Lorenzo sur Quartararo : « Si tu as le talent, le mental et que tu insistes… »



« En MotoGP, il a trouvé une moto qu’il aimait et convenait à son style de pilotage, il a commencé à travailler sur son mental, à être un peu plus concentré, son talent a fonctionné, et il a surpris tout le monde. »

Jorge Lorenzo a fait son retour dans le paddock MotoGP en septembre. Le quintuple champion du monde, qui était notamment au Grand Prix d’Aragon, a serré des mains, commenté en direct à la télévision espagnole DAZN mais aussi donné des interviews.

L’occasion lui a été donnée de revenir sur quelques-unes des actualités du championnat du monde, Parmi elles, il s’est exprimé pour MotoGP.com sur le cas Fabio Quartararo, actuel patron du mondial MotoGP et bien parti pour décrocher le titre en fin de saison.

Rares auraient été ceux à parier sur le Français trois ans plus tôt, quand il se battait pour des tops-10 en Moto2, après un parcours fait de hauts et de bas en Moto3. Mais le talent était là, rappelle Jorge Lorenzo, au bon souvenir des années CEV où Fabio Quartararo triomphait. Il lui fallait simplement être sur la bonne moto au bon moment, avec la bonne méthode de travail et un peu plus d’expérience.

Jorge Lorenzo : « Personne ne s’attendait à voir Fabio aussi compétitif dès le départ, avec Petronas, en 2019. Tout le monde a été surpris car il a eu 3-4 ans où pour certaines raisons, il n’a pas pu être le Fabio que nous savions qu’il était quand il était plus jeune, très prometteur. À 14-15 ans il était la nouvelle future superstar, celui qui allait pouvoir se battre avec Marc. Mais finalement, en Moto3, pour différentes raisons il n’a pas explosé, et tout le monde a oublié Fabio. »

« Mais si tu as le talent, que tu insistes, que tu restes là, que tu as le bon état d’esprit, concentré et mature, finalement tu y arrives. C’est ce qui est arrivé en MotoGP, quand il a trouvé une moto qu’il aimait et convenait à son style de pilotage, qu’il a commencé à travailler sur son mental, à être un peu plus concentré, son talent a fonctionné, et il a surpris tout le monde. »

« Comme pour moi, la Yamaha correspond très bien à son style de pilotage. Un bon pilote comme Maverick, probablement parce que la Yamaha ne convient pas à son style, souffert beaucoup pour rester au niveau de Fabio. Chez Yamaha c’est arrivé à Cal (Crutchlow), Dovizioso, Pol Espargaro ou Ben Spies : ils n’ont pas pu être aussi rapides que Valentino ou moi. »

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
S’abonner
Notification pour
2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Maya
19 jours il y a

Un champion ça roule, et un ancien champion ça parle….C’est à ça qu’on reconnaît Lorenzo.!!!

Kito
19 jours il y a
Répondre à  Maya

Et un rien du tout en moto critique un multi champion