Marini : « De Rossi, on apprend beaucoup »



Luca Marini a réalisé la meilleure saison de sa carrière en 2018. Avec 5 podiums dont 1 victoire et une 7e place au championnat, l’Italien a passé un cap en Moto2.

Tout n’avait pourtant pas bien commencé pour Marini, gêné par une épaule blessée et auteur de plusieurs contre-performances (4 résultats blancs lors des 7 premiers Grands Prix). Les choses sont finalement rentrées dans l’ordre, et il s’est montré parmi les cadors de la catégorie Moto2. Jusqu’à remporter son premier succès à Sepang, en Malaisie.

« J’ai travaillé si dur pour ça, analyse le jeune italien dans La Gazzetta dello Sport. Peut-être que je ne m’attendais pas à de si bons résultats, mais à faire quelque chose de bien, ça oui. Mon problème d’épaule au début de la saison m’a coûté, mais petit à petit je suis revenu. J’ai travaillé dur à la maison et sur la moto, ce qui m’a permis de progresser en tant que pilote et en tant que personne. »

Une opération et un hiver difficile plus tard, Marini devrait être opérationnel pour 2019. Avec les départs de Francesco Bagnaia et Miguel Oliveira, il sera l’un des favoris dans la course au titre. Les premiers essais hivernaux lui ont permis de s’illustrer, au guidon des nouveaux prototypes Triumph. Des prototypes qui lui correspondent, même si beaucoup de choses vont changer.

« Les motos ont plus de potentiel, nous irons plus vite et il faudra changer la façon de piloter : si en Moto2 il fallait privilégier le passage en courbe, là le gain de puissance va augmenter l’importance du freinage et de la sortie de virage, explique le pilote Sky VR46. En un certain sens, en termes de pilotage nous nous approchons du MotoGP .Cela ne peut être que positif pour la catégorie, car cela nous permettra d’être mieux préparés. »

Comme souvent, Marini a été interrogé sur sa relation avec son demi-frère, Valentino Rossi. Et il ne cache rien de l’aide qu’il lui apporte : « Je parle toujours avec Valentino. Il essaie de me faire comprendre les bonnes choses à faire. Il me demande toujours comment ça se passe, il me conseille. Avoir pour frère le pilote le plus expérimenté de tout le paddock est très important. De lui tu peux apprendre beaucoup, simplement en l’écoutant lorsqu’il qu’il parle aux autres pilotes. »

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de