Pas de GP avant juin, prédit Gresini



Devant l’épidémie de coronavirus, Fausto Gresini juge « inévitable » le report du début de la saison 2020 de MotoGP au mois de juin.

Les probabilités de voir le championnat du monde MotoGP débuter le 3 mai à Jerez, théâtre du Grand Prix d’Espagne, s’amenuisent de jour en jour. En coulisse, les organisateurs planchent sur une reconfiguration du calendrier. Après les reports des épreuves de Buriram (Thaïlande), Austin (États-Unis) et Termas de Río Hondo (Argentine), il va sans doute falloir décaler les courses prévues au mois de mai.

Si rien n’a encore été officiellement annoncé, plusieurs personnalités du paddock – Hervé Poncharal, Valentino Rossi – ont d’ores et déjà fait part de leurs doutes quant à l’organisation des Grands Prix prévus en mai. Le patron de la structure Gresini Racing, Fausto Gresini, est du même avis.

« Malheureusement, je crois qu’il est inévitable de reporter (le début de la saison) au moins à juin, a-t-il commenté sur les ondes de TMW Radio. Nous faisons face à une pandémie mondiale qui vient d’exploser. Nous voyageons à travers le monde, donc premièrement nous devons être sûrs de la sécurité de tous les pays. Il faut s’assurer que tout soit sous contrôle avant de commencer à nouveau. J’espère que ça reprendra le plus vite possible, mais je ne le vois pas aussi facile. »

L’hypothèse de disputer des Grands Prix à huis clos lui semble difficilement faisable, pour des raisons de santé : « Ça peut être valide pour le public, mais le paddock ? Nous sommes comme une petite ville d’au moins 3 500 habitants, tous en contact rapproché », a-t-il souligné. Difficile, en effet, de ne pas s’inquiéter des risques qu’encourt le personnel (pilotes, mécaniciens, employés de l’organisation…), venant des quatre coins du globe, en cas de contamination à l’intérieur du paddock.

L’Italien révèle que des discussions sont en cours entre les patrons de différentes équipes, afin de savoir comment faire face à cette situation. « Nous aurons besoin d’une réorganisation. Nous allons sûrement être confrontés à un grand problème économique. » 

La crise sanitaire pourrait en effet déboucher sur une crise économique qui n’épargnera pas les équipes sportives. Fausto Gresini espère que la Dorna fera le nécessaire pour que des solutions soient trouvées, comme ce fut le cas par le passé. « Carmelo Ezpeleta est très sensible à la santé des équipes. Il a toujours essayé de faire tout le possible pour aider. Je me souviens tout particulièrement de la grande crise de 2008. Nous sommes aussi ses ressources, car sans nous il serait difficile de faire les courses. La première préoccupation est d’aider les équipes et toutes les personnes qui travaillent ici. »

Fausto Gresini a terminé en rendu hommage au personnel soignant mobilisé pour lutter contre le virus. Avant de lancer un appel au civisme de ceux qui l’écoutent : « Il faut respecter les règles (de confinement) imposées. C’est un signe d’intelligence et de respect pour les autres. Il n’y a que comme ça que les choses rentreront dans l’ordre. »

Informations concernant le coronavirus et les consignes sanitaires à respecter disponibles ici

« Faire toutes les courses sera impossible »

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

2
Poster un Commentaire

2 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
0 Auteurs du commentaire
  S’abonner  
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Notifier de

[…] Pas de GP avant juin, prédit Gresini […]

[…] Mugello (31 mai) risquent fort d’être annulées. Plusieurs personnalités du paddock, comme Fausto Gresini et Hervé Poncharal, ne voient pas le coup d’envoi de la saison avant – au mieux – […]

Facebook

Applications

Disponible sur Google Play
Disponible sur Apple App Store