Preview du Grand Prix de Styrie 2020



Le championnat du monde de vitesse moto fait escale au Red Bull Ring de Spielberg ce week-end, pour la cinquième étape de la saison 2020. Tour d’horizon et enjeux avec les communiqués Dorna Sports des organisateurs :

MotoGP : L’étau se resserre avant le GP de Styrie !

Andrea Dovizioso (Ducati Team) s’était montré en difficulté depuis deux courses. Des résultats alimentant encore plus la tension présente au sein du box Ducati, à laquelle ‘Desmodovi’ choisissait de mettre fin ce samedi en annonçant son départ de l’équipe après huit années de collaboration. Mais la plus belle réponse, l’Italien l’apportait finalement en piste dès le lendemain en s’adjugeant sa 14e victoires en rouge, la 50e de la marque de Bologne sous l’ère MotoGP… tout un symbole. Un succès, qui ne le fera pas revenir sur sa décision, annonçait-il en zone mixte. Reste à savoir ce que fera le natif de Forli en 2021, même si la plupart des bons guidons ont d’ores et déjà été attribués.

En attendant, ce triomphe lui permet de revenir sur le leader Fabio Quartararo (Petronas Yamaha SRT), cette fois en proie à quelques problèmes de frein. ‘El Diablo’, classé seulement huitième du dernier Grand Prix, n’aura à vrai dire pas été le seul à connaître quelques soucis et pour cause ! Maverick Viñales (Monster Energy Yamaha MotoGP) ne faisait pas mieux que dixième. Résultat, le n°4 vient s’intercaler entre eux, à 11 longueurs du Niçois ; un écart qu’il entend bien grappiller davantage…

Tout comme Valentino Rossi (Monster Energy Yamaha MotoGP), arrivé cinquième et meilleur pilote Yamaha après avoir frôlé le drame, ou Takaaki Nakagami (LCR Honda Idemitsu), Brad Binder (Red Bull KTM Factory Racing) remonte un peu plus au classement. Pourtant, le vainqueur du GP de République tchèque n’était clairement pas dans le coup en qualifications ; ce qui ne l’aura pas empêché dimanche de tenir tête al ‘Dottore’. Résultat il pointe dorénavant au quatrième rang ; soit 14 positions de grappillées en deux week-ends.

Mais au-delà de cette prestation réalisée par le Sud-Africain, KTM n’aura pas connu le dénouement escompté sur ses terres, comme en témoigne notamment cet accrochage entre Pol Espargaró (Red Bull KTM Factory Racing) et Miguel Oliveira (Red Bull KTM Tech3) ; une mésaventure qu’ils auront donc à cœur de faire oublier.

Ce GP de Styrie sera également une occasion de revanche pour Franco Morbidelli (Petronas Yamaha SRT), qui n’aura cette fois pas rallié le drapeau à damier, suite à cet accrochage à haute vitesse avec Johann Zarco (Esponsorama Avintia Racing). L’Italien venait tout juste de goûter aux joies de son premier podium. Et on pourrait en dire autant d’Álex Rins (Team Suzuki Ecstar), parti à la faute en voulant déloger Andrea Dovizioso des commandes. Une erreur qui coûte cher, puisque le Catalan a disparu du Top 10.

À l’inverse, Joan Mir (Team Suzuki Ecstar) compte bien capitaliser sur cette récente deuxième place. Jamais le Majorquin n’avait fait aussi bien en MotoGP ! Une performance d’autant plus remarquable qu’il n’avait jamais roulé sur ce tracé au guidon de sa GSX-RR jusque-là. Jack Miller se relance lui aussi avec cette troisième position.

Côté Ducati, à voir ce dont Johann Zarco sera capable… À condition bien sûr que les médecins l’autorisent à courir, car vous n’êtes pas sans savoir que le Français a dû se faire opérer du scaphoïde droit. L’avantage est que sa Ducati était plutôt performante sur ce tracé. Michele Pirro continuera pour sa part d’officier en remplacement de Francesco Bagnaia (Pramac Racing), qui récupère toujours de sa blessure au tibia droit ; le retour du transalpin étant prévu pour Misano.

Dans le clan Honda, Stefan Bradl roulera de nouveau sur la RC213V de Marc Márquez (Repsol Honda Team), pas encore totalement rétabli de fracture à l’humérus droit.

Moto2 : Marini arrive en nouveau leader en Styrie

Dès ce vendredi, les pilotes du Moto2 reprendront la piste sur le Red Bull Ring pour le Grand Prix BMW M de Styrie ; une épreuve que Luca Marini (SKY Racing Team VR46) abordera en nouveau leader. L’Italien, classé deuxième le week-end dernier, est prêt à défendre son statut, notamment face à Enea Bastianini (Italtrans Racing Team), dont la chute avait provoqué un drapeau rouge. Heureusement tout le monde s’en sortait indemne, mais Bestia se trouvait privé d’un second départ, alors qu’il avait réalisé un très bon début de course.

Parmi les autres grands favoris, on pourrait également citer Jorge Martín (Red Bull KTM Ajo). Auteur de sa toute première victoire dans la catégorie, le Madrilène se verrait bien enchaîner, d’autant plus que le voici installé en troisième position, à égalité avec Sam Lowes (EG 0,0 Marc VDS) ; le Britannique faisant d’ailleurs preuve d’une très grande régularité depuis le début de saison.

Marcel Schrötter (Liqui Moly Intact GP), qui a fraîchement renoué avec le podium, sera par ailleurs à surveiller de près, sans oublier Xavi Vierge (Petronas Sprinta Racing), arrivé cinquième du précédent rendez-vous.

Marco Bezzecchi (SKY Racing Team VR46), Tom Lüthi (Liqui Moly Intact GP), Augusto Fernández (EG 0,0 Marc VDS), Arón Canet (Inde Aspar Team) et Joe Roberts (Tennor American Racing) étaient eux aussi dans le coup et tenteront nul doute de faire encore mieux !

Enfin, il faudra garder un œil sur Tetsuta Nagashima (Red Bull KTM Ajo), qui a chuté en course pendant le Grand Prix d’Autriche, mais qui conserve la cinquième place au classement général. Même chose pour Lorenzo Baldassarri (Flexbox HP 40), dont le potentiel n’est pas à négliger, bien qu’il semble peiner à trouver ses marques cette année.

Moto3 : Qui pour contrer super Arenas ?

La grille du Moto3 sera de retour dès ce week-end pour le Grand Prix BMW M de Styrie, deuxième manche autrichienne de ce calendrier 2020 un peu particulier.

Celui dont tout le monde parle et qui fait déjà office de grand favori est bien entendu Albert Arenas (Valresa Aspar Team). Depuis le début de la saison, le Catalan s’est adjugé trois victoires pour un total de quatre podiums. Des résultats qui lui permettent à ce stade de compter 28 points d’avance sur son plus proche adversaire.

Mais ils sont nombreux à vouloir lui faire barrage, à commencer par Jaume Masia (Leopard Racing). Quatrième sur la grille de départ, l’Espagnol s’était imposé comme réel candidat à la victoire au Red Bull Ring, jusqu’à que le n°75 lui vole la vedette pour 49 millièmes.

L’expérimenté John McPhee (Petronas Sprinta Racing) pourrait également être un concurrent redoutable. Pas pour rien qu’il occupe la deuxième place au classement général ! Qualifié en première ligne il y a tout juste une semaine, l’Écossais franchissait le drapeau à damier en sixième position, mais héritait du podium suite aux pénalités d’Ai Ogura (Honda Team Asia), Darryn Binder (CIP Green Power) et Celestino Vietti (SKY Racing Team VR46). Ces trois hommes-là ont d’ailleurs soif de revanche. On soulignera plus spécialement l’impressionnante performance de Darryn Binder, parti 22e et arrivé quatrième puis reculé d’un rang.

Tony Arbolino (Rivacold Snipers Team), régulièrement aux avant-postes, sera par ailleurs à surveiller de près, tout comme Deniz Öncü (Red Bull KTM Tech 3). Le jeune Turc aura fait sensation le week-end passé en prenant à plusieurs reprises les commandes, avant d’écarter. Le représentant Red Bull KTM Tech3 terminait tout de même huitième, un sérieux outsider en Styrie.

Ne pas écarter non plus Tatsuki Suzuki (SIC58 Squadra Corse) et Raúl Fernández (Red Bull KTM Ajo), respectivement quatrième et cinquième au Championnat et tous deux dans le coup lors de la première épreuve en Autriche. Sans oublier Gabriel Rodrigo (Kömmerling Gresini Moto3) et Dennis Foggia (Leopard Racing) qui figurent eux aussi dans le Top 10 provisoire.

On pourra enfin compter sur Ayumu Sasaki ( Red Bull KTM Tech 3) qui, sans ce long lap penalty, aurait été en course pour la victoire.

GP de Styrie : programme/horaires

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de

Facebook

Applications

Disponible sur Google Play
Disponible sur Apple App Store