Marquez derrière le rêve (1/2) : « Je ne veux pas être sur un circuit sans rouler »



Honda a réalisé une série intitulée « Derrière le rêve », et le premier épisode est dédié à Marc Marquez. L’Espagnol s’est ouvert devant les caméras du HRC, alors que son retour en MotoGP approche à grands pas. GP-Inside a traduit les 8 minutes et 21 secondes de vidéo, puis divisé les déclarations de l’octuple champion du monde en deux parties. Voici la première, accompagnée de la vidéo complète au bas de l’article.

Sa présence au Grand Prix d’Autriche :

Absent du paddock depuis la fin du Grand Prix d’Italie, le dimanche 29 mai, Marc Marquez y a remis les pieds pour la première fois le jeudi 18 août, en Autriche. Et son passage au Red Bull Ring de Spielberg n’avait rien d’une visite touristique. « Je suis arrivé ici dans un autre rôle, avec une autre mentalité, pour essayer d’aider l’équipe et faire mes réunions avec les ingénieurs du HRC », explique-t-il dans la série « Derrière le rêve ».

L’octuple champion du monde n’est cependant pas resté tout le week-end. Il est rentré chez lui, en Espagne, vendredi après-midi. « Parce que je dois continuer ma récupération, et parce que je ne veux pas être sur un circuit sans rouler », confesse-t-il, lui qui a assisté à la première séance d’essais libres depuis le box du Repsol Honda Team et les abords du circuit.

« Quand tu es chez toi, tu as évidemment ce sentiment de vouloir rouler à nouveau, mais tu peux le contrôler. Mais ici, tu entends le bruit des motos, tu vois le team, la moto… Cela te rend nerveux, surtout à l’intérieur, sourit-il. Parce qu’au final c’est ta moto. Elle a un autre numéro, ici le numéro de Stefan Bradl (pilote d’essai Honda qui le remplace durant son absence, NDLR), mais c’est ta moto. »

Les examens médicaux pratiqués quelques jours après le Grand Prix d’Autriche ont permis à Marc Marquez d’obtenir le feu vert pour « intensifier son entraînement ». Cela comprend notamment un retour sur la moto. Son employeur espère qu’il sera en mesure de participer au test de Misano, les 6 et 7 septembre, afin de commencer à travailler sur la version 2023 de la Honda RC213V.

Le « bunker » autour de lui

Plongé dans une situation difficile, après deux années faites de blessures, de forfaits, de retours, de succès et de redescentes, le Catalan révèle l’importance de son entourage, dans ces moments comme sur les Grands Prix en général. « Les personnes qui m’entourent sont les plus importantes. Parce que je suis une personne dont vous pouvez sentir qu’elle est forte, et je peux l’être ou pas selon la situation, mais j’ai besoin d’avoir avec moi des gens. Si pour une raison ou une autre, j’ai des doutes, j’ai besoin de tout partager, que ce soit une bonne ou une mauvaise nouvelle. C’est impossible de tout garder pour toi, tu dois t’exprimer, en parler avec quelqu’un, si tu veux fixer le problème. »

« Mon cercle est comme un bunker, qualifie-t-il. C’est mon bunker. Sur le circuit, quand on parle et que je dis quelque chose de sérieux, ils comprennent que c’est secret. Je peux leur parler de tout et ils peuvent parler avec moi ou contre moi, car je vais comprendre et accepter, parce que nous avons confiance les uns avec les autres. »

Suite et fin demain, dimanche 28 août, avec la deuxième partie. La vidéo en anglais est à retrouver en intégralité ci-dessous.

✪ GP-Inside vous est utile ? Donnez-nous la chance de continuer à l’être en devenant Premium ! Soutenez notre travail, Gagnez nos concours, Accédez à tout notre contenu, Aidez-nous à nous passer de publicité et Renforcez notre indépendance : Devenir Premium

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
S’abonner
Notification pour
2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

[…] première partie est à retrouver en cliquant ici. Pour la vidéo complète en anglais, rendez-vous […]

[…] Marquez derrière le rêve (1/2) : « Je ne veux pas être sur un circuit sans rouler » […]