Mir, la fusée qui préoccupe Crutchlow !



Ce n’était que son premier Grand Prix, mais Joan Mir a marqué les esprits au Qatar. Après avoir passé l’hiver un peu en retrait par rapport aux autres débutants, l’Espagnol s’est délivré à Losail, terminant 8e et meilleur rookie.

Le tout jeune pilote Suzuki, champion du monde de Moto3 en 2017 et fraîchement débarqué de la Moto2, a déjà montré qu’il avait du potentiel. On l’a un temps vu au contact des meilleurs, avant qu’il ne rende peu à peu quelques dixièmes, pour finalement terminer 8e. De bon augure, car l’expérience et l’adaptation à la GSX-RR viendront avec le temps.

Une performance qui interroge les plus grands, à l’image de Cal Crutchlow, arrivé 3e : « On aurait dit un fou furieux au guidon de sa moto, on aurait dit qu’une fusée passait tellement il était rapide. S’il continue à rouler ainsi chaque week-end, il ne tiendra pas la distance bien longtemps, prévient Crutchlow. Il a tout mon respect pour ce qu’il a produit en piste, c’est impressionnant. »

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
S’abonner
Notification pour
4 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Dude
2 années il y a

Il a aussi commencé très fort en Moto2 puis a fini assez anonyme. Il ne faut donc rien conclure sur une course, surtout la première où tout le monde prend ses marques. De plus, 8eme c’est bien, mais les grands champion récents ont tous fait beaucoup mieux pour leur première course, et sur des motos sans doute moins faciles puisque les MotoGP sont chaque année plus dociles. Pour le moment donc pas vraiment de quoi être trop impressionné quand même?

Collibri
2 années il y a
Répondre à  Dude

T as pas du voir le rodéo qu il en fait en qualif! C etait chaud!

fred-bear
2 années il y a
Répondre à  Dude

Champions des motos anti patinage, anti cabrage bref anti tout
Avec une 500 2 temps sans électronique les résultats seraient bien différents, conduire comme un goret ça paie aujourd’hui, avant ça tuait (parfois)

[…] Cal Crutchlow lui-même lui a rendu hommage à l’arrivée, lui déclarant « tout mon respect » : « On aurait dit un fou furieux au guidon de sa moto. S’il continue à rouler ainsi chaque week-end, il ne tiendra pas la distance bien longtemps », prévient le Britannique. (déclaration complète ici) […]