Luca Marini : « Rossi aura toujours une place en MotoGP »



Alors que la saison 2019 se termine, Luca Marini fait le point à Gpone sur ce qui l’attend désormais : le championnat du monde Moto2 2020, et un futur en MotoGP dans quelques années (?).

Auteur d’une deuxième partie de saison 2018 intéressante (plusieurs podiums et une première victoire en Malaisie), Luca Marini était attendu comme l’un des favoris au titre en 2019. Il a déçu, n’obtenant son premier podium de l’année qu’au bout de six courses.

L’Italien s’est régulièrement classé dans le top-10, mais a dû attendre le Grand Prix de Thaïlande (quinzième épreuve de l’année) pour réellement montrer son potentiel. « En 2019 il y a eu plusieurs hauts et bas, et de nombreuses nouveautés comme les pneus et le moteur. Entre autres choses, j’ai commencé la saison en souffrant encore de l’opération subie cet hiver », justifie-t-il.

La conquête du trône Moto2 ? Rendez-vous en 2020. « Cette année nous n’avons pas réussi à remporter le titre, mais nous avons une autre saison pour essayer », lance-t-il. Il sera toujours sur la Kalex du Sky Racing Team VR46. « Je suis dans une grande équipe et je ne peux pas demander plus. »

Pour être champion, Luca Marini compte s’inspirer des hommes auxquels il veut succéder, et donc trouver de la régularité. « Marquez a été capable de faire un bon travail en se montrant régulier, contrairement à nous. C’est la clé qui lui a permis de remporter le titre. Marquez et son équipe ont fait un excellent travail. Nous avons besoin de sa constance, tout comme Bagnaia l’a fait en 2018. »

Certains regards se portent déjà sur 2021, et un éventuel passage en MotoGP après cinq saisons en Moto2. « Difficile à dire. Nous sommes encore en 2019 et je ne peux pas me permettre de regarder trop loin. Je dois me concentrer course par course », indique le demi-frère de Valentino Rossi.

Rouler contre Valentino Rossi, justement, est-ce envisageable ? « Il doit d’abord prolonger, et moi aller en MotoGP. Donc il y a un certain nombre de pièces à assembler. Je ne suis pas pressé d’aller en MotoGP, et je ne ressens pas non plus le besoin d’avoir gagné à tout prix en Moto2 pour faire le saut. »

L’Italien estime qu’il doit gagner sa place, tandis que son demi-frère l’a déjà et a lui à prendre une décision personnelle. « Moi je devrais gagner toutes les courses de mars à juin (rires). Pour Vale ce sera plus facile, car il lui reste à décider de continuer ou pas. Il trouvera toujours une place en MotoGP. Même s’il devait s’arrêter un an ou deux il pourrait revenir », citant ensuite Michael Schumacher (F1) et Michael Jordan (Basket) comme exemples de « légendes » revenues après une pause.

Avoir Luca Marini et Valentino Rossi sur la même grille de départ d’un côté, les frères Marquez de l’autre, et pourquoi pas également les Espargaro. Le MotoGP, une histoire de fratries ! « C’est sans aucun doute un de mes objectifs, voire un rêve. Comme je l’ai déjà dit, il y a d’abord la Moto2, une catégorie que j’aime beaucoup et je veux en tirer le meilleur parti. »

En attendant, ils feront équipe en décembre lors de la course automobile des 12h d’Abu Dhabi. « C’est un événement spécial pour finir la saison, et je suis convaincu que nous allons nous amuser avec Vale et Uccio, se réjouit-il. En plus Uccio s’entraîne tellement pour être en forme (rires). Nous allons essayer de faire le maximum. »

Marini : « Si Honda vous appelle, vous ne pouvez pas dire non ! »

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

2
Poster un Commentaire

1 Fils de commentaires
1 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
  S’abonner  
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Notifier de
fred-bear

Entre marini qui n’avance pas et rossi qui n’avance plus, je vais postuler pour 2021 avec mon frère, ça fera 2 blaireaux de plus sur la grille, on ne dépareillé ra pas finalement

fred-bear

Dépareillera