Lorenzo n’aura fait que 174 tours comme essayeur Yamaha



Remplacé par Cal Crutchlow en 2021, Jorge Lorenzo termine son parcours de pilote d’essai Yamaha avec très peu de roulage effectué sur la M1 : quatre jours et seulement 174 tours effectués.

« Cela correspondrait mieux à la réalité si Fabio avait dit : ‘Ce serait bien d’avoir un pilote d’essai qu’ils laissent vraiment rouler…’ » La correction vient de Jorge Lorenzo lui-même, publiée jeudi soir, à la veille du Grand Prix de la Communauté valencienne.

Le Majorquin répondait à un commentaire de Fabio Quartararo au sujet de la possible arrivée de Cal Crutchlow dans le test team Yamaha en 2021. « Cette année, nous n’avons pas fait beaucoup de tours avec le pilote d’essai, donc je pense que ce serait bien d’avoir un pilote qui veut vraiment rouler avec Yamaha, faire beaucoup de tests, et je pense que c’est quelque chose qui manque maintenant », a expliqué le Français.

Des déclarations qui passent mal auprès de Jorge Lorenzo, car il voit derrière le « pilote qui veut vraiment rouler » une remise en question de sa volonté. Or, il ne cesse de le répéter depuis plusieurs mois : il souhaite faire des tests, mais Yamaha ne lui en propose pas. Et ne le met pas dans de bonnes conditions.

De fait, le quintuple champion du monde n’est sorti en piste qu’à quatre prises : le dernier jour du shakedown de Sepang (4 février, 46 tours), le dernier jour du test de Sepang (9 février, 45 tours) et lors des deux sessions du test de Portimao (7-8 octobre, 49 et 34 tours). Soit un maigre bilan de 174 tours au compteur, effectués sur deux circuits et sur une moto vieille d’un an, puisque Yamaha ne lui a confié que le modèle 2019 de la YZR-M1. Autrement dit, Jorge Lorenzo n’a pas servi à grand chose.

La firme japonaise a très peu utilisé son quintuple champion du monde, et justifie cela par des problèmes logistiques en Europe, liés à l’épidémie de Covid-19 et aux restrictions de déplacement. Des explications qui font sens, mais qui ont une limite, car les autres constructeurs japonais ont montré plus d’enthousiasme vis-à-vis de leurs essayeurs européens.

De fait, des essais étaient prévus pour lui en avril au Japon, de même qu’une participation au Grand Prix de Catalogne en juin. Tout a dû être annulé. « Sincèrement, je crois que le Covid-19 nous a fait du mal aux deux, sans ça ça aurait été une année très utile, commentait Jorge Lorenzo fin octobre. Ce qu’il s’est passé c’est qu’ils n’ont pas pu, ou su, m’utiliser. C’est comme si tu es une équipe de football, tu as Messi ou Ronaldo et tu n’en profites pas. »

Les chronos réalisés à Portimao ont été peu concluants – le Majorquin a été le moins rapide de tous les pilotes essayeurs –, mais il l’explique en trois points : il n’était pas assez entraîné car Yamaha lui avait initialement dit qu’il ne ferait plus aucun test en 2020 ; il n’avait pas roulé depuis 8 mois ; l’équipe a été montée autour de lui à la dernière minute.

Ultime signe de la détérioration de leur relation, Jorge Lorenzo n’a pas non plus été appelé pour remplacer Valentino Rossi à Valence, lorsque l’Italien a été touché par le Covid-19. Yamaha a préféré faire venir à Valence l’Américain Garrett Gerloff, pensionnaire du championnat du monde Superbike, en dépit du fait qu’il n’avait aucune expérience en MotoGP. Avant d’annoncer, une semaine plus tard, que Cal Crutchlow prendrait la place de pilote d’essai en 2021.

Lorenzo : « Yamaha n’a pas pu, ou su, m’utiliser »

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

3
Poster un Commentaire

3 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
0 Auteurs du commentaire
  S’abonner  
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Notifier de

[…] Lorenzo n’aura fait que 174 tours comme essayeur Yamaha […]

[…] confirmé la mise à l’écart de Jorge Lorenzo, engagé comme essayeur en 2020 et finalement très peu utilisé. Le Majorquin n’est sorti qu’à Sepang (février) et Portimao (octobre), pour un total […]