« Miller n’a pas bien réagi » : Lorenzo commente l’incident avec Mir



Jack Miller n’aurait pas dû être aussi agressif avec Joan Mir et « n’a pas eu une bonne réaction » lors du Grand Prix de Doha, estime Jorge Lorenzo. « Les choses auraient pu très mal se terminer. »

De nombreux sujets sont débattus au lendemain du Grand Prix de Doha. Parmi eux figure en premier lieu l’incident survenu entre Jack Miller et Joan Mir, à la fin du 13e tour, alors que les deux hommes se battaient alors pour la 5e place.

Joan Mir a ravi cette place à Jack Miller grâce à un dépassement incisif dans le virage 10. Mais à la sortie du dernier virage, l’Espagnol a élargi et l’Australien a tenté d’en profiter en passant à l’entrée de la ligne droite, grâce à la puissance de sa Ducati. Seulement, ils se sont également percutés et Joan Mir est légèrement sorti de la piste. Une fois en ligne, Jack Miller a continué en faisant comprendre par des gestes qu’il était énervé contre son rival.

Pour le quintuple champion du monde Jorge Lorenzo, l’attitude de Jack Miller n’a pas été correcte. « À la mi-course est arrivée quelque chose que je n’ai pas aimé entre Miller et Mir. Je n’ai pas aimé comment Miller a géré la situation, parce que c’est sûr que Mir a peut-être été trop agressif (au virage 10), mais je crois que Jack n’a pas eu une bonne réaction dans cette sortie du dernier virage », commente-t-il dans son débriefing du Grand Prix.

« Je l’ai regardé plusieurs fois, il savait parfaitement où était Mir mais il ne s’est pas trop préoccupé de si Mir allait revenir en piste, et il ne s’est pas décalé ou ne lui a pas laissé d’espace. Les deux se sont touchés, ça aurait pu très mal se terminer, et quand ils ont arrêté de se toucher et que chacun est revenu à sa place, est arrivé Viñales et ils se sont presque à nouveau touchés. Grâce à Dieu il ne s’est rien passé, mais à deux reprises les choses auraient pu très mal terminer. »

L’incident a été classé sans suite par la Direction de course, ce qui ne plaît pas à Joan Mir. L’Espagnol estime que son adversaire « a dépassé les limites de la légalité », et qu’il exagère quand il l’accuse de l’avoir touché à trois reprises auparavant.

Jack Miller s’est lui justifié en admettant qu’il était « fatigué de tous les contacts » du pilote Suzuki, mais que ce qu’il s’est passé à ce moment-là a aussi été causé par la sortie de trajectoire de Joan Mir. Ce que ce-dernier ne croit pas : « Aleix Espargaro a fait pareil, je l’ai vu et me suis rapproché de lui, mais pas de là à le toucher ou créer une situation dangereuse. »

Doha : « Miller a dépassé les limites », s’offusque Mir

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments