Mandalika, Quartararo : « Il faut rebondir, on apprend toujours des moments difficiles »



Neuvième au Qatar, Fabio Quartararo espère lancer sa saison 2022 en Indonésie, ce week-end. Il avait été rapide lors du test de pré-saison à Mandalika, circuit qui convient mieux à sa Yamaha que celui de Losail. Mais les travaux effectués sur la piste, la météo ou encore les nouveaux pneus Michelin, placent ce Grand Prix sous le signe de l’incertitude, a-t-il expliqué durant sa conférence de presse.

Neuvième au Qatar : « Je m’attendais à bien mieux au Qatar, mais c’est vrai que nous n’avons pas eu ces trois journées de testing (comme en 2021), et au final nous manquions de grip. Nous avons essayé quelque chose pour la course, la pression du pneu avant a été mauvaise dès le début, donc ça a été assez difficile. Mais on apprend toujours des moments difficiles. Ici nous avons été rapides lors du test, mais un test est complètement différent d’une course, alors on verra. »

« Rebondir » : « C’est dur à comprendre, parce que d’une année à l’autre tu passes de la victoire à la neuvième place. (…) Quand j’ai dit que je voulais tout casser après la course, c’était une blague (rires). J’étais frustré. Notre rythme n’était pas mauvais durant les essais, mais nous n’avons pas franchi de cap en course. Pareil pour le problème de pression du pneu avant : nous avons eu un week-end difficile, et arrive encore une nouvelle chose. Je me sens prêt pour ce week-end en Indonésie, nous devons rebondir et voir quel est notre potentiel sur ce circuit. »

Pas de révolution attendue durant la saison : « La vraie Yamaha est celle du Qatar. Je ne pense pas, et je n’ai rien entendu concernant quelque chose de grandement nouveau à venir ; c’est la vraie Yamaha. »

Deuxième du test en février : « Nous avons fait un bon test, le feeling avec la moto était bon et le rythme aussi. Nous avons les réglages de la boîte, nous connaissons le circuit, mais mais ils ont changé l’allocation des pneus, l’asphalte à certains endroits… Nous ne savons donc pas à quoi s’attendre pour la course. Il sera important de savoir quels pneus nous allons utiliser dès demain, vendredi, et travailler sur les pneus de la course. »

De nouveaux pneumatiques qui rebattent les cartes : « Beaucoup de choses changent, mais surtout les pneus. C’est pourquoi nous devons attendre et comprendre comment ça va aller durant ce Grand Prix. Je crois que cette gomme remonte à 2018, je ne l’ai jamais utilisée et il sera important de voir comment ça va pour nous, mais nous sommes prêts à nous battre et je me donnerai à 100 %. »

Un circuit qui devrait lui convenir, mais un Grand Prix incertain : « Je pense que ce qui nous convient le mieux, c’est quand les lignes droites sont courtes (sourire). Lors du test j’ai fait mon tour chrono dans les dernières minutes du troisième jour, alors que Pol (Espargaro, meilleur temps) l’avait fait le matin, c’était je pense plus difficile. Nous aurons le vendredi et le samedi pour tout comprendre. Il faudra aussi voir les conditions météo. Je ferai de mon mieux pour être là et me battre où nous sentons que nous pouvons nous battre. »

À Mandalika, le baptême de feu de Yamaha

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires