Les trois questions du retour de Marc Marquez



Le retour à la compétition de Marc Marquez est l’événement du Grand Prix du Portugal. De nombreuses interrogations accompagnent son arrivée au circuit de Portimao, plus de 260 jours après son dernier roulage en MotoGP. Voici les trois principales.

Est-ce « risqué » ?

A priori, non. Marc Marquez se l’est juré l’été dernier : l’erreur de revenir trop tôt a été commise une fois, au Grand Prix d’Andalousie, et ne sera pas répétée. Tenter le diable en montant sur la Honda RC213V seulement six jours après sa fracture de l’humérus – et quatre jours après l’opération – a conduit à casser la plaque qui avait été insérée dans son bras. De là ont découlé les complications que nous connaissons, avec notamment deux autres opérations, une saison 2020 blanche et deux courses déjà manquées en 2021.

Cette fois, aucun risque n’a été pris. Opéré du bras droit pour la troisième foisle 3 décembre dernier, Marc Marquez a suivi, en parallèle de sa période de récupération, un traitement antibiotique pour soigner une infection. Et chaque chose a été faite avec le temps adéquat. Il n’a repris la moto que mi-mars, plus de trois mois après l’intervention chirurgicale.

S’il l’avait souhaité, le Catalan aurait pu participer aux deux premiers Grands Prix de la saison, au Qatar. Le test médical du jeudi précédant les courses aurait été passé avec succès. Seulement, il a préféré écouter à la lettre les consignes de l’équipe médicale de l’hôpital Ruber International de Madrid, qui lui a conseillé de laisser encore un peu de temps de convalescence à son corps. Cet avis n’était que consultatif, mais il a été suivi par Marc Marquez, qui avait promis de ne revenir qu’à 100 %. Et c’était le plus intelligent à faire.

Il faut donc s’en remettre à cette même équipe médicale pour évaluer la situation. Or, l’examen pratiqué le 9 avril « a révélé une condition clinique très satisfaisante, avec un progrès évident dans le processus de consolidation de l’os. Dans la situation actuelle, Marquez peut reprendre la compétition, avec le risque raisonnable qu’implique son activité sportive ». Feu vert.

Où se situera-t-il ?

C’est la question à un million d’euros. Celle qui n’aura de réponse concrète qu’après un certain temps. Et pas vendredi matin, car une séance d’essais libres sur un tracé où il n’a encore jamais roulé en MotoGP ne suffira certainement pas.

Les pilotes écartés durant quelques temps retrouvent généralement rapidement leur vitesse. Seulement, il ne s’agit là pas de « quelques temps », mais de quasiment neuf mois. Difficile d’établir une règle, car on fonctionne au cas par cas. Certes, Marc Marquez n’a jamais cessé de surprendre depuis le début de sa carrière. Mais il n’avait également jamais été éloigné d’une moto depuis autant de temps depuis qu’il a enfilé un casque pour la première fois.

Physiquement, l’homme est une bête de course, et ses aptitudes ne sont pas à remettre en question. Si la vitesse est là et qu’il ne s’agit « que » d’une question de condition physique, cela reviendra vite. Seulement, entrent en jeu les conséquences psychologiques d’une blessure aussi grave et d’une longue absence. Marc Marquez va-t-il perdre ces fameux dixièmes que la tête n’arrive plus à aller chercher ? Ce ne serait pas une première, et les exemples sont nombreux – parmi les plus récents, Tito Rabat ou Jorge Lorenzo. Ce-dernier invite à la prudence sur les pronostics du cas Marquez, quand ses adversaires s’attendent à le voir rapidement compétitif.

Il y a, enfin, la question du niveau des opposants. Avant de tout perdre au Grand Prix d’Espagne, Marc Marquez dominait le MotoGP de la tête et des épaules – Johann Zarco parle même d’une « leçon ». Seulement, depuis, les autres pilotes ont évolué. Les chronos sont plus rapides que jamais, comme l’ont montré les deux premiers Grands Prix de la saison, et un verrou mental a sauté en l’absence du pilote Honda. Assez pour le terrasser ? Une partie de l’intérêt des prochaines semaines de compétition tient dans ce mystère.

Peut-il être champion du monde 2021 ?

La réponse à cette troisième question dépendra de celle de la seconde. Argumentation en deux temps, donc. D’abord, le oui : oui, Marc Marquez est tout à fait capable de reprendre le titre de champion du monde MotoGP. Ou en tout cas se battre pour. Les écarts avec ses rivaux sont relativement faibles à ce stade du championnat, jusqu’à 40 points sur le leader alors que 425 restent à prendre. Et reprendre 40 points, le Catalan l’a déjà fait.

Oui, donc, mais « oui mais » : cela dépendra du temps qu’il met à se remettre à niveau. S’il est dans le coup pour la gagne d’ici le Grand Prix de France (16 mai), la cinquième des dix-neuf étapes du championnat, Marc Marquez aura ses chances. En revanche, entrer dans l’été en ayant encore un train de retard sur ses adversaires compliquerait sérieusement les choses pour le titre 2021. Car en face, personne ne va l’attendre.

Les chiffres du GP de Doha

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
S’abonner
Notifier de
2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Mezz
29 jours il y a

Il y a également une 4 eme question, à savoir ou se situe la HONDA face au concurrents.

[…] interrogations, GP-Inside a tenté de les percer à jour cette semaine. Mais les véritables réponses seront celles données par la […]