Pourquoi Ogura peut devenir pilote Honda en MotoGP



Ai Ogura est la star montante de la moto japonaise. Membre du Honda Team Asia, il vient de décrocher son premier podium en Moto2. Tout indique que le HRC va se pencher sur son dossier pour lui faire une place en MotoGP.

Dernier pilote japonais sacré champion du monde, en 2009 (250cc), Hiroshi Aoyama a sous son commandement celui qui prendra peut-être bientôt sa relève : Ai Ogura. À 20 ans, le représentant de l’Idemitsu Honda Team Asia défraie la chronique en Moto2. Et l’ensemble de ses résultats en font le nouveau grand espoir de la vitesse asiatique.

Cinquième de la Red Bull MotoGP Rookies Cup en 2017, puis du CEV Moto3 en 2018, le Tokyoïte est entré en championnat du monde en 2019 avec le Honda Team Asia, après quelques Grands Prix disputés l’année précédente. Immédiatement au niveau, il a décroché plusieurs tops-10, la dixième place finale du classement général et même un premier podium au Motorland Aragon.

Évidemment conservé en 2020, il n’a pas remporté de Grand Prix mais enchaîné les podiums (sept dans la saison) et les bons résultats (douze courses sur quinze terminées dans le top-10). Ce qui, une fois la dernière ligne d’arrivée franchie, lui a attribué la médaille de bronze du championnat, à égalité avec Tony Arbolino et à seulement 4 points du champion du monde, Albert Arenas.

Promu en Moto2, Ai Ogura a fait ses premiers pas en catégorie intermédiaire cette année. Et il ne lui a pas fallu longtemps pour briller, puisqu’il est arrivé cinquième dès sa deuxième course, à Losail. D’autres performances ont suivi derrière (septième à Jerez et au Mans, sixième au Mugello puis à Assen…), avant la trêve estivale.

Un nouveau cap a été franchi à son retour de vacances. À l’aise sur le tracé de Spielberg, le Japonais a été l’un des grands animateurs des deux Grands Prix courus là-bas. Il aurait dû disputer la victoire à Marco Bezzecchi lors du premier, si une pénalité long lap n’avait pas gâché sa fin de course – quand même terminée cinquième. Une semaine plus tard, il a pris sa revanche en allant décrocher son premier podium en Moto2, derrière Raul Fernandez.

Si les pièces du puzzle continuent à s’emboîter de la sorte, son avenir s’annonce radieux. Et le chemin vers le MotoGP est tracé.

Ai Ogura fait en effet partie du Honda Team Asia, une filière mise en place par le HRC dans le but de détecter, former et promouvoir des pilotes asiatiques. Le constructeur veut des représentants du continent (et si possible japonais) en MotoGP, d’où la présence actuelle de Takaaki Nakagami. Engagé en Moto2 avec le Idemitsu Honda Team Asia de 2014 à 2017, il est monté en catégorie reine en 2018, grâce à ses résultats (7e place du championnat) mais aussi sa nationalité. Bien qu’il soit membre de l’équipe satellite LCR, ses contrats sont signés directement avec Honda.

La même histoire pourrait se répéter avec Ai Ogura, à la différence que ce-dernier est plus prometteur en termes de résultats. Le Honda Team Asia l’a emmené en CEV en 2017 et 2018, avant de le lancer sur le championnat du monde Moto3 en 2019, le garder en 2020 et le porter en Moto2 cette saison. S’il négocie bien la suite, il y a fort à parier que Honda lui proposera un guidon en MotoGP. Pourquoi pas dès 2023.

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments

[…] Pourquoi Ogura peut devenir pilote Honda en MotoGP […]