Le problème sur la moto de Marquez aurait été résolu au test de Misano



Stefan Bradl affirme que le problème électronique rencontré par Marc Marquez, lors du Grand Prix des Pays-Bas, avait été résolu en amont, lors d’un test effectué à Misano. Mais la solution a été apportée trop tard sur la Honda du pilote espagnol, tombé lors de la deuxième séance d’essais libres.

Le dernier Grand Prix en date, à Assen, fin juin, a été marqué par une chute violente de Marc Marquez. L’arrière de sa Honda RC213V a lâché dans l’enchaînement des virages 10-11, et l’octuple champion du monde est passé par-dessus le guidon. Sa deuxième séance d’essais libres s’est terminée là, dans les graviers.

L’électronique de la moto avait failli, accusait-il alors ce vendredi soir, ajoutant que ce n’était la première fois que cela arrivait. « J’ai regardé les données pour voir si j’avais mal fait quelque chose, et je roulais exactement de la même manière que dans les tours précédents. (…) Je pousse déjà beaucoup le HRC, car nous ne pouvons pas avoir ce genre de chutes. L’électronique est là pour éviter ces chutes, et ce sont des high-sides qui n’arrivent qu’aux pilotes Honda. La chute était similaire à celle de Pol à Portimao, ou la mienne à Jerez en 2020. (…) Il faut comprendre quelque chose pour le futur, et ‘futur’ ne veut pas dire l’an prochain mais cette année, pour avoir plus de sécurité. »

« Quand je dis ‘quelque chose’, je veux dire comprendre comment faire marcher l’électronique pour éviter ces chutes. Si tu chutes car tu vas trop vite ou que tu touches le frein avant, c’est la faute du pilote. Mais quand tu fais la même chose qu’aux autres tours, avec le même angle, et que tu pars en high-side, c’est que quelque chose ne va pas. C’est là où nous devons essayer de comprendre. Nous devons progresser, et pas dans le futur mais pour la prochaine course. On ne peut pas avoir ce genre de chutes si on veut rouler à la limite, car elles vous retirent beaucoup de confiance parce qu’on ne sait pas où on va à nouveau chuter comme ça. »

Vingt-quatre heures plus tard, miracle : Honda avait résolu le problème, et Marc Marquez remerciait son employeur d’avoir réagi vite et bien. Des paroles qui ressemblaient plus à une tentative de remettre les choses en ordre avec le HRC après des déclarations polémiques, tant il semble difficile de trouver une solution à un problème aussi conséquent en aussi peu de temps.

Cependant, le pilote d’essai Honda Stefan Bradl a complété les explications de Marc Marquez à Speedweek. D’après l’Allemand, la clé du problème avait déjà été trouvée lors d’un test privé effectué au circuit de Misano, les 23 et 24 juin. Le Grand Prix des Pays-Bas a débuté le vendredi 25, jour de la chute de Marc Marquez, et la solution n’a été installée sur la Honda RC213V que le lendemain, samedi 26.

« Nous avons eu et résolu ce problème lors du dernier test, les 23-24 juin, à Misano. Mais la mise à jour n’a été mise en place chez Marc à Assen que le samedi, explique-t-il. C’était l’une des choses que nous avions à l’ordre du jour à Misano. Nous avons travaillé là-bas. C’est arrivé à l’équipe Repsol à Assen le samedi. Et ça a marché. »

Assen : Marquez rend Honda responsable de sa chute et demande une réaction

✪ Derniers jours pour profiter de l’offre de lancement Premium ! Soutenez notre travail pour seulement 19,99 €/an, gagnez nos concours, découvrez un média sans pub, accédez à tout notre contenu et donnez à GP-Inside la chance de survivre ! Devenir Premium

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments