Les points chauds du GP de France



Tous les pilotes ont une bonne raison de briller au Grand Prix de France, mais il n’y a que trois places sur le podium et une seule sur la plus haute marche. Tour d’horizon des enjeux du week-end du Mans.

Ducati, la dynamique infernale

Quatre courses, deux poles, une victoire, sept podiums : la saison 2021 de Ducati est partie du très bon pied, avec plusieurs pilotes capables d’être rapides à chaque week-end de compétition. Le septième doublé de l’histoire de la marque a été signé en Espagne, début mai. Lancés sur ce rythme, les Rouges ne peuvent qu’espérer maintenir la cadence au Mans.

Ducati a peu gagné au circuit Bugatti (une fois grâce à Danilo Petrucci en 2020), mais de bons résultats y sont très souvent obtenus. Il y a eu au moins un pilote sur le podium lors des trois dernières courses ici. Et si la GP21 a bien fonctionné sur le trace sinueux de Jerez, il y a de fortes chances que cela recommence dans la Sarthe. « Par rapport à Jerez il y a moins de virages rapides, un peu plus de ‘stop and go’, et en course il est possible d’embêter les adversaires et utiliser les points forts de la Ducati », explique Johann Zarco.

À domicile, le Français tentera de confirmer les bonnes impressions de son début de championnat, et pourquoi pas aller chercher un gros résultat si les conditions sont délicates – il avait terminé très fort sur le mouillé/séchant en 2020. Mission confirmation, aussi, pour Jack Miller, deux semaines après son retour au sommet à Jerez. Mission confirmation, enfin, pour Francesco Bagnaia, nouveau patron du classement général après sa série de bons résultats (3e, 6e, 2e, 2e). S’il score ce week-end, ce sera la première fois de sa carrière MotoGP qu’il marque des points cinq fois d’affilée.

La revanche de Yamaha

Fin juillet 2020, Yamaha s’était adjugé cinq des six trophées distribués lors des deux courses de Jerez. N’avoir qu’une seule M1 sur le podium en mai 2021, qui plus est sur la dernière marche, fut donc une petite contre-performance. D’autant plus qu’il s’agissait de la moto la plus « vieille », celle de Franco Morbidelli, dont la base date de 2019. Reconquête est donc le mot d’ordre. Reconquête après les événements de Jerez, mais aussi pour ce qu’il s’est récemment passé au Mans ; il n’y a plus eu de victoire Yamaha ici depuis 2017 (Maverick Viñales), et de podium depuis 2018 (Valentino Rossi 3e).

Vaincu à cause de douleurs à l’avant-bras à Jerez (13e), Fabio Quartararo, opéré deux jours après la course, doit mettre cette déconvenue physique derrière lui. Et quel meilleur moyen de le faire qu’en étant « à nouveau rapidement devant » ? Son coéquipier Maverick Viñales a lui besoin de se relancer après une série de trois courses sans le moindre podium, dont deux hors du top-5. L’Espagnol est retombé dans ses travers ces dernières semaines, mais a bouclé le test de Jerez au sommet du classement. À confirmeren France. Dans le box Petronas, Franco Morbidelli va tenter de poursuivre son ascension (18, 12e, 4e, 3e), tandis que Valentino Rossi est dans l’obligation de retrouver le chemin des points après trois résultats blancs consécutifs.

Une réaction chez Suzuki

Quatre Grands Prix viennent de passer, mais la marque qui porte les couronnes des championnats pilotes et équipes ne compte qu’un seul podium, une place de troisième. Ce n’est pas inquiétant, car Alex Rins a montré qu’il avait la vitesse pour rouler devant – chute à Portimao alors qu’il était 2e, chute à Jerez puis rythme compétitif en repartant –, et que Joan Mir suit la stratégie de régularité qui l’a conduit au titre en 2020. Mais est-ce suffisant ?

Pour Joan Mir, prendre à chaque fois les points du 3e, 4e ou 5e est utile, mais ça ne peut marcher qu’en cas d’erreurs de ses adversaires. Or, ceux-ci sont pour l’instant costauds. Le champion du monde doit encore montrer qu’il a ce petit coup de rein supplémentaire, celui qui lui a permis de frôler les 50 % de podiums en 2020 (6 sur 14). Quant à Alex Rins, le premier objectif est clair : franchir l’arrivée pour repartir de l’avant, alors qu’à cause de ses chutes, l’écart avec les leaders est déjà d’une quarantaine de points.

Honda pas à sa place

Un sombre record menace la maison Honda : le nombre de courses consécutives sans aucune victoire. Il a été égalé à Jerez (18) et pourrait être battu au Mans ce week-end. Le panorama actuel n’invite pas à miser sur une victoire du HRC, avec un Marc Marquez toujours en phase de reprise, un Pol Espargaro « un peu perdu » dans le box et un Alex Marquez qui accumule les chutes. Seul Takaaki Nakagami a performé dernièrement, mais le Japonais court toujours après son premier podium en MotoGP.

Le podium, voilà un objectif qui, s’il est atteint, donnerait satisfaction à la marque japonaise. Il n’y en a encore eu aucun en 2021 et seulement deux en 2020, dont un au Mans. Takaaki Nakagami le mériterait, Pol Espargaro aime le circuit Bugatti (où il s’est classé 3e l’an dernier avec la KTM), et pour Marc Marquez, cela dépendra de son état de forme.

KTM doit lancer sa saison

Avec seulement 27 points au compteur, KTM signe un début de saison loin des attentes initiales, qui découlaient d’une campagne 2020 faite de podiums (huit) et de victoires (trois). La RC16 a perdu de sa superbe, Seul Brad Binder a pour l’instant réussi à être compétitif à son guidon, mais tout n’a pas été mis bout à bout pour obtenir un bon résultat – soit de mauvaises qualifications, soit des erreurs en course. Ce dont les Oranges ont besoin pour véritablement lancer leur saison.

Quant à Aprilia, les week-ends du Mans se sont rarement révélés faciles pour Aleix Espargaro (problème moteur en 2017, 9e place en 2018, 12e place en 2019, 14e place en 2020). Il y a pourtant matière à être rapide, ainsi qu’en témoignent les passages en Q2 des éditions 2018 et 2019. L’Aprilia RS-GP n’a jamais été aussi performante, le Catalan vit sa meilleure vie avec et enchaîne les belles prestations. Reste désormais à aller chercher ce premier top-5, et pourquoi pas un premier podium. Cela semble difficile pour ce week-end, mais qui a dit qu’il n’y avait pas de surprises en MotoGP, et surtout au Mans ?

Concours : GP-Inside vous fait gagner le casque de Fabio Quartararo !

Vendredi 14 mai
Moto3, FP1 : 9h – 9h40 en direct sur Canal+ Sport/ Auvio (Belgique)
MotoGP, FP1 : 9h55 – 10h40 en direct sur Canal+ Sport / Auvio (Belgique)
Moto2, FP1 : 10h55 – 11h35 en direct sur Canal+ Sport / Auvio (Belgique)
MotoE, FP1 : 11h50 – 12h20
Northern Talent Cup (NTC), FP1 : 12h35 – 13h05

Moto3, FP2 : 13h15 – 13h55 en direct sur Canal+ Sport / Auvio (Belgique)
MotoGP, FP2 : 14h10 – 14h55 en direct sur Canal+ Sport / Auvio (Belgique)
Moto2, FP2 : 15h10 – 15h50 en direct sur Canal+ Sport / Auvio (Belgique)
NTC, FP2 : 16h05 – 16h35
MotoE, FP2 : 16h50 – 17h20
NTC, QP : 17h35 – 18h05

Samedi 15 mai
Moto3, FP3 : 9h – 9h40 en direct sur Canal+ Sport / Auvio (Belgique)
MotoGP, FP3 : 9h55 – 10h40 en direct sur Canal+ Sport / Auvio (Belgique)
Moto2, FP3 : 10h55 – 11h35 en direct sur Canal+ Sport / Auvio (Belgique)
MotoE, FP3 : 11h50 – 12h20

Moto3, Q1 : 12h35 – 12h50 en direct sur Canal+ Sport / Auvio (Belgique)
Moto3, Q2 : 13h – 13h15 en direct sur Canal+ Sport / Auvio (Belgique)
MotoGP, FP4 : 13h30 – 14h en direct sur Canal+ Sport / Auvio (Belgique)
MotoGP, Q1 : 14h10 – 14h25 en direct sur Canal+ Sport / Auvio (Belgique)
MotoGP, Q2 : 14h35 – 14h50 en direct sur Canal+ Sport / Auvio (Belgique)
Moto2, Q1 : 15h10 – 15h25 en direct sur Canal+ Sport / Auvio (Belgique)
Moto2, Q2 : 15h35 – 15h50 en direct sur Canal+ Sport / Auvio (Belgique)
MotoE, E-Pole : 16h10 – 16h50
NTC, Course 1 (15 tours) : 17h15

Dimanche 16 mai
Moto3, WUP : 8h20 – 8h40 en direct sur Canal+ / Auvio (Belgique)
Moto2, WUP : 8h50 – 9h10 en direct sur Canal+ / Auvio (Belgique)
MotoGP, WUP : 9h20 – 9h40 en direct sur Canal+ / Auvio (Belgique)

MotoE, Course (8 tours) : 10h05 en direct sur Canal+ / Auvio (Belgique)
Moto3, Course (22 tours) : 11h en direct sur Canal+ / Tipik, Auvio (Belgique)
Moto2, Course (25 tours) : 12h20 en direct sur Canal+ / Tipik, Auvio (Belgique)
MotoGP, Course (27 tours) : 14h en direct sur Canal+, C8 / Tipik, Auvio (Belgique)
NTC, Course 2 (15 tours) : 15h30

Championnat avant le GP de France : 1. Bagnaia 66 pts, Quartararo 64 (-2), 3. Viñales 50 (-16), 4. Mir 49 (-17), 5. Zarco 48 (-18)… Classement complet ici

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
S’abonner
Notifier de
2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
4 mois il y a

Enfin la victoire pour zarco 😉

[…] Les points chauds du GP de France […]