Marc Marquez : « Impossible d’être le Marquez d’avant dès mon retour »



Toujours convalescent, Marc Marquez a annoncé en marge de la présentation du Repsol Honda Team son absence aux essais hivernaux du Qatar (6-7 mars, puis 10-11-12 mars). Il est incertain pour les premiers Grands Prix mais va « prendre le temps dont le corps a besoin » pour guérir de ses blessures au bras droit.

Sans moto depuis le 25 juillet 2020 : « Je n’ai pas fait de moto. Pour la présentation de Repsol Honda je faisais les photos, mais pas la vidéo. Quand la moto bougeait ça n’était pas moi. C’est interdit. Hier j’ai fait du vélo de route, une demi-heure : c’était le temps que m’avait donné le docteur, et je fais les choses quand il me donne le feu vert. »

Une faute collective : « L’erreur ? C’est que je suis remonté sur une moto la semaine qu’il ne fallait pas (le 25 juillet, six jours après sa fracture, NDLR). Il ne fallait pas non plus deux ou trois semaines après à Brno, il serait arrivé pareil, parce que la consolidation du bras aurait aussi été mauvaise. Ce sont des expériences. Nous avons pris la décision tous ensemble et l’erreur vient de nous tous, il ne faut pas mettre la responsabilité sur une personne. Ça a été discuté avec les docteurs, oui, ils m’ont donné un bon retour, oui, ils m’ont dit que je pouvais le faire ; mais combien de fois ce risque a-t-il été pris ? »

« Parfois ça marche et tout le monde en est content, quand ça se passe mal il faut apprendre de l’erreur. J’ai appris que plutôt que revenir le plus tôt possible, parfois c’est mieux d’avoir deux ou trois pistes, s’asseoir calmement et tout considérer, avec différentes opinions. Dans le futur, si je suis à nouveau dans cette situation,ce que je n’espère pas, c’est ce que nous ferons. »

Les tests du Qatar, ce sera sans lui : « Je ne peux pas donner de date exacte (de retour), ce serait mentir. Pour le moment les examens de début février ont été très bons, l’os se consolide bien et c’est le principal Nous avons commencé à augmenter la récupération, ce qui est aussi important, parce qu’il y a des muscles qui ne travaillent pas depuis juillet, surtout au niveau de l’épaule. »

« Je suis toujours optimiste et mon souhait était d’arriver au test de Losail. Ils m’ont dit ‘Oublie le test’, donc je l’oublie. Mon souhait suivant est d’arriver à la première course, fin mars. Au milieu du mois j’ai un examen où on regardera comment est l’os. À partir de là on recommencera à planifier mon agenda. Après le OK du docteur j’aurai besoin de quelques jours pour m’entraîner, être en forme physique, surtout au bras. Pour le corps c’es bon parce que je m’entraîne en cardio, c’est bien, mais il faut une forme physique acceptable au niveau bras pour être en condition de pil ter une MotoGP. Ma pré-saison commencera à la première course que je ferai. »

Un retour échelonné : « Quand je reviendrai en piste, je ne serai pas le Marc Marquez d’avant dès le premier jour. C’est impossible de revenir après neuf mois et être rapide dès le premier tour. Toute chose a un processus. »

« La pression, on se la met seul. Je ne prétends pas non plus arriver et me mettre la pression d’entrée pour gagner la première course, ce n’est pas réaliste. Mon objectif est d’abord de monter sur la moto, puis reprendre du plaisir avec elle. Avec ça, petit à petit, redevenir le Marc d’avant et essayer d’avoir un bon niveau, lutter pour les podiums et les victoires. C’est la pression que je me mets. Honda m’a énormément respecté durant toute l’année 2020 et continue à le faire. Je dois me donner le temps dont mon corps a besoin, mais sans m’endormir. Nous avons un contrat de quatre ans et l’objectif est de gagner durant les quatre années, mais si on ne peut pas, alors gagner les trois suivantes. C’est l’objectif et la tranquillité que me donne Honda. »

Les adversaires le citent parmi les favoris : « Que les rivaux te voient comme un adversaire pour le titre même en étant comme ça, c’est touchant. Mais non, en étant réaliste, le favori doit être un autre, ou d’autres pilotes. Je pourrais dire beaucoup de noms vu les courses de l’an dernier. L’un de ceux qui est obligé de le faire est Joan Mir, parce qu’il a été champion et doit défendre son titre, sinon ce serait une mauvaise année pour lui. Pour le moment ce n’est pas mon combat. Le mien est de monter sur une moto et voir si je peux revenir le plus vite possible. »

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

2
Poster un Commentaire

2 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
0 Auteurs du commentaire
  S’abonner  
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Notifier de

[…] Marc Marquez : « Impossible d’être le Marquez d’avant dès mon retour » […]

[…] Marc Marquez : « Impossible d’être le Marquez d’avant dès mon retour » […]

Facebook

Applications

Disponible sur Google Play
Disponible sur Apple App Store