Les points chauds du GP du Portugal



Les pilotes MotoGP se rendent à Portimao pour la troisième étape de la saison 2021, cinq mois après y avoir clôturé celle de 2020. Une heure de vérité pour Yamaha, une certaine pression sur KTM, le retour de Marc Marquez : points chauds à suivre ce week-end au Grand Prix du Portugal.

Yamaha, l’heure de vérité
L’équipe Monster Energy Yamaha est repartie du Qatar avec deux victoires en poche, l’une pour Maverick Viñales, l’autre pour son coéquipier Fabio Quartararo. Des succès conquis avec stratégie, où les deux hommes ont fait preuve de maturité et d’une gestion de course méthodique. Meilleur feeling avec le train avant, déficit de vitesse de pointe moins pénalisant en course : tout s’est bien passé pour les Bleus à Losail. À tel point qu’on a du mal à croire que, cinq mois plus tôt, leur saison 2020 s’était achevée dans la tourmante.

Avec Maverick Viñales 11e, Valentino Rossi 12e et Fabio Quartararo 14e, trois des quatre M1 s’étaient trouvées en extrême difficulté à Portimao. Ce Grand Prix du Portugal 2021 est donc l’occasion idéale pour vérifier si, oui ou non, Yamaha a bien fait des progrès cet hiver. Les pilotes n’ont d’ailleurs eu de cesse de le dire : Losail s’est terminé dans la gloire, mais il est  « trop tôt » pour tirer des conclusions. Il faut d’abord valider les acquis sur d’autres circuits.

Une chose est sûre : une bonne prestation de la marque japonaise à Portimao serait de très bon augure pour la suite de la saison, notamment pour des questions de régularité. Cette régularité qui lui a fait défaut en 2020 et, sans doute, coûté le titre.

L’escadron Ducati contre-attaque
Johann Zarco et Francesco Bagnaia à Losail 1, Johann Zarco et Jorge Martin à Losail 2 : quatre des six coupes distribuées au Qatar sont revenues à des pilotes Ducati. La firme italienne a également conquis deux poles et mène le championnat. Les Desmosedici GP21 ont réalisé un envol réussi, sur un tracé qui leur convient et où elles étaient attendues. Mais il y a pourtant deux contre-attaques à suivre au Portugal

La première, c’est celle pour la gagne. Vainqueur grâce à Andrea Dovizioso en 2018 et 2019, Ducati s’est fait détrôner du palmarès du Grand Prix du Qatar par les pilotes Yamaha, et plutôt deux fois qu’une. Un air de revanche flotte à Portimao. Même si, comme le répète Johann Zarco, à choisir, il préfère finir 2e de toutes les courses et être sacré champion du monde, plutôt que gagner une fois puis passer à côté de ses autres rendez-vous.

La deuxième contre-attaque est interne et concerne le Ducati Lenovo Team. Annoncés parmi les favoris au Qatar, les pilotes officiels Francesco Bagnaia (3e/6e) et Jack Miller (9e/9e) se sont fait dominer par ceux du team satellite Pramac, Johann Zarco en tête (2e/2e). Certes, le patron de Ducati Corse, Gigi Dall’Igna, s’en moque, car tout ce qui compte pour lui est que « sa » moto gagne, peu importe la couleur. Mais tout le monde ne partage pas cet avis chez les Rouges.

Oliveira et KTM, une première pression
C’est une première : jamais KTM n’a abordé un Grand Prix en tant que vainqueur de l’édition précédente. Ce sera le cas ce week-end, puisque la firme autrichienne s’est imposée en novembre dernier au Portugal, grâce à un Miguel Oliveira époustouflant (pole, victoire et record du tour). Pour la première fois de sa courte histoire en MotoGP, ne pas voir la KTM sur le podium serait considéré comme une contre-performance.

D’aucuns diraient que ce rendez-vous important n’arrive pas au bon moment. Les Oranges sortent de deux épreuves délicates au Qatar, où la KTM RC16 n’était pas à son aise. Bilan des opérations : quatre pilotes engagés, un seul top-10 et un maigre panier de 14 points récoltés en deux Grands Prix. Mais c’est pour cette même raison que le Portugal arrive justement au bon moment : celui de la relance, du véritable lancement de la saison de KTM.

La contre-performance du Qatar doit être envoyée aux oubliettes. Les pilotes doivent prouver qu’il s’agissait d’un problème de circuit, pas de compétitivité. D’autant plus que KTM a quitté le Moyen-Orient avec du positif dans les bagages, malgré tout : une première qualification en Q2 à Losail (Miguel Oliveira 12e le samedi), et un premier top-10 en course (Brad Binder 8e le dimanche). Pas satisfaisant, mais quand même historiquement élevé pour la marque.

Les promesses d’Espargaro. Des Espargaro
« Je suis parmi les plus rapides », clamait Pol Espargaro après le Grand Prix de Doha, dont il a terminé 13e. Le Catalan, toujours en phase d’adaptation sur la RC213V, est certain de sa vitesse. Il assure que les résultats viendront s’il arrête de commettre des erreurs et met tout bout à bout. Il compte sur le retour de Marc Marquez pour « élever le niveau », et est certain d’avoir plus de choses à montrer que ce que signale la lecture ‘brute’ de ses classements. En bref, des promesses à transformer en résultats ce week-end.

Son frère, Aleix, doit lui confirmer les progrès montrés au Qatar, où il a roulé dans le wagon de tête et sérieusement réduit l’écart avec les leaders. L’Aprilia RS-GP est transformée et fait les beaux jours de sa vie, se plaît-il à dire. Ça s’est vu à Losail, mais il faut désormais chasser les doutes du « c’est arrivé sur un seul circuit », et maintenir le même rythme en Europe. De bonnes performances aideraient aussi Aprilia, qui a besoin de prouver la compétitivité de sa moto pour attirer du monde vers elle en 2022.

La réaction de Petronas
Valentino Rossi 12e et 16e, Franco Morbidelli 18e et 12e : l’équipe Petronas Yamaha SRT est loin de réaliser le même envol qu’en 2020, quand Fabio Quartararo avait remporté les deux premiers Grands Prix de la saison. Rien ne s’est passé comme prévu au Qatar, et les problèmes se sont accumulés des deux côtés du box. Trop d’usure au pneu arrière pour le vétéran italien, un amortisseur arrière « vide » et de mauvaises sensations pour son coéquipier : les objectifs initialement fixés n’ont pas été tenus. Loin de là.

Le Portugal doit leur permettre de prendre un nouveau départ. Les deux hommes ont absolument besoin de rebondir et se rassurer. Franco Morbidelli parce qu’il joue le titre de champion du monde, et ne peut pas se permettre de prendre trop de retard ; Valentino Rossi parce qu’il doit être rapidement compétitif, lui qui n’a que quelques courses pour décider de la suite à donner à sa carrière.

Les rookies, Martin en tête
Jorge Martin a créé la sensation au Grand Prix de Doha, en montant sur la troisième marche du podium après être parti depuis la pole position et avoir mené 18 tours. Certes, passer beaucoup de temps sur le circuit de Losail, où s’est déroulée toute la pré-saison puis deux épreuves, l’a bien aidé à s’adapter. Mais la prestation n’en est pas moins exceptionnelle.

Il sera intéressant de voir comment avance le pilote Pramac au Portugal, sur un nouveau circuit pour lui. S’il est derrière, on le lui pardonnera facilement,car il reste un débutant ; mais s’il est devant alors qu’il n’a jamais roulé là-bas en MotoGP, et qu’il vient à peine d’arriver…

Bien que jeté dans l’ombre à cause des prouesses de Jorge Martin, le deuxième meilleur rookie, Enea Bastianini, a lui aussi réalisé de bons débuts en MotoGP, avec deux places de 10e et 11e. Son directeur sportif, Ruben Xaus, louche déjà sur le groupe de tête, où il espère que son poulain creusera bientôt son tunnel. Luca Marini a eu plus de mal à s’adapter à la catégorie MotoGP, et tentera d’aller décrocher ses premiers points dimanche.

Le retour de Marc Marquez
C’est l’événement du Grand Prix du Portugal : absent depuis juillet 2020, Marc Marquez sera au départ de la course, dimanche. plus de 260 jours après son dernier roulage en MotoGP. Les questions sont nombreuses et se succèdent les unes derrière les autres. Quelles difficultés physiques pour ce retour ? Où se situera-t-il au classement ? Peut-il encore jouer le titre de champion du monde ?

Ces interrogations, GP-Inside a tenté de les percer à jour cette semaine. Mais les véritables réponses seront celles données par la piste, dans les prochaines heures. Là réside la seule vérité de Marc Marquez. Rendez-vous vendredi matin à partir de 10h55 pour y assister.

Portugal : Programme/horaires du GP (ordre inversé !)

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

S’abonner
Notifier de
9 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
1 mois il y a

gay speed dating denver

Les points chauds du GP du Portugal – GP Inside

1 mois il y a
1 mois il y a

denver gay dating https://gaychatrooms.org/

1 mois il y a

gay monster dating sim vn https://freegaychatnew.com/

21 jours il y a

list of gay dating sites https://gaychatgay.com/

gay buddhist dating https://dating-gaym.com/

14 jours il y a

free dadyy gay dating site https://gaydatingcanada.com/

12 jours il y a

is big e dating gay https://gay-singles-dating.com/

12 jours il y a

gay samoan men dating https://gaydatinglosangeles.com/