Pour elles, pour eux



Il y a différentes manières d’aborder un Édito du lundi. Celui du Grand Prix de France 2021 prend la forme d’une petite histoire vécue ce week-end au Mans. Il est dédié à Magali, Floriane, Mylie, et tous les fans de moto rencontrés là-bas. Vivement la réouverture des circuits au public.

Vendredi 14 mai, 21h30. La première journée de compétition du Grand Prix de France est terminée, les articles sont écrits et il est temps de rentrer dormir. Je passe le week-end avec une petite équipe de la Northern Talent Cup. Trois personnes attendent à la sortie du circuit Bugatti, dans la fraîcheur et l’humidité de la nuit mancelle. Magali et ses deux filles sont là, nous font des signes pour nous dire bonsoir.

Qui sont elles ? De simples fans de MotoGP qui bravent le froid et la nuit de la Sarthe pour venir voir passer les pilotes, « mais aussi les mécanos, vous, enfin tout le monde, parce que c’est vous tous qui permettez que ça existe ». Elles sont seules, là depuis des heures, et tiennent grâce à l’énergie de la passion.

Magali, Floriane et Mylie dorment dans une camionnette garée non-loin de la piste. Elles viennent de Royan, à 375 kilomètres de là. Elles savent qu’elles ne pourront pas rentrer à l’intérieur du circuit, à cause des restrictions liées à la crise sanitaire, mais elles sont quand même venues passer le week-end au Mans. Pour entendre les motos, voir les pilotes et équipes rentrer au circuit, prendre une photo avec ceux qui veulent bien s’arrêter. Elles se réjouissent d’avoir eu Maverick Viñales. Elles ont raté Johann Zarco de peu mais gardent espoir pour le lendemain.

Impossible de ne pas être ému en écoutant leur histoire, en voyant les yeux des petites qui brillent quand quelqu’un – pilotes, mécaniciens, employés du paddock – leur font signe. Magali, Floriane et Mylie sont la réponse aux nombreux « Pourquoi » qui peuvent parfois nous traverser l’esprit. Elles sont une raison de continuer à faire ce que l’on fait. Leur présence dans cette période difficile, donne du sens au MotoGP. « C’est vous tous qui permettez que ça existe » ; non Mesdames, c’est bien vous qui permettez que tout ça existe.

D’autres belles histoires de supporters accompagnent ce Grand Prix à huis clos. Mon ami Charles, journaliste, m’en raconte une. Mercredi, il filmait l’arrivée de Fabio Quartararo au circuit Bugatti, et a pris le temps de discuter avec des fans. Certains avaient fait le trajet de Grenoble exprès pour la haie d’honneur dédiée au pilote Yamaha. Aller-retour, ça fait plus de 1 400 kilomètres, juste pour pouvoir acclamer le pilote français quelques minutes. La passion soulève des montagnes.

Dimanche, Johann Zarco et Fabio Quartararo ont écrit l’histoire du sport moto français avec ce nouveau double-podium en MotoGP. Leur performance récompense et réconforte ces nombreux supporters, qui méritent tant de pouvoir à nouveau venir assister aux Grands Prix. Un podium pour Magali, pour Floriane, pour Mylie. Un podium pour tous les fans qui rêvaient d’être dans les gradins du circuit, pour le voir et le vivre « en vrai ». Un podium pour elles. Un podium pour eux.

Merci Floriane, merci Mylie, merci à leur super-maman Magali. Et à l’an prochain dans les tribunes du Mans.

Vous suivez le travail sérieux et passionné de GP-Inside ? Aidez-nous à survivre économiquement et continuer en devenant membre Premium. Au programme : site 100 % sans pub, développement du média, contenu exclusif & amélioré, concours à chaque GP. Merci du soutien !

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
S’abonner
Notifier de
2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments

[…] Pour elles, pour eux […]