisième. Il était bien plus rapide qu’eux sur la fin. Le trophée n’était pas si loin que ça. « Avec deux tours de plus j’aurais pu aller chercher le podium. Mais si j’étais parti avec le pneu arrière soft, je n’aurais peut-être pas perdu autant de temps en début de course et j’aurais aussi pu me battre pour le podium, ou peut-être même pour la victoire. Mais avec des ‘si’ on peut refaire le monde, donc c’est comme ça et ça fait une expérience en plus, bonne à prendre. »

Si c’était à refaire, il partirait avec les pneus plus tendres, « pour perdre moins de temps au début. Je pensais que ça allait rapidement sécher et que j’aurais peut-être un avantage avec les deux pneus medium, voire même qu’il faudrait peut-être rentrer au box pour terminer en pneus slicks. Ça n’a pas été le cas ».

Mais l’heure est quand même à la satisfaction, car le tricolore a « frappé les esprits » avec sa remontée et retrouve le top-5 après un enchaînement de résultats décevants (chute & 14e à Spielberg, 15e & 11e à Misano, chute à Barcelone). Il souligne aussi l’obtention de la place de premier pilote indépendant. « De nombreuses raisons d’être heureux du week-end. »

Heureux, aussi, d’avoir retrouvé le public français, autorisé à se rendre sur le circuit Bugatti ce dimanche. Johann Zarco a d’ailleurs pu monter sur le podium pour leur adresser un petit message. « Avec 5 000 personnes je m’attendais à voir des tribunes vides, mais ils étaient tous au même endroit et c’était suffisant pour faire du bruit. C’était bon de les entendre crier sur la grille de départ, et de pouvoir saluer tout le monde à la fin de la course. Je suis impatient de revoir du public car les courses sont plus belles comme ça. »

GP de France – Résumé et résultats

Championnat MotoGP après Le Mans : 1. Quartararo 115 pts, 2. Mir 105 (-10), 3. Dovizioso 97 (-18), 4. Viñales 96 (-19), 5. Nakagami 81 (-34)… Classement complet ici

2021 : Non, l’accrochage Zarco-Dovi n’a pas influencé le choix de Ducati

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

1
Poster un Commentaire

1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
0 Auteurs du commentaire
  S’abonner  
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Notifier de

[…] à l’arrière, Joan Mir a mis du temps à faire chauffer ses gommes et entrer dans le rythme. Comme pour Johann Zarco, sa course s’est divisée en deux parties, la seconde étant celle où les pneus ont mieux […]

Facebook

Applications

Disponible sur Google Play
Disponible sur Apple App Store