Pénalité ou pas : Nouvel incident levé par Rodrigo



Les critiques contre les commissaires FIM s’amoncellent. Au tour de Gabriel Rodrigo d’interroger les décisions prises lors du Grand Prix de Styrie. 

S’il y a bien une chose sur laquelle les pilotes sont unanimes, c’est sur le fait qu’il y a quelque chose à changer dans la Direction de course. Entrés en fonction en 2019, les commissaires FIM du MotoGP ont distribué de nombreuses pénalités en ce début de saison 2020. Des décisions vivement contestées ces dernières semaines.

Citons en quelques-unes parmi celles qui ont fait le plus de bruit : la sanction infligée à Johann Zarco pour la chute de Pol Espargaro à Brno ; celle reçue par le Français pour son accrochage avec Franco Morbidelli à Spielberg, une semaine plus tard ; le déclassement de 8 pilotes Moto3 dans le dernier tour de la course de Spielberg, pour être passés sur la partie verte du circuit ; la victoire retirée à Jorge Martin, là-encore à Spielberg, et là-encore pour avoir roulé sur le vert.

Outre les interrogations concernant les pénalités pour « pilotage irresponsable » (on ne reviendra pas ici sur les polémiques Zarco-Espargaro et Zarco-Morbidelli), les pilotes questionnent celles concernant le passage sur la partie verte du circuit. Et pour cause : selon l’action, la position des concurrents, l’exposition, le moment du GP (…), les sanctions ne semblent pas être les mêmes. C’est ce qu’a voulu mettre en lumière à son tour Gabriel Rodrigo.

Plusieurs pilotes ont été déclassés d’une place lors des Grands Prix d’Autriche et de Styrie pour avoir roulé sur la partie verte du circuit dans le dernier tour. De ce que l’on comprend de la Direction de course (il faut bien essayer de l’interpréter, puisqu’elle ne s’explique pas elle-même), peu importe que l’on y gagne du temps ou pas : mordre sur le vert dans le dernier tour sans y avoir été poussé par quelqu’un = pénalité. D’où le déclassement infligé à Jorge Martin, qui a perdu sa victoire pour être passé sur le vert sans y avoir gagné du temps.

Mais pourquoi avoir sanctionné Jorge Martin et pas Tony Arbolino ? C’est la question posée par Gabriel Rodrigo. Photo à l’appui (celle mise en une de l’article), l’Argentin montre que le pilote italien est passé dans le vert dans le dernier virage de la course Moto3. Aucune pénalité ne lui a pourtant été infligée.

« Que ce soit clair : dans l’histoire je ne gagnerai personnellement aucune place, écrit Gabriel Rodrigo, arrivé 4e alors que Tony Arbolino finit 2e. Mais Arbolino sort aussi sur le vert dans le dernier virage du dernier tour, et il ne perd aucune position. La Direction de course doit clarifier sur quels critères elle pénalise… parce que nous, les pilotes, ne le comprenons toujours pas. »

On comprend là que plus que mettre en cause Tony Arbolino, ce que fait Gabriel Rodrigo, c’est interroger la logique et la cohérence des commissaires FIM.

« Ils ont contaminé notre sport » : Simoncelli attaque les commissaires FIM

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de

Facebook

Applications

Disponible sur Google Play
Disponible sur Apple App Store