Pedrosa : « J’ai rencontré des problèmes communs à chaque être humain »

Voilà bientôt 2 mois que Dani Pedrosa a stoppé sa carrière. Le moment est venu de tirer le bilan. Parmi les questions à poser : comment se souviendra-t-on de lui.

Lui, l’homme aux 54 Grands Prix remportés, aux 3 titres de champion du monde (un en 125cc puis deux en 250cc), aux 6 places sur le podium d’une saison MotoGP sans toutefois avoir décroché la couronne royale. Lui, dont la discrétion a forgé un certain charisme. L’un des rares, au sommet du MotoGP, à ne jamais s’être attiré de mauvaises opinions.

Comment aimerait-il qu’on se souvienne de lui ? La réponse donnée à Crash.net est à la hauteur de son humilité : « Comme quelqu’un qui a beaucoup essayé, rencontré des problèmes communs à chaque être humain : la peur, les pensées négatives, l’adversité. Les motos ont changé, les règles ont changé, la moto pesait plus lourd, les pneus étaient plus durs, et il y a eu de nombreuses difficultés, des blessures et encore des blessures. »

L’ex-pilote Honda déclare être lui-même surpris par ce qu’il a pu accomplir. « Honnêtement, je n’ai jamais vraiment cru que je pourrais arriver à ce niveau. Je savais que j’étais rapide, mas je ne m’attendais pas à faire ce que j’ai fait. » Arrivé en MotoGP en 2006, il a dû attendre sa cinquième saison pour enfin avoir la sensation d’être à sa place.

Quant à ce dont il est le plus fier, Dani Pedrosa n’hésite pas : la vitesse dont il a fait preuve sous la pluie. Un véritable défi. « Pour moi, rouler sous la pluie était impossible depuis que j’étais en minimoto, raconte-t-il. J’étais toujours très mauvais. J’avais toujours des discussions avec mon père, parce qu’il était tellement déçu que je puisse gagner facilement sur le sec, mais qu’il pleuve le dimanche et que je me retrouve dernier. Mon père étant déçu, j’étais moi-même mal de savoir que quand il pleuvait j’allais décevoir quelqu’un. »

Il lui a fallu du temps, des années et de l’expérience. Beaucoup d’expérience. La délivrance est d’abord arrivée lors du Grand Prix de France 2009, théâtre de son premier podium sous la pluie. Puis de son premier triomphe sur le mouillé, lors de l’épreuve 2012 de Sepang, en Malaisie.

1
Poster un Commentaire

1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Dude

Ah s’il n’avait pas été si léger et petit, que n’aurait-il pas accompli quand on voit déjà ce qu’il a pu faire avec ce handicap! En tous cas, un gentleman.