Pénalités : Autres polémiques pour la FIM en MXGP



Les polémiques liées aux sanctions infligées aux pilotes ne concernant pas que le championnat du monde MotoGP. En Motocross aussi, les décisions de la Fédération internationale de motocyclisme agitent le paddock. La dernière concerne une victoire retirée à Jorge Prado Garcia en Lombardie.

Les faits remontent au week-end dernier, pendant le Grand Prix de Lombardie (Italie) initialement remporté par Jorge Prado. Arrivé 2e et 2e sur la piste de Mantova, l’Espagnol soulève le trophée de vainqueur et donne ses premières interviews, avant qu’on ne lui fasse savoir qu’il est pénalisé de 2 places en 2e manche pour avoir sauté alors qu’un drapeau jaune était agité (c’est interdit).

Le pilote KTM n’a pas vu le drapeau jaune, mais cette sanction ne change pas le résultat final du GP, même si ses 2 places perdues lui font également perdre 4 points. C’est alors que deux autres pilotes sont pénalisés pour la même raison, ce qui change totalement le destin du Grand Prix.

En effet, le Suisse Jeremy Seewer, qui avait initialement fait 1er/6e, se retrouve avec un bilan de 1er/3e. Conséquence : il est déclaré vainqueur de l’épreuve, devant le Néerlandais Glenn Coldenhoff qui en bénéficie aussi (4e/2e). Jorge Prado n’est ainsi plus que 3e et les trois hommes sont invités à remonter sur le podium pour refaire la cérémonie.

Une situation dont nous vous relatons les détails avec les mots de Jorge Prado, sans filtre ci-dessous.

« Bonjour à tous, j’aimerais vous expliquer ce qu’il s’est passé hier :

Après avoir été déclaré vainqueur et terminé la conférence de presse, un membre de la FIM m’a communiqué qu’ils m’avaient sanctionné de deux positions et 4 points pour avoir sauté sous drapeau jaune.

Avec cette sanction, le résultat final était le même. Même si, vu ce que demande une victoire et parce que chaque point compte, je me suis rendu auprès de la FIM pour leur expliquer ma situation. Je comprends qu’à la télévision on voit le drapeau, mais je leur dis que depuis ma position j’ai un angle mort. Il n’y a qu’un commissaire à droite au lieu d’en avoir un des deux côtés. Je fais cette appréciation parce qu’il y a deux courses de plus à venir (en Lombardie), et ce que je souhaite est que nous ayons une meilleur visibilité pour pouvoir réagir à temps.

Ma surprise s’accentue quand, environ une heure et demi après, un membre de mon équipe me communique qu’ils pénalisent un autre pilote et que tout est à nouveau modifié, faisant que je me retrouve 3e. Comme si tous ces changements n’avaient pas été suffisants, ils nous demandent en plus de refaire le podium. Je crois que c’est la première fois que ça arrive (et j’espère que ce sera la dernière).

Je veux clairement dire que ce qui est vraiment important n’est pas de faire 1er ou 3e, mais que nous jouons notre vie. La sécurité est le principal, et si nous, tous les pilotes sanctionnés, avons dit que nous n’avons pas vu le drapeau, la FIM devrait prendre des médias. Le soir, en arrivant à l’hôtel, j’ai vu Gautier Paulin expliquer dans une vidéo qu’il a sauté sous un drapeau jaune (qu’il n’a pas vu) et sans aucun pilote au sol. En plus, Romain Febvre ajoute que nous sommes professionnels, et nous n’allons pas jouer à faire les malins pour rien.

J’espère qu’on va nous écouter. Mais s’ils nous écoutent… On change le podium une troisième fois ?

Je demande un MAXIMUM de sécurité, de sérénité et de professionnalisme pour tous les pilotes. J’espère que cet événement reste une anecdote. Merci à tous. »

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de

Facebook

Applications

Disponible sur Google Play
Disponible sur Apple App Store