Les stades rouvrent, bon signal pour le GP de France ?



Jusqu’à 5.000 personnes pourront assister à des matchs de football à partir de ce samedi 11 juillet. De quoi entretenir l’espoir d’avoir du public au Grand Prix de France, en octobre prochain.

Quoi, on parle football sur GP-Inside maintenant ? Attendez, on a une bonne raison de le faire : ça concerne indirectement le Grand Prix moto de France 2020 !

Arrêtés depuis mars, en même temps que les autres sports, les rencontres reprennent ce samedi 11 juillet. Pas de compétitions officielles, mais des matchs amicaux en présence de spectateurs. Deux sont au programme : Chambly contre Boulogne-sur-Mer à 17h, puis Caen face au Paris FC à 18h. Quelques centaines de personnes sont attendues, annonce l’AFP. Il y aura en revanche plusieurs milliers de personnes dimanche au stade Océane, terrain de l’équipe du Havre qui va recevoir celle du Paris Saint-Germain.

Les rassemblements de ce genre sur le territoire français sont limités à 5.000 personnes, et ce sera aussi valable pour les matchs de football. Le club havrais a mis entre 4.000 et 4.500 billets en vente pour l’occasion, se laissant une marge de manoeuvre pour le décompte des joueurs, officiels, organisateurs et journalistes. Ils ont été très rapidement vendus.

En plus du nombre restreint de spectateurs, un protocole sanitaire strict sera suivi par les clubs. Au stade Océane, le port du masque sera obligatoire à l’entrée et lors des déplacements. Un sens de circulation devra être respecté. La distanciation sociale devra être respectée, à l’exception des groupes constitués (exemple : un groupe de 8 amis qui se rendent ensemble au match).

En quoi cela concerne le Grand Prix moto de France ?

Dans cette période d’épidémie de coronavirus, les destins de plusieurs disciplines sont plus ou moins liés. La possibilité de pouvoir recevoir du public sur les événements sportifs dépendra des décisions prises par les autorités gouvernementales. Si 5.000 personnes sont autorisées à remplir les stades de football et que cela se passe sans problème, cela laisse des chances au circuit du Mans de pouvoir recevoir à son tour du public lors du Grand Prix de France, du 9 au 11 octobre prochain.

C’était le message d’espoir passé par Claude Michy, promoteur du Grand Prix de France, en juin dernier : « N’excluons pas l’hypothèse d’envisager la présence de public : dans le cas où les conditions évoluent positivement et si les services de l’Etat autorisent les rassemblements sans contrainte majeure d’ici le mois d’octobre, comme pour d’autres grands événements sportifs (Tour de France, 24 Heures du Mans auto, Roland Garros, reprise du Championnat de France de Football, …) concernés par les mêmes contraintes et positionnés avant le SHARK Helmets Grand Prix de France. »

La Dorna aura aussi son mot à dire dans l’histoire, mais une chose demeure certaine : si des compétitions sportives se déroulent devant du public dans les prochaines semaines en France, c’est de bon augure pour la venue du MotoGP. Recevoir des spectateurs demandera évidemment une certaine organisation – capacité d’accueil limitée, distanciation sociale, mesures sanitaires –, mais gageons que les organisateurs sauront combiner inventivité et sécurité. Le tout restant évidemment dépendant de l’évolution de l’épidémie de coronavirus.

Pour l’heure, les trois premiers Grands Prix de la saison 2020, à Jerez (19 & 26 juillet) puis Brno (9 août), auront lieu à huit clos. Les épreuves d’Autriche et de Styrie, organisées au Red Bull Ring de Spielberg, pourraient être les premières à recevoir du monde dans les gradins.

Une saison 2020 sans public ? Pas sûr

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

1
Poster un Commentaire

1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
0 Auteurs du commentaire
  S’abonner  
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Notifier de

[…] Grand Prix moto de France sera-t-il autorisé à recevoir du public, comme l’espèrent les organisateurs ? Si oui, combien ? La réponse dépendra avant-tout de la décision des […]