Poncharal (Tech3) : « Les progrès faits par KTM sont les plus impressionnants de toutes les marques »



L’équipe française Tech3 vit une saison 2020 haletante, avec un Miguel Oliveira capable de jouer la gagne et Iker Lecuona en mesure de figurer dans le top-10. Le pari KTM porte ses fruits, après seulement un an et quelques mois de collaboration. Le team-manager Hervé Poncharal fait le point sur la situation à mi-championnat, à la veille du Grand Prix de Catalogne.

GP-Inside : De la vitesse mais des qualifications difficiles : quel bilan tirez-vous de votre samedi à Barcelone ?

Hervé Poncharal : « Le vendredi a été compliqué pour tout le monde car la piste était très froide, il y avait beaucoup de vent et peu de grip, les pilotes avaient l’impression de rouler sur de la glace et il y a eu beaucoup de chutes. On était un peu inquiets, mais samedi il y a eu moins de vent et une meilleure température au sol. On a fait une belle FP3, avec le 3e temps pour Miguel à quelques millièmes des meilleurs. Le rythme de course était aussi bon en FP4. »

« Et comme ça arrive parfois, Miguel était un peu trop confiant et est parti à la faute en Q2, dans son 2e tour. Il était quasiment meilleur temps mais a fait une petite erreur, a loupé un freinage et a tenté de tourner alors qu’il aurait dû sacrifier ce tour. C’est une petite chute, mais quand ça arrive, c’est rare de revenir au box et d’avoir immédiatement le même feeling, la même attaque. On a pas pu profiter de notre Q2 alors que je pense qu’on pouvait faire une deuxième ligne. »

On a vu plusieurs remontées cette année, avec par exemple Joan Mir qui partait loin et finissait sur le podium. Que peut faire Miguel Oliveira en sortant 12e ?

HP : « La semaine dernière Miguel est parti 15e et fini 5e à 7 secondes du vainqueur, en remontant très vite sur la fin. Donc c’est possible, mais on aurait aimé être sur l’une des deux premières lignes. À Misano 2 on aurait pu se battre pour le podium, mais quand tu te retrouves englué dans le groupe tu perds du temps à en sortir et doubler, même si tu es plus rapide. Donc c’est difficile de penser à se battre pour le podium, même si on part mieux que la semaine dernière. »

« Ici c’est aussi compliqué de faire une stratégie pour les départs, il y a déjà de gros accrochages à Barcelone. On va croiser les doigts pour ne pas être mal positionnés, au moins garder notre place et tenter de passer dans le top-10 au premier tour, mais c’est un peu la roulette russe. Le niveau des machines et des pilotes est tellement proche que les qualifications deviennent presque le moment le plus important du week-end, ça détermine beaucoup de choses. Ça peut être un énorme avantage, ou un énorme handicap si on se retrouve derrière. »

Alberto Puig dit à Takaaki Nakagami de penser au titre car il n’a que 21 points de retard sur le leader. Miguel Oliveira est à 25 points, qu’est-ce que vous lui dites ?

HP : « On est à mi-championnat, je laisse Alberto Puig dire ce qu’il a envie de dire mais il n’a pas totalement tort. On est à 25 points du leader à mi-championnat en ayant fini deux courses par terre, car Miguel a été percuté par Binder et Espargaro. Sans ça je pense qu’on serait dans le trio de tête je pense, donc il faut continuer à travailler et y croire. Quand tu es à 25 points à mi-chmapionnat, tu ne peux pas te dire que c’est impossible de viser le titre. »

« Maintenant, en le regardant avec un peu d’objectivité, tu vois trois Yamaha en première ligne ici, et Viñales qui a aussi un rythme impressionnant. Mais on ne peut pas dire que c’est impossible et Miguel le sait très bien. Nous ne sommes pas les favoris pour le titre mais Miguel sait qu’il faut prendre des points chaque week-end, et on verra où on se situe dans les 3-4 dernières courses. »

De l’autre côté du box, Iker Lecuona montre des capacités de top-10, mais commet beaucoup d’erreurs…

HP : « Iker a fait un début de championnat compliqué puisqu’il est tombé lors des trois premières courses, et je n’étais pas content. Tout le monde lui explique qu’il est le plus jeune de la grille, qu’il est rookie, et que chez KTM il y a Espargaro, Binder et Oliveira pour ramener des résultats. Lui doit apprendre et n’a donc pas de pression, il lui faut avant-tout finir les courses pour apprendre. Je connais son potentiel donc le voir finir par terre… »

« Mais après ça, en Autriche il a fait 9e et 10e, à Misano il prend une pénalité Long Lap pour quelque chose qui n’est pas de sa faute et remonte 14e. À Misano 2 il fait un beau week-end, à 2 tours de la fin il était 6e avec 3,7 secondes d’avance sur Nakagami, c’était super. Et là, il n’avait qu’à ralentir et finir les tours et il est tombé. Ce sont des choses difficiles à comprendre mais c’est un rookie. C’est le premier à en être triste donc il faut essayer de lui faire remonter la pente, il ne veut plus tomber. Tout ça montre aussi la difficulté d’être rookie. »

« Je suis impressionné par sa vélocité, il va fort et a un beau style, il pilote la MotoGP comme il faut la piloter ; par contre, il tombe trop pour l’instant. Après, il faut se rappeler que Marquez et Rossi chutaient aussi lors de leurs premières années, et il vaut mieux être un pilote qui tombe mais qui comprend plutôt que l’inverse. Je garde ma confiance en lui, il sera avec nous l’an prochain et je pense qu’il peut arriver à faire de belles choses. »

Tops-8 d’Espargaro et d’Oliveira plus rythme d’enfer de Binder à Jerez, victoire de Binder à Brno, victoire d’Oliveira et podium d’Espargaro à Spielberg, podium d’Espargaro et top-5 d’Oliveira à Misano… Peut-on dire qu’aujourd’hui, la KTM est devenue l’une des meilleures machines du plateau ? L’explication du ‘KTM a fait beaucoup de tests sur ces circuits’ ne semble plus vraiment viable. 

HP : « On a un championnat avec une homogénéité incroyable entre les pilotes et les machines. L’histoire du ‘KTM a testé’ m’a fait rire, parce que personne n’a testé à Brno à part Pedrosa, puis à Spielberg Pol Espargaro a roulé une journée et il faisait 9 degrés. Ça, ce sont des inventions qui ne tiennent pas la route. »

« Une chose est sûre : Jerez était une piste très dure pour nous l’an dernier et on y a pas mal roulé cette année. À Brno on gagne, et en Autriche on gagne la deuxième course. Ensuite on se disait que Misano allait être très compliqué et on y fait un podium et un top-5. L’an dernier on souffrait à Barcelone et ce week-end on est pas loin. Aujourd’hui on est dans le coup partout, il nous en manque peut-être un peu ici et la Yamaha a un petit plus, mais on est là, près. »

« C’est surtout intéressant de voir l’évolution entre 2019 et 2020. En 2019 on arrivait parfois à faire des performances avec Pol Espargaro aux essais, mais en course on finissait à 20-30 secondes du leader ; là, on est entre 2 et 6 secondes derrière, donc beaucoup plus proches. Est-ce que la KTM est la moto de référence ? Peut-être pas. Est-ce qu’il y a une moto de référence sur la grille ? Je ne sais pas. Mais les progrès qu’on a fait depuis 2019 sont les plus impressionnants des six usines.

Le travail de Dani Pedrosa est aussi mis en avant. A-t-il été l’élément déclencheur de ces progrès, ou est-ce plutôt un ensemble de choses ?

HP : « Les hommes providentiels, je n’y crois pas trop. Je pense que KTM écoute ses pilotes, et en 2019 ils ont décidé d’avoir 4 pilotes de course, c’est à dire plus d’informations, en plus d’engager Dani Pedrosa. On avait une machine un peu ‘typée Pol Espargaro’, car c’est lui qui développait et Pol a un style très agressif, les autres pilotes avaient un peu de mal à se couler dans le moule du pilotage Espargaro. Dani et Miguel ont apporté leur vision, il fallait que la moto soit un peu plus ‘friendly’, plus facile à piloter, plus universelle. Dani et Miguel ont rendu la moto beaucoup plus facile.

« Il y a aussi le fait que Tech3 est arrivé chez KTM avec son expérience de la course, avec quelqu’un comme Guy Coulon qui sait comment faire une moto. On a déjà bossé avec Honda, Yamaha, Suzuki… Ça aide. Dani est évidemment important, mais c’est l’addition Dani, équipe Tech3, équipe d’usine et 4 pilotes de course qui a mené à ces résultats. »

Des rumeurs circulent au sujet du possible arrêt du sponsoring de Red Bull pour votre équipe. Pouvez-vous nous éclairer sur la situation ?

HP : « Red Bull et KTM sont ensemble sur pratiquement toutes les activités ‘racing’ de KTM, ils se connaissent très bien, ils parlent la même langue, ce sont deux entreprises autrichiennes qui sont à 45 minutes l’une de l’autre, donc il n’y a pas de problème de communication entre eux. »

« Nous, Tech3, avons un contrat de trois avec KTM. Que nous ayons un sponsor ou pas, c’est du ressort de KTM ; KTM fait la négociation. Quand j’ai signé avec eux ils n’avaient pas l’assurance que Red Bull supporterait le programme Tech3. Ils m’ont dit qu’on aurait les couleurs KTM, à moins qu’il y ait un partenaire. Red Bull a dit feu vert pour 2019 et 2020 et, pour être franc, aujourd’hui c’est du 50-50 pour qu’on retienne Red Bull en 2021 ou qu’ils ne suivent plus, pour des raisons qui regardent Red Bull et KTM. »

« Même si Red Bull ne suit plus Tech3 l’an prochain, on sera présents avec les mêmes budgets, mais des couleurs différentes, qui seront peut-être celles de l’usine KTM. Ça, ce sont des négociations qui se font en ce moment entre KTM et Red Bull, mais moi ça ne m’impactera pas. La seule chose visible de l’extérieur, ce seront des couleurs différentes, mais la manière de fonctionner, le budget et le support de KTM seront toujours les mêmes. Donc ce n’est pas vraiment quelque chose qui m’inquiète, et de toute façon j’ai été rassuré par KTM. Ils m’ont dit que quoi qu’il arrive, ils seront à nos côtés et on aura de quoi travailler de la même manière qu’en 2020. »

Championnat MotoGP après Misano 2 : 1. Dovizioso 84 pts, 2. Quartararo 83 (-1), 3. Viñales 83 (-1), 4. Mir 80 (-4), 5. Morbidelli 64 (-20), 6. Miller 64 (-20), 7. Nakagami 63 (-21), 8. Oliveira 59 (-25), 9. Rossi 58 (-26), 10. P. Espargaro 57 (-27)… Classement complet

Poncharal : Gagner en MotoGP, « un rêve devenu réalité »

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

4
Poster un Commentaire

4 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
0 Auteurs du commentaire
  S’abonner  
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Notifier de

[…] Poncharal (Tech3) : « Les progrès faits par KTM sont les plus impressionnants de toutes les marque… […]

[…] Poncharal (Tech3) : « Les progrès faits par KTM sont les plus impressionnants de toutes les marque… […]

[…] Poncharal (Tech3) : « Les progrès faits par KTM sont les plus impressionnants de toutes les marque… […]

[…] Poncharal (Tech3) : « Les progrès faits par KTM sont les plus impressionnants de toutes les marque… […]