« Nous ne nous sommes pas rendus » : Rins avait besoin de ce podium



Alex Rins n’avait plus quitté un Grand Prix avec un trophée depuis sa victoire à Silverstone, le 25 août 2019. Un an et un mois plus tard, le pilote Suzuki a retrouvé le goût du Prosecco en terminant troisième à Barcelone.

« Cette année nous avons eu beaucoup de hauts et de bas, avec plus de bas que de hauts. Revenir sur le podium a été dur, mais l’important est que nous ne nous sommes jamais rendus. » C’est un Alex Rins soulagé que l’on a retrouvé en conférence de presse du Grand Prix de Catalogne, dimanche. La dernière fois qu’il avait eu droit à ce rendez-vous d’après-podium, c’était il y a 13 mois, presque jour pour jour.

Arrivé en 2020 avec l’ambition de « finir dans le top-3 » du championnat, le pilote Suzuki a dû mettre ses objectifs entre parenthèses avant même le début de la saison. Il s’est blessé à l’épaule aux qualifications du premier Grand Prix d’Espagne, qu’il a dû regarder depuis son lit. De retour une semaine plus tard, il est allé chercher une héroïque 10e place lors de la course de Jerez 2. « Six points qui ont le goût d’une victoire », se félicitait-il.

D’autres bons résultats ont suivi (4e à Brno, 5e à Misano 1), mais Alex Rins restait en retrait par rapport aux meilleurs. « Tout est lié à cette blessure, a-t-il expliqué en descendant du podium de Barcelone. Après l’Autriche je pensais que j’étais a 100 %, que je revenais à la même forme qu’avant, et en fait non. J’avais beaucoup de stress sur la moto, beaucoup de fatigue, je ne pouvais pas faire plus de quatre tours sans commencer à tirer la langue. »

Le temps a joué à son avantage et l’Espagnol va maintenant mieux, même s’il n’a « pas beaucoup de muscle » sur la zone blessée. Il en a en tout cas eu assez pour aller chercher ce podium en Catalogne, à l’issue d’une belle remontée puisqu’il partait 13e.

« J’étais très motivé, j’ai fait un bon premier tour et repris de nombreuses positions. Après, il s’agissait d’essayer de ne pas faire d’erreur, c’était la clé, explique-t-il. Ne pas se mettre long dans le virage 10, être doux avec les pneus pour pouvoir arriver un peu plus frais à la fin de la course. » Sa stratégie lui a permis de revenir sur Jack Miller puis Franco Morbidelli, se frayant ainsi un chemin jusqu’à la troisième place dans les derniers kilomètres. Il finit à une seconde de son coéquipier Joan Mir (2e), et à moins de deux secondes du vainqueur, Fabio Quartararo.

Dans son tour d’honneur, Alex Rins est allé saluer la mémoire de Luis Salom, qui a trouvé la mort sur le circuit barcelonais en 2016. « Je suis très content du grand travail fait par Suzuki. Je veux les féliciter et dédier ce podium aux personnes que j’aurais aimé voir présentes, et à Luis Salom. »

Le podium du pilote Suzuki lui permet de faire un bond de quatre places au classement général. Il passe du 12e au 8e rang, à 24 points de la quatrième position d’Andrea Dovizioso, celle à laquelle il a terminé l’an dernier. Le troisième, Maverick Viñales, n’est qu’à 30 longueurs. Les choses sont encore loin d’être jouées.

Championnat MotoGP après Barcelone : 1. Quartararo 108 pts, 2. Mir 100 (-8), 3. Viñales 90 (-18), 4. Dovizioso 84 (-24), 5. Morbidelli 77 (-31), 6. Miller 75 (-33), 7. Nakagami 72 (-36), 8. Rins 60 (-48), 9. Oliveira 59 (-49), 10. Binder 58 (-50)… Classement complet

Barcelone : Un tour de plus et Mir pouvait gagner !

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

1
Poster un Commentaire

1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
0 Auteurs du commentaire
  S’abonner  
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Notifier de

[…] « Nous ne nous sommes pas rendus » : Rins avait besoin de ce podium […]