Oschersleben annulé, mauvais signal pour le GP d’Allemagne (21 juin)



La courses des 8h d’Oschersleben, prévue en Allemagne le 6 juin, a été annulée. Or, le Grand Prix moto d’Allemagne est censé avoir lieu deux semaines plus tard.

Après l’annonce du report des Grands Prix d’Italie (31 mai) et de Catalogne (7 juin), le nouveau coup d’envoi de la saison 2020 de MotoGP est censé être donné le week-end 21 juin au Sachsenring, théâtre du Grand Prix d’Allemagne. Pourra-t-il avoir lieu ? Rien n’est moins sûr.

Certes, la situation en Allemagne vis-à-vis de l’épidémie de coronavirus est meilleure qu’en Espagne ou en Italie. Le nombre de cas détectés est élevé (103 717), mais c’est notamment parce que de très nombreux tests sont effectués. À l’heure où sont écrites ces lignes, 1 822 personnes y sont mortes du COVID-19, contre 16 523 en Italie ou 13 798 en Espagne.

Mais cela n’empêche pas le pays de prendre des mesures restrictives, justement pour combattre l’épidémie. Le monde du sport y est paralysé. L’épreuve d’Endurance des 8h d’Oschersleben, censée se dérouler en Allemagne le 6 juin, vient d’être officiellement annulée par les organisateurs.  « Il ne peut y avoir de courses sans conditions de sécurité pour les teams et les pilotes, et la situation sanitaire actuelle ne permet clairement pas d’envisager sa tenue », regrette François Ribeiro, patron d’Eurosport Events.

Or, 250 km plus au sud se trouve le circuit du Sachsenring. C’est là que doit avoir lieu le Grand Prix d’Allemagne. L’événement est prévu du 19 au 21 juin, mais les pilotes sont censés être sur place un peu plus tôt, donc le paddock doit se mettre en marche pour l’Allemagne aux alentours du 15 juin. C’est à dire moins de dix jours après la course d’Oschersleben, annulée. Dans ces conditions, difficile d’imaginer que le Grand Prix d’Allemagne ne soit pas à son tour reporté.

Le patron de la Dorna, Carmelo Ezpeleta, a expliqué que tant que l’épidémie ne serait pas maîtrisée, il était quasiment impossible d’envisager la tenue d’une course. « Nous devrions envoyer le paddock MotoGP, c’est à dire 2 000 personnes, à travers le monde ; ce n’est possible que si le virus a été vaincu ou la propagation contenue. Dans le cas contraire, c’est très difficile. Les restrictions de voyages se lèveront seulement si nous avons un antidote qui évite l’infection », indique l’homme à la tête du championnat, qui n’écarte plus l’idée d’une année 2020 sans GP.

Informations concernant le coronavirus et les consignes sanitaires à respecter disponibles ici

Coup de tonnerre : Ezpeleta conçoit l’annulation de la saison 2020

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de