Marquez en convalescence : « J’avais du mal à lever un verre d’eau »



Près de trois mois après son opération de l’épaule, Marc Marquez se prépare à remonter sur sa Honda RC213V. « Par rapport à l’an dernier, la récupération a été moins douloureuse mais plus difficile. »

De passage au Musée de Cervera, sa commune en Catalogne, pour y présenter une nouvelle exposition, Marc Marquez a pris le temps de revenir sur sa situation physique. Le champion du monde MotoGP, opéré de l’épaule droite le 27 novembre 2019, est toujours en phase de convalescence. Comme l’an dernier, il a passé l’hiver entre repos et rééducation.

Un train de vie fatiguant, à la fois physiquement et psychologiquement, surtout quand le reste des mois est déjà dédié aux saisons sportives. « Les années se font longues, a-t-il reconnu. Quand nous nous sommes réunis avec les docteurs, ils m’ont notamment dit : ‘Tu es prêt psychologiquement ?’ Et je le suis. J’ai annulé mes vacances et tout, mais la priorité est l’épaule, réaliser mes rêves, et cela implique des sacrifices. C’était le mieux à faire. »

Sa récupération, le pilote Honda la décrit comme « peut-être moins douloureuse, mais plus difficile » qu’en 2018-2019. Les nerfs et les muscles qui ont été touchés pendant l’intervention chirurgicale ont affecté la stabilité de son épaule, sur laquelle il travaille en ce moment. « Jusqu’à il y a deux semaines je n’avais aucune force, j’avais du mal à lever un verre d’eau, mais maintenant les nerfs ont commencé à s’activer et le muscle aussi. »

Marc Marquez effectuera son retour en piste le 7 février prochain à Sepang, plus de trois mois après son opération. Il sait d’ores et déjà qu’il n’y sera pas à 100 %. Son but est d’être fin prêt pour le Grand Prix du Qatar, coup d’envoi de la saison 2020. « L’an dernier je suis arrivé juste aux premiers tests, et je crois que cette fois ce sera similaire. Avant l’épiphanie je n’étais pas optimiste, mais maintenant je fais deux heures (de rééducation, NDLR) le matin, deux heures l’après-midi, plus d’autres entraînements, avec l’objectif d’arriver le mieux possible au test de Malaisie. Sans perdre de vue que la première course, au Qatar, est en mars. »

Le Catalan estime cependant que sa convalescence, si elle va retarder son programme de préparation, ne va pas affecter sa saison 2020. « Nous devons d’abord passer la pré-saison, mais je suis sûr que l’épaule ne va me priver de rien. L’an dernier j’ai géré les trois ou quatre premières courses d’une manière différente et peut-être que cette année ce sera la même chose, parce qu’en pré-saison je ne pourrai pas faire les tours que je voudrais faire. Mais je travaillerai avec le kiné et l’équipe pour y arriver. » 

Stay tuned !
Rejoignez-nous sur Facebook, Twitter, Instagram.

Agostini : « Marc va aider son frère Alex »

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de