Misano, Marquez (4e) : Antidouleur, réalisme et satisfaction



Vainqueur de son duel face à Jack Miller et Joan Mir, Marc Marquez a terminé son Grand Prix de Saint-Marin au pied du podium (4e). Il s’en satisfait, lucide quant à sa situation physique personnelle et l’écart qui reste à combler avec ses adversaires. Il a une nouvelle fois fait la course avec anti-inflammatoire et antidouleur pour ne pas trop souffrir de son épaule.

Quatrième place et lucidité : « Quand tu es dans une situation difficile, la première chose à faire est de le comprendre et être réaliste sur ta position, ne pas vouloir voir plus de ce que tu peux viser. La deuxième est d’avoir des objectifs réalistes : si tu as des objectifs qui ne le sont pas, ou très difficiles à obtenir, il y aura toujours de la frustration. Samedi je me suis fixé un objectif réaliste au regard des essais, qui était de finir entre 5e et 7e. J’ai terminé 4e, mieux que ce que j’espérais, donc je dois en être content. Arrive un autre circuit (Austin, NDLR) où j’essaierai d’en donner un peu plus et de me battre pour le podium ou la victoire. Mais la clé dans ma situation est d’être réaliste et de me mettre des objectifs accessibles, pas impossibles. »

Toujours pas à 100 % : « Il y a de la douleur à l’épaule, des gênes. En n’ayant pas l’épaule bien, les muscles se contractent beaucoup. Nous avons travaillé tout le week-end avec le kiné. Dimanche j’ai repris un anti-inflammatoire et un antidouleur intramusculaire qui m’ont aidé à mieux gérer la situation. Il semble qu’en y allant comme ça, on s’en sort et on progresse. »

Une moto à faire évoluer : « C’est la compétition et il faut continuer à travailler, évoluer. Il y a des années où la Honda m’a apporté le titre, et d’autres où je l’ai apporté à Honda, mais c’est la compétition, nous sommes une équipe. Cette année je n’ai pas commencé de la meilleure des manières, et quand je suis arrivé la moto n’était pas très bonne, ou il n’y avait pas une direction claire. La direction est petit à petit plus claire. Il semble chaque fois que tous les pilotes Honda sont un peu plus réguliers, mais ce n’est pas une situation qui s’inverse d’un circuit à l’autre ; il s’agit de sortir la tête de l’eau. »

« 2022 commence mardi » : « Le test de mardi et mercredi (à Misano) est important, abordé avec le sentiment de vouloir plus et progresser plus pour être, l’an prochain, jusqu’à un niveau où tous les pilotes Honda puissent se battre pour les premières positions, et constamment. (…) Nous avons toute une pré-saison devant nous où j’essaierai d’améliorer ce qui peut l’être. 2022 commence ce mardi et mercredi en introduisant de nouvelles petites choses pour penser à ce pas en avant. »

Le prochain GP à Austin, où il a (presque) toujours gagné : « À Austin, en étant à fond dans le secteur 2 on souffre. Je vais là-bas avec la même mentalité que celle de Misano : me sentir comme je me sens, me donner à 100 % et profiter. Profiter de la situation, même si j’ai du mal, mais sans me donner pour vaincu. Je l’ai fait ce week-end et je vais essayer de le faire à Austin, Misano 2, et ainsi de suite jusqu’à la fin de la saison. Quand a débuté la deuxième partie du championnat, j’ai dit que j’aimerais être régulièrement dans le top-5, et j’y arrive petit à petit. Je l’ai fait à Spielberg 2, à Silverstone nous avions le niveau, en Aragon… À voir si nous pouvons maintenir ce niveau sur les dernières courses. »

Misano, Mir descend Marquez : « Je ne comprends pas comment un octuple champion du monde ne peut pas faire son travail seul »

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
S’abonner
Notification pour
2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

[…] Misano, Marquez (4e) : Antidouleur, réalisme et satisfaction […]

[…] Misano, Marquez (4e) : Antidouleur, réalisme et satisfaction […]