Pernat : « Zarco-Pramac, ça s’est refroidi »



Carlo Pernat estime qu’il y a « 50 de chances » qu’Andrea Dovizioso ne soit plus pilote Ducati en 2021. Une opportunité pour Johann Zarco, qui l’Italien ne voit toutefois pas aller dans le team officiel, ni chez Pramac.

Bien malin celui qui pourra donner la composition des effectifs Ducati MotoGP 2021. Des six postes à prendre, deux sont pour l’instant verrouillés : Jack Miller au Ducati Team, Tito Rabat chez Hublot Reale Avintia Racing. Pour le reste, les jeux sont encore ouverts.

La place en or est celle qu’occupe actuellement Andrea Dovizioso dans l’écurie officielle. Les négociations ont été mises entre parenthèses suite à des différends entre la marque et le pilote. Il est question d’argent (les salaires chez Ducati ont été revus à la baisse à cause de l’impact de la crise économique liée à l’épidémie de coronavirus), de package (Andrea Dovizioso attend de Ducati certaines évolutions sur la moto), peut-être de motivation (sur ce point, Andrea Dovizioso assure que ce n’est pas le cas) et d’ambiance en interne.

Autant de raisons qui font dire à Carlo Pernat sur Gpone que c’est actuellement « du 50-50 ». L’hypothèse selon laquelle Andrea Dovizioso ne continuerait pas en 2021 est à considérer avec sérieux. L’Italien est actuellement 3e du championnat avec 26 points marqués après les deux courses de Jerez (3e/6e). Il n’est pas mécontent du bilan, mais souligne qu’il y a encore du travail à fournir pour qu’il se sente à l’aise sur la machine et pleinement compétitif (lire ici). Il attend d’autres circuits afin de mieux juger la situation. Ducati a annoncé qu’une décision serait prise après les Grands Prix du mois d’août, au nombre de trois : un à Brno (9 août), deux à Spielberg (16 et 23 août).

« Je veux être honnête, aujourd’hui j’ai l’impression qu’il y a 50 % de chances que Dovizioso reste et 50 % de chances qu’il n’y ait pas de renouvellement et qu’il se retire, ce qui serait dommage, déclare Carlo Pernat. La réalité est que Ducati n’a pas confiance en Dovizioso. Dimanche dernier (au GP d’Andalousie) Andrea a fait l’une de ses pires courses, mais il a roulé avec une clavicule qui lui faisait mal, même s’il ne l’a pas dit, et il ne sent pas de confiance autour de lui. Ses déclarations étaient claires, il a dit qu’on ne devait pas utiliser les Grands Prix pour faire du testing : cela signifie qu’il y a un peu d’électricité dans l’air avec Dall’Igna. Aujourd’hui je dirais que c’est une relation destinée à se terminer, mais j’espère me tromper. Il y a beaucoup de silence des deux côtés et ce n’est jamais un bon signe, cela signifie qu’il y a des problèmes. »

Un départ d’Andrea Dovizioso ferait au moins un heureux, son remplaçant. Nouveau pilote Ducati en 2020, Johann Zarco espère prendre sa place dans l’équipe officielle. Mais Francesco Bagnaia est également candidat, et le jeune italien a marqué de très gros points en ce sens à Jerez : deux solides qualifications (4e/3e) confirmées par deux bonnes prestations en course (7e/2e avant d’abandonner sur casse mécanique).

Francesco Bagnaia porte actuellement les couleurs du team satellite Pramac Racing, dont les deux Ducati GP20 sont aussi à prendre pour 2020. Outre Pecco, dont la prolongation semble assurée s’il ne va pas dans l’équipe officielle, plusieurs noms ont déjà circulé. Il y a notamment celui de Jorge Martin, avec qui les conversations ont été données pour « très avancées », mais aussi Johann Zarco. Certes, le Français ne correspond pas au profil Pramac, qui cherche à faire grandir de jeunes pilotes pour les envoyer vers le Ducati Team. Mais son potentiel est valorisé par le constructeur italien, qui l’a toujours cité parmi les candidats.

Seulement, Carlo Pernat croit savoir les probabilités du transfert de Johann Zarco chez Pramac Racing sont de moins en moins grandes. Lui porterait plutôt son regard vers la catégorie Moto2, où les Italiens Luca Marini et Enea Bastianini viennent de gagner à Jerez de la Frontera.

« Il y a trois ans, à Misano, je suis allé manger avec le père de Marini parce qu’il voulait que je sois son manager, raconte-t-il au sujet de Luca Marini. J’y ai pensé et j’ai dit non à contrecoeur, parce que Luca est un pilote gentil, rapide et régulier. Pourrait-il y avoir une place pour lui chez Pramac ? Si j’étais Ducati, j’attendrais encore 3 Grands Prix pour voir ce qu’il va arriver en Moto2, il y aurait aussi Bastianini, la porte est toujours ouverte pour lui. Je sais qu’ils parlaient de Zarco, mais maintenant cette option semble s’être un peu refroidie. »

Il reste encore au pilote français les Grands Prix de République-Tchèque, d’Autriche et de Styrie pour faire ses preuves et convaincre les dirigeants de chez Ducati. Dans le cas où il ne serait pas recruté dans l’équipe officielle ou chez Pramac, un renouvellement avec Hublot Reale Avintia Racing lui semble promis.

Championnat MotoGP après le GP d’Andalousie : 1. Quartararo 50 pts, 2. Viñales 40 (-10), 3. Dovizioso 26 (-24), 4. Nakagami 19 (-31), 5. P. Espargaro 19 (-31), 6. Rossi 16 (-34), 7. Miller 13 (-37), 8. A. Marquez 12 (-38), 9. Zarco 12 (-38), 10. Morbidelli 11 (-39)…

Jerez 2 : Ducati juge « négatif » le résultat de Dovizioso

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

1
Poster un Commentaire

1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
0 Auteurs du commentaire
  S’abonner  
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Notifier de

[…] piste Johann Zarco se serait elle « refroidie », si l’on en croit les dires de Carlo Pernat. Questionné sur l’hypothèse de faire venir un pilote plus expérimenté […]