Puig : « Je comprends parfaitement la décision de Lorenzo »



Alberto Puig ne garde pas de rancoeur contre Jorge Lorenzo : il comprend la décision de se retirer plus tôt que prévu, et applaudit « son courage » et « son honnêteté ».

Jorge Lorenzo sera en piste début février, pour les essais de Sepang, mais pas au guidon de la Honda RC213V. Le Majorquin, nouveau pilote d’essais Yamaha, va retrouver la YZR-M1 avec laquelle il a décroché trois titres de champion du monde. Moins de trois mois plus tôt, il portait pourtant encore les couleurs du HRC.

Sa campagne 2019, pleine de promesses, s’est terminée avec le pire bilan de sa carrière (aucun podium, aucune pole, des chutes en pagaille et la 19e place du championnat). Il a finalement pris sa retraite à la fin du Grand Prix de la Communauté valencienne, expliquant qu’il avait perdu la motivation, qu’il n’arrivait pas à être rapide sur la Honda et qu’il avait peur de se blesser gravement.

« Il ne s’est pas adapté à la moto, sont arrivés les accidents et, en conséquence, la décision de se retirer, rappelle Alberto Puig dans le journal catalan La Vanguardia. Cela nous a mis très mal, nous a fait de la peine, parce que le HRC fait toujours le maximum pour que les pilotes développent leur potentiel, et lui n’a pas pu. »

Mais le team-manager Repsol Honda assure faire preuve d’empathie envers son ancien pilote. « Pour ce que fut Jorge, je le comprends parfaitement. Un quintuple champion du monde, né pour rouler et gagner, ne peut pas se battre pour la 10e place avec une Honda. J’applaudis comment il l’a fait : il a été courageux et honnête, et pour ça ses adieux furent bons, sans rancoeur. Il était reconnaissant, content et libéré. »

Les premiers tours de Jorge Lorenzo sur la Honda RC213V n’étaient pas nécessairement mauvais, et il y a eu des moments où on a pensé qu’il allait trouvé la clé. Mais pour Alberto Puig, ses problèmes viennent des chutes à répétition ; elles ont eu raison de lui. « Aux essais de novembre il a été très rapide, sans que la moto ne soit 100 % à son goût. Ensuite certaines choses ont été modifiées, nous sommes allés au Qatar, il a eu une grosse chute, il a perdu confiance en l’avant, et à partir de là il n’a jamais réussi à se faire à la moto. Quand tu n’as pas confiance en la moto, tu ne peux pas être rapide. C’est impossible. »

Alberto Puig regrette par ailleurs de n’avoir pu bénéficier de l’effusion qu’aurait pu provoquer la présence des deux champions espagnols que sont Jorge Lorenzo et Marc Marquez dans le même box. « Je continue de penser que si Lorenzo s’était adapté à la moto, Marc aurait fait un pas de plus en avant. Tout pilote a besoin d’un coéquipier rapide pour que se crée une certaine tension et rivalité. »

Stay tuned !
Rejoignez-nous sur Facebook, Twitter, Instagram.

Lorenzo revient pour « aider Yamaha à récupérer le titre »

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de