Misano : Le casque anti-racisme de Morbidelli



Franco Morbidelli arbore un casque « Égalité » au Grand Prix de Saint-Marin ce week-end. L’Italien, qui a personnellement souffert de discriminations dans sa vie, s’engage contre le racisme.

Un casque au design spécial et un message à faire passer : Franco Morbidelli a dévoilé samedi la nouvelle décoration du AGV qu’il portera pendant son Grand Prix national, ce week-end, sur le Misano World Circuit Marco Simoncelli.

Le pilote italien y est représenté sur la partie centrale, grimé en Mister Señor Love Daddy. Il s’agit d’un personnage joué par Samuel L. Jackson dans le célèbre film américain Do The Right Thing, réalisé par Spike Lee et sorti en 1989. Il met notamment en scène les tensions communautaires et sociales dans le quartier de Bedford-Styvesant, à Brooklyn, et fait écho aux mouvements qui luttaient pour l’égalité et la justice sociale des afro-américains.

Le choix du pilote italien n’est pas anodin, dans une période où de nombreux incidents – en particulier des morts de personnes noires causées par des policiers aux États-Unis – ont galvanisé les tensions, remettant au premier plan le mouvement Black Lives Matter (« Les vies noires comptent »). On peut d’ailleurs lire le mot « Égalité » écrit dans une dizaine de langues différentes derrière le casque de Franco Morbidelli.

« Je voulais aborder un gros problème et un sujet important : le racisme, a-t-il expliqué en conférence de presse. Nous essayons aussi de proposer un beau spectacle au public, les faire se sentir bien, donc je voulais traiter le sujet avec un peu de légèreté. Il y a un film de Spike Lee appelé Do The Right Thing, qui traite ce sujet de la bonne manière, et je vous le conseille. Il y a un personnage qui, à un moment, dit : ‘Arrêtez toute cette merde, arrêtez de vous haïr les uns les autres’. J’ai décidé de me mettre dans ses baskets et de me reproduire sur le casque. Je voulais aussi envoyer un message d’égalité dans différentes langues, parce que c’est l’une des choses les plus importantes à souligner. Nous sommes tous les mêmes, et le virus nous l’a rappelé d’une bien triste manière. »

Le sujet du racisme touche d’autant plus Franco Morbidelli qu’il en a souffert à Rome, en Italie. Du sang brésilien coule dans ses veines et, s’il n’est pas noir de peau, son teint mate lui a valu des discriminations dans sa jeunesse.

GP de Saint-Marin : programme/horaires TV

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de