Pol Espargaro : « Honda ne travaille pas aussi dur que les autres »



Neuf Grands Prix, 41 points marqués, la 12e place du classement général, une 8e position comme meilleur résultat en course : la première demi-saison de Pol Espargaro sur la Honda est loin d’être à la hauteur des espérances du Catalan. Arrivé au HRC avec l’objectif de jouer les premiers rôles, il n’a pour l’instant jamais pu se mêler à la lutte pour la victoire, ni même le podium ou le top-5.

Arrivé sur la Honda RC213V après avoir connu la Yamaha YZR-M1 (2014-2016) et la KTM RC16 (2017-2020), Pol Espargaro n’obtient pas les mêmes résultats, lui qui a obtenu cinq trophées en 2020. Mais affirme cependant à MotoGP.com que la moto japonaise lui convient de manière naturelle, en dépit de la lecture qui pourrait être faite de ses performances.

« La première fois que j’ai vu la Honda, j’ai dit : ‘cette moto est la mienne, mon style de pilotage’, a-t-il raconté en marge d’un entraînement sur le circuit de Barcelone-Catalogne. Tout le monde dit que la Honda est une moto difficile à emmener, mais pour moi non, toutes les motos sont difficiles. Tu dois beaucoup travailler, tout dépend de ton style de pilotage, qui te fera travailler plus ou moins d’une moto à une autre. Dans mon cas, j’aime le style de pilotage de la Honda. »

Outre la Honda RC213V, il a aussi fallu s’adapter à la « méthode de travail » Honda. Début mai, après le Grand Prix d’Espagne, il avait critiqué le fait que les pilotes Honda ne suivaient pas la même ligne, qu’on lui faisait changer de moto sans lui expliquer pourquoi, qu’on lui donnait différentes pièces sans qu’il comprenne ce qu’il se passait. Deux mois et demi plus tard, et après (sans doute) avoir été recadré par ses employeurs, il en fait la promotion :

« Le potentiel de Honda réside dans des lignes de travail distinctes. C’est différent de ce à quoi je suis habitué. Au final, le bénéfice de ça est incroyable. Après quatre années chez KTM, c’est difficile quand tu arrives dans cette équipe et comprends le type de travail qu’ils font. Je suis content et j’espère changer très bientôt la situation. »

Mais Pol Espargaro pousse également Honda à faire plus d’efforts pour retrouver le bon chemin, après s’être « perdu » ces deux dernières années. Ce qui coïncide avec la période où Marc Marquez a été absent, explique-t-il :

« Nous avons des problèmes de traction. Honda ne s’est pas adapté comme les autres au changement de la carcasse des pneumatiques. Le développement de la Honda s’est plutôt arrêté ces deux dernières années. Honda ne travaille pas aussi fort que les autres. Il y a des problèmes que je ne comprends pas. Des top-pilotes comme Marc, qui ont plus d’expérience, n’étaient pas là pour dire aux Japonais ce qui allait bien et ce qui n’allait pas. C’est pour ça que nous nous sommes un peu perdus. »

Pour remonter la pente, il compte sur l’appui du team-manager Alberto Puig. Avoir à ses côtés l’ancien pilote espagnol est précieux pour Pol Espargaro. « Alberto m’aide beaucoup dans mon adaptaton. Quand j’ai un problème, je parle avec lui, je sens qu’il se met à ma place, qu’il comprend mes problèmes. Quand je lui explique mes problèmes, je vois qu’il comprend et m’écoute. C’est une très bonne chose pour le pilote. »

Les retrouvailles de Polyccio avec la Honda RC213V auront lieu au Red Bull Ring de Spielberg, pour le Grand Prix de Styrie, du 6 au 8 août. Un lieu où il était monté sur le podium l’an dernier, mais avec la KTM.

Mi-saison : Déjà 39 chutes pour Honda

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
desm
5 jours il y a

quelle pleureuse