Les difficultés de Lorenzo (Honda) vues par ses pairs



Crivillé, Schwantz et Rainey sont confiants dans le fait que Jorge Lorenzo va trouver son chemin chez Honda, lorsqu’il aura pris la mesure de la machine. Et vice-versa.

Blessure hivernale, autre blessure au Qatar (13e), problème au départ en Argentine (12e), abandon sur panne technique au Texas : les débuts de Jorge Lorenzo chez Repsol Honda sont agités. « Je ne suis pas encore au niveau pour affronter Marc ou même Cal. J’ai besoin de plus de kilomètres pour comprendre certaines choses, qui m’aideront à être plus rapide sur la moto », a-t-il récemment déclaré.

Avant d’arriver sur son Grand Prix national, en Espagne, motogp.com a interrogé trois légendes du championnat du monde : l’Espagnol Alex Crivillé (double-champion), les Américains Kevin Schwantz et Wayne Rainey. Et tous montrent une certaine compréhension vis-à-vis de sa situation.

En bon expert, Schwantz souligne que « d’une moto à l’autre, de Yamaha à Ducati, à Honda ou encore à Suzuki, il faut réapprendre le fonctionnement des pneus. Il peut y avoir un pneu qu’on a vraiment aimé l’année dernière avec Ducati, mais avec lequel on n’arrive pas à faire fonctionner la Honda ». Approuvé par Crivillé, qui estime que Lorenzo a besoin « de temps pour comprendre la Honda. Il en a aussi eu besoin avec Ducati ».

Rainey pointe lui le dur labeur qui atteint le HRC, car son pilote de pointe s’appelle Marc Marquez et « il pilote la moto très différemment de Lorenzo. C’est du travail pour l’équipe, qui doit développer une moto qui fonctionne non seulement avec Marquez, mais aussi avec Lorenzo. Et ils n’ont aucune donnée similaire ».

Tous sont en tout cas unanimes : il va y arriver. « Lorenzo est travailleur, il finira par être là », assure Schwantz. « Je suis sûr que Lorenzo reviendra, pourra faire des courses au même niveau que Marquez », espère Crivillé. « Si Honda arrive à apporter des modifications et améliorer les performances de la moto, l’adapter à son style de pilotage, alors il pourra représenter une menace sérieuse », conclut Rainey.

Jorge Lorenzo : « J’ai besoin de plus de kilomètres »

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de