Portimao, Rossi (J1) : Chute, 21e place et besoin d’être plus rapide



Seul Mika Kallio a été plus lent que Valentino Rossi lors de la première journée du Grand Prix de Portugal. L’Italien cherche une meilleure adhérence à l’arrière, et une chute en FP2 a freiné sa progression.

Valentino Rossi aime Portimao, « une piste magnifique mais également très difficile » sur laquelle la catégorie MotoGP a posé ses roues pour la première fois ce vendredi. Mais ce goût pour le circuit portugais ne s’est pour l’instant pas matérialisé en bon résultat.

Dès la première séance d’essais libres, le nonuple champion du monde s’est retrouvé à une lointaine 19 place, à 1,8 seconde du meilleur temps de Miguel Oliveira. « Nous avons essaye quelqeu chose pour augmenterl ‘adhérence à l’arrière, mais nous avons perdu le bon équilibre (dans les réglages) et je n’ai pas pu être rapide en entrée de virage », explique-t-il.

Revenu à des réglages « plus standards » en FP2, Valentino Rossi a commencé à gagner quelques dixièmes. De 1’41.946, il est passé à 1’41.344. Le temps n’était cependant pas suffisant pour rentrer dans le top-15, et une chute survenue dans son 22e tour est venu compromettre les plans de sa fin de séance.

« J’ai ralenti à cause du trafic en piste, le pneu avant s’est refroidi sur la partie gauche et j’ai chuté, raconte-t-il. J’ai alors dû utiliser la deuxième moto mais je n’avais pas confiance en l’avant et j’étais lent. » Il a fait légèrement mieux (1’41.279), mais reste à 1,8 seconde du premier chrono. Et il est surtout classé avant-dernier, à une inhabituelle 21 position.

Erreurs à Misano, Barcelone et au Mans, Covid-19 en Aragon, panne mécanique puis 12e place à Valence : Valentino Rossi sort d’une « période difficile » et a besoin de repartir de l’avant. Cette première journée portugaise n’y aide pas. Il espère gagner en adhérence en FP3, une séance qu’il qualifie de « cruciale. Je vais devoir être plus rapide ». Au regard de sa situation, une place finale dans le top-10, synonyme de passage direct en Q2, serait un résultat presque inespéré.

Ce sera sa dernière qualification avec les couleurs de l’équipe officielle Yamaha, avant de changer de box et enfiler la combinaison du team satellite Petronas. Interrogé sur le rôle qu’il y aura en conférence de presse, Valentino Rossi mettra à disposition son expérience. « Je dirai ce dont nous avons besoin, comme je l’ai toujours fait », promet-il, et estime qu’il sera aussi impliqué que cette année. « Cela ne changera pas grand chose, mais nous devons comprendre si je l’ai été beaucoup ou pas », sourit-il. Ce qu’il sous-entend par là : à quel point il a été écouté par Yamaha.

L’Italien critique ce manque d’attention de la part de la marque japonaise, et il n’est pas le seul. Ce qu’il répète (« Les problèmes sont plus ou moins restés les mêmes ») s’entend aussi dans la bouche de Maverick Viñales. « Les ingénieurs japonais nous écoutent, nous les pilotes, mais ils ont déjà en tête ce qu’ils veulent faire », se lamente-t-il.

Cliquez ici pour accéder aux résultats complets de la journée. Pour le programme du week-end, c’est par là.

Portimao, Rossi : La fin d’un grand voyage avec l’équipe officielle Yamaha

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de