« Ne pas se tromper à nouveau » ? Viñales s’explique mais ne convainc pas



Maverick Viñales assure qu’il ne faisait pas référence à Yamaha en disant qu’il ne voulait pas se « tromper à nouveau » pour son futur. Mais ses explications laissent à désirer beaucoup de monde ici, à Barcelone.

Comment Maverick Viñales, dont le contrat chez Yamaha expire fin 2022, compte-t-il aborder son futur en MotoGP ? « Avec beaucoup de calme. Je ne veux pas me tromper à nouveau. Je veux prendre une bonne décision, prendre le chemin qui s’adapte le plus à moi. Ces dernières années j’ai dû beaucoup m’adapter, surtout concernant le style de pilotage, donc essayer de prendre l’option qui s’adapte le plus à moi, et que je puisse me battre pour le mondial. Cela ne signifie pas que je n’ai pas l’opportunité cette année. Mais ça me frustre de ne pas pouvoir montrer mon potentiel. (…) Il y a des fois où tu ne prends pas les meilleures décisions dans ta vie. Il y a quelques années je crois que je n’ai pas pris la meilleure décision, donc ne pas me tromper à nouveau. »

Ce sont, texto, les mots lâchés au micro de la télévision espagnole DAZN vendredi soir, à l’issue de la première journée du Grand Prix de Catalogne. Prendre la mesure de son avenir « avec beaucoup de calme », ne pas se précipiter. Tout le contraire de ce qu’il a récemment exprimé dans les colonnes de Marca, où il dit que s’il en avait l’opportunité, il signerait dès à présent chez Yamaha. Ce qu’on comprend en lisant entre les lignes : l’erreur dont il parle, c’est celle de quitter Suzuki pour Yamaha en 2017 – un transfert annoncé dès le mois de mai 2016.

Depuis son arrivée dans l’équipe officielle Yamaha, le Catalan n’a remporté que 8 courses en 75 tentatives, a pour meilleur résultat de championnat une 3e place (2017 et 2019), vient de terminer 6e en 2020 et occupe actuellement la même position. Sa moyenne de points marqués en 2015, sa deuxième et dernière année sur une Suzuki GSX-RR encore en voie de développement, était plus élevée : 11,2 points/course, contre 9,4 en 2020 et provisoirement 10,6 cette année.

Sous contrat avec Yamaha jusqu’en 2022, Maverick Viñales est-il en train de faire comprendre que son futur ne s’écrira pas chez les Bleus ?

Non, assure-t-il. Peu après sa sortie médiatique, le pilote de Rosas a publié deux minutes d’explications (une en anglais, une en espagnol) sur son compte Instagram. Il promet qu’il faisait référence à 2012, quand il a décidé de se séparer de l’équipe Blusens Avintia en Moto3. Et évoque aussi un passage en MotoGP « peut-être » trop rapide, en 2015, après seulement une saison de Moto2. Seulement, ces justifications sont assez précaires. Et à Barcelone, nous sommes nombreux à nous demander s’il n’y a pas, derrière ce rétropédalage des réprimandes de la part de Yamaha,

L’épisode Moto3 dont il fait référence remonte à fin 2012. Âgé de 17 ans, il était deuxième championnat quand, à trois courses de la fin, il a décidé de rompre son contrat avec l’équipe Blusens Avintia. La raison : de lourds désaccords avec le team, et un manque de compétitivité de sa Honda FTR. « La moto va chaque fois moins vite. Nous avons perdu le championnat à cause de l’équipe. (…) Ils m’ont démontré que c’est une équipe de troisième ligne », avait-il notamment lâché.

Le titre était déjà quasiment perdu, car Sandro Cortese avait 56 points d’avance alors qu’il en restait 75 à prendre. Mais Maverick Viñales y a laissé sa deuxième position. Il a manqué l’épreuve de Sepang, puis a finalement disputé les deux dernières de Phillip Island et Valence, avant de changer pour le Team Calvo en 2013. Et d’être sacré champion du monde.

Seulement, on ne voit pas pourquoi, presque dix ans plus tard, il reparlerait de ça pour en tirer des leçons quant à 2023. Le Catalan dit regretter d’avoir quitté l’équipe sans faire toutes les courses avec. Ce qui, en reportant la situation à 2023, signifie qu’il ne voudrait pas faire la même erreur, donc quitter Yamaha précipitamment. Sauf qu’aucune mention de ce sujet n’a été faite au préalable. À l’inverse, on comprendrait même qu’il veuille s’en aller puisque les résultats ne sont pas au rendez-vous. Le patron du team Monster Energy Yamaha, Massimo Meregalli, l’a lui-même reconnu.

Quant à son passage présumé trop rapide en Moto2, cela peut faire un peu plus sens, mais ce n’est évoqué que comme une deuxième explication, moins importante que celle citée ci-dessus.

Titré en Moto3 en 2013, Maverick Viñales est arrivé en Moto2 l’année suivante dans le team Paginas Amarillas HP40. Vainqueur dès sa deuxième course, il ne lui a fallu que quelques semaines pour préparer son passage en MotoGP, acté en 2015. Il terminera sa seule saison de Moto2 au 3e rang du championnat, avec quatre victoires et neuf podiums au compteur.

Estime-t-il qu’il avait besoin d’une deuxième campagne de Moto2 ? Oui, si on en croit ses paroles. Sa première année de MotoGP ne s’est pourtant pas mal passée. Arrivée sur une Suzuki GSX-RR pas aussi compétitive qu’elle ne l’est aujourd’hui, il est quasi-immédiatement rentré dans le top-10 en course et a terminé 12e du championnat, meilleur rookie et à seulement 8 points de son coéquipier Aleix Espargaro.

En février 2021, Maverick Viñales avait dressé les éloges du travail d’équipe du Team Suzuki Ecstar, appelant Yamaha à prendre exemple. Et ce en marge de la présentation 2021 du team Monster Energy Yamaha MotoGP : « Il faut continuer à travailler avec l’état d’esprit d’être tous unis, pas seulement de mon côté du box. Toute l’équipe doit le faire si nous voulons remporter le titre. Nous le voyons chez Suzuki, tous ne font qu’un. Chez Yamaha ils savent ce qu’il se passe dans l’équipe, et peu importe le temps que ça a pris. L’important est de le faire, la vitesse est là et il faut faire en sorte que la moto fonctionne dans toutes les conditions. »

Le champion du monde Moto3 2013 s’élancera depuis le 6e rang de la grille du Grand Prix de Catalogne, ce dimanche. Son premier départ avec pour chef-mécanicien Silvano Galbusera, appelé après l’épreuve du Mugello pour remplacer Esteban Garcia. Il reste sur une série de cinq courses sans podium, dont quatre hors du top-5.

Maverick Viñales – Résultats (2021)

FP1 P2 P3 P4 QP WP RAC
Losail 6 6 8 1 3 2 1
Losail 2 3 9 5 2 3 3 5
Portimao 1 7 10 4 12 8 11
Jerez 9 5 6 2 7 2 7
Le Mans 12 3 16 11 2 10 10
Mugello 1 17 11 11 13 5 8

GP-Inside vous est utile ? Aidez-nous à survivre et continuer en devenant Premium. Soutenez le travail d’un média sérieux et passionné, lisez nos articles, interviews & analyses, participez à nos concours et profitez d’un site 100 % sans publicité. Merci ! ✪ Pour fêter le 1-2 de Quartararo- Zarco au championnat, l’offre à 19,99€/an (seulement 1,6€/mois) est prolongée en juin !

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
S’abonner
Notifier de
10 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
1 mois il y a

gay dating in cleveland

« Ne pas se tromper à nouveau » ? Viñales s’explique mais ne convainc pas – GP Inside

1 mois il y a

keto chia pudding https://ketodietione.com/

1 mois il y a

gay dating in olympia wa https://gaychatgay.com/

1 mois il y a

does eharmony have gay dating https://freegaychatnew.com/

10 jours il y a

gay dating in china https://datinggayservices.com/

gay soldiers dating https://gayedating.com/

9 jours il y a

gay dating oregob il https://dating-gaym.com/

gay men dating new york https://gay-singles-dating.com/

7 jours il y a

is dream daddy a gay dating sim https://gaydatinglosangeles.com/

7 jours il y a

trans gay and dating sites https://gayonlinedating.net/