Marquez a cassé sa plaque en ouvrant une fenêtre



Un « accident domestique » est à l’origine de la deuxième opération de l’humérus de Marc Marquez, explique son team-manager, Alberto Puig : l’ouverture d’une fenêtre.

Marc Marquez n’est pas à Brno, pour le Grand Prix de République-Tchèque, ce week-end. Le champion du monde MotoGP sortant ne pourra pas défendre ses chances à cause d’une blessure à l’humérus droit. La plaque qui lui a été insérée le mardi 18 juillet, pour une fracture après sa chute au Grand Prix d’Espagne, a bougé. Il a donc dû subir une nouvelle intervention chirurgicale afin de remédier à la situation. Celle-ci a été effectué lundi 3 août.

Comment se fait-il que la plaque ait ainsi bougé ? Un important « stress » (terme médical) a fragilisé la zone opérée. Ce stress est probablement lié aux activités menées par le pilote Repsol Honda pour participer au Grand Prix d’Andalousie, juste après sa blessure : dizaines de pompes au lendemain de son opération, reprise de la moto quatre jours plus tard.

Cependant, son team-manager, Alberto Puig, affirme que c’est en ouvrant une fenêtre chez lui, à Cervera (Catalogne), que Marc Marquez a senti que sa plaque était cassée : « Lundi, Marc a subi une autre opération de l’humérus du bras droit à cause de sa chute à Jerez. Un brutal accident domestique chez lui, en ouvrant une fenêtre, a été la cause du problème. On a découvert plus tard que la plaque en titane s’était cassée en ouvrant cette fenêtre. C’est probablement un excès de stress dans cette zone qui a rendu cela possible. »

Alberto Puig ne remet pas en cause la responsabilité des docteurs qui ont autorisé son pilote à faire les essais du Grand Prix d’Andalousie. Ni celle de Honda, qui a accepté de le laisser tenter sa chance. « Marc a couru à Jerez en suivant les instructions des médecins et sous leur supervision. Les médecins n’ont jamais pensé que cette plaque pouvait se casser. C’est pourquoi Marc a décidé d’aller à Jerez pour essayer de rouler, et Honda a mis la moto à sa disposition. Autrement, ni lui s’y serait risqué, ni Honda ne lui aurait donné une moto. Les choses se sont passées ainsi et c’est la situation. »

L’Espagnol souligne toutefois que même si la situation est difficile, cela aurait pu être encore pire : « Le seul point positif est que cela s’est passé chez lui et pas ici, à Brno, ou en Autriche sur la moto, car les conséquences auraient été beaucoup plus graves, Désormais, Marc se consacrera à une période de récupération, il étudiera comment sa fracture évolue et le temps nous dira quand il sera prêt à remonter sur la moto. »

Seul un forfait pour le Grand Prix de République-Tchèque (9 août) a pour l’instant été officialisé. Il y a de fortes chances que Marc Marquez manque également les épreuves d’Autriche (16 août) et de Styrie (23 août), sur le Red Bull Ring de Spielberg. Cela repousserait son retour en piste au mois de septembre.

Championnat MotoGP après le GP d’Andalousie : 1. Quartararo 50 pts, 2. Viñales 40 (-10), 3. Dovizioso 26 (-24), 4. Nakagami 19 (-31), 5. P. Espargaro 19 (-31), 6. Rossi 16 (-34), 7. Miller 13 (-37), 8. A. Marquez 12 (-38), 9. Zarco 12 (-38), 10. Morbidelli 11 (-39)… NC. Marquez 0 (-50)

Marquez, réopéré : « Tomber est permis, s’en relever est une obligation »

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

1
Poster un Commentaire

1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
0 Auteurs du commentaire
  S’abonner  
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Notifier de

[…] rupture s’est produite quand Marc Marquez a ouvert une fenêtre chez lui, mais elle a été causée par « un stress important » sur la zone blessée. La reprise […]