Misano : Viñales (6e) n’a pas les réponses



Maverick Viñales était censé jouer la gagne au Grand Prix de Saint-Marin, mais il termine hors du top-5. L’Espagnol ne comprend pas ce qu’il se passe.

1’31.411 : samedi, Maverick Viñales décrochait en 1’31.411 une pole record sur le Misano World Circuit Marco Simoncelli, avec le chrono le plus rapide de l’histoire de la piste. Une performance qui venait confirmer de très bons essais libres (2e) et une FP4 également prometteuse (2e). Logiquement désigné comme l’un des favoris du dimanche après cela, il n’a cependant pas confirmé. Une nouvelle fois, le moment le plus important du week-end, celui de la course, lui a fait défaut.

Mal parti, le pilote Yamaha est sorti 3e des premiers virages, avant de se faire rapidement déborder par Jack Miller. Alors que les leaders s’échappaient devant, Maverick Viñales tentait de contenir Fabio Quartararo, qui trouvait finalement l’ouverture. Revenu 4e après la chute du Français, au huitième tour, il s’est fait avaler coup sur coup par Alex Rins, Francesco Bagnaia puis Joan Mir.

Longtemps 7e avec des tours en 1’33, l’Espagnol a finalement réussi à descendre en 1’32 dans le dernier quart de la course. Cela lui a permis de doubler Jack Miller, mais pas plus. Maverick Viñales termine 6e, notamment dominé par les pilotes Yamaha Franco Morbidelli (1er) et Valentino Rossi (4e). « Très déçu » de son résultat, il dit qu’il ne « sait pas ce qu’il s’est passé.  Je ne sais pas pourquoi je perds du grip en course. J’ai essayé tout ce que je pouvais, mais je n’avais aucun feeling avec le pneu arrière », a-t-il expliqué.

Le manque d’adhérence est pointé du doigt par l’homme de Figueras, bien qu’il ne sache pas pourquoi ça fonctionne aux essais et pas en course. « C’est comme si je roulais sur de la glace avec la roue arrière. Aux essais la roue arrière est accrochée au sol et prend le grip qu’il faut pour faire tourner la moto, la freiner et sortir des virages. Et quand je suis en course, c’est comme si c’était de la glace. La moto glisse tout le temps, je touche les gaz et elle commence à patiner. C’est là où on perd gros, sur ce grip à l’arrière qui manque en course. À Jerez il m’est arrivé pareil. »

Maverick Viñales est le seul à avoir chaussé un pneu dur à l’arrière, mais est convaincu que là n’est pas le problème. Pourquoi ? Ses sensations, et le 1’32.741 – son meilleur chrono – réalisé au 25e tour. « Je ne sais pas si l’erreur vient des pneus. C’est très difficile à savoir. En FP1 et FP2 j’ai roulé en 1’32 (avec ces pneus). Je n’ai pas à me plaindre des pneus. Sur la fin je suis passé près du record du tour. Je ne crois pas que ce soient les pneus car je crois que j’ai fait le bon choix, le problème a à voir avec la moto. Le pneu dur m’allait bien tout le week-end, la moto était parfaite, mais pas en course. »

« Il s’est passé la même chose que d’habitude. C’est très difficile pour un pilote de continuer à être motivé et y croire. C’est frustrant de bien travailler pour ensuite arriver en course et que la moto ne fonctionne pas. J’essaie de donner le meilleur de moi-même, la moto est ce qu’elle est et je ne peux pas être enthousiaste. »

Dans son malheur, Maverick Viñales reprend tout de même des points à trois de ses adversaires pour le titre : Andrea Dovizioso, Jack Miller et Fabio Quartararo. Il reste 5e du championnat à seulement 18 points du leader. Tout reste encore possible pour le pilote espagnol, qui n’a toujours pas gagné en 2020.

Championnat MotoGP après Misano : 1. Dovizioso 76 (-3), 2. Quartararo 70 pts (-6), 3. Miller 64 pts (-12), 4. Mir 60 (-16), 5. Viñales 58 (-18), 6. Rossi 58 (-18), 7. Morbidelli 57 (-19), 8. Nakagami 53 (-23), 9. Binder 53 pts (-23), 10. Oliveira 48 (-28)… Classement complet ici

Misano, MotoGP (Q2) : Viñales fait sauter le record !

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de

Facebook

Applications

Disponible sur Google Play
Disponible sur Apple App Store