Marc Marquez : « Je ne m’amuse pas, je souffre »



Plus d’un an après le début de ses ennuis à l’humérus droit, Marc Marquez n’est toujours pas à 100 %. Mais à l’approche du Grand Prix de Grande-Bretagne, il transforme ses difficultés physiques en motivation.

La Grande-Bretagne retrouve son Grand Prix moto ce week-end, après annulation de celui-ci en 2020 à cause de la crise sanitaire. Pour marquer le coup, le prestigieux quotidien The Guardian a introduit l’événement en dialoguant avec Marc Marquez. Un entretien durant lequel l’octuple champion du monde s’est livré sur sa situation depuis sa grave blessure au bras, en juillet 2020.

C’était il y a déjà plus d’un an, et il a fallu de longs mois avant qu’il puisse à nouveau retrouver l’usage de son bras, puis remonter sur une moto. « J’avais peur de ne plus avoir un bras normal, confie-t-il au titre britannique. Il y a un moment, en octobre-novembre, où je ne pouvais pas soulever une bouteille d’eau, je devais m’efforcer pour manger, je ne pouvais pas bouger normalement le bras. J’avais peur. »

Treize mois après la chute, sa convalescence n’est toujours pas terminée, puisque le pilote Honda n’est toujours pas à 100 % de ses moyens. Il dit essayer de dépasser ce handicap en convertissant cette situation en une force et une motivation :

« Ma motivation est plus grande qu’avant parce que c’est la première fois que je traverse un moment très dur dans ma carrière. Dans les moments difficiles, tu dois montrer ton potentiel. Dans les bons tout le monde est content et souriant, dans les difficiles tu dois te battre. La manière la plus simple serait d’arrêter et revenir quand je me sens prêt, dans un an ou deux, mais ce n’est pas mon style. Mon style est d’essayer de souffrir pour progresser et revenir. Et m’amuser sur la moto. Là en ce moment je ne m’amuse pas, je souffre. » 

Son triomphe au Grand Prix d’Allemagne, en juin, ne l’a pas rassasié, comme on a récemment pu le voir sur l’épreuve d’Autriche : Marc Marquez en veut toujours plus. « Les sensations de la victoire me manquent tout le temps. C’est chaque fois comme une drogue, plus tu essaies et plus en veux »

Jouer la victoire à Silverstone, ce week-end, sera difficile au regard de sa situation. « C’est très dur d’accepter que tous les autres sont plus rapides que toi, admet-il, mais tu dois réaliser où tu es, et où tu vas. »

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
S’abonner
Notifier de
5 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Jérôme BRACCINI
1 mois il y a

Si tu souffre, rentre chez toi, mon ami !!

Big patoune
1 mois il y a

C’est pas la mentalité de Marquez, il préfère souffrir et être là que chez lui, c’est un guerrier. Et il prouve qu’il est capable de se battre devant maintenant ça va encore plus le motiver.

Elis Guénotti
1 mois il y a

C’est un combattant, pas question d’abandonner !!

FILIPPO BONIFACIO
1 mois il y a

Le Karma mec!! Tout se paie 1jour..je n’oublierai Jamais le comportement anti sportif contre Rossi il y qq années de cela.. Maintenant ferme ta GUEULE !! Et souffre en silence .. Connard de Marques..

Girault
30 jours il y a

Pfffffffffffffffffff Même si je lui donne pas raison pour 2015 ton commentaire est déplacer