Puig : « Les commentaires de Pirro sont honteux »



Chez Honda, les insinuations de Michele Pirro au sujet de l’interdiction des wild-cards n’ont pas été appréciées. « C’est blessant venant de quelqu’un qui fait partie d’une équipe d’usine, dans une situation aussi difficile et critique. »

Conséquence de l’épidémie de coronavirus, la Commission Grand Prix a décidé d’interdire les wild-cards en 2020. Un choix fait dans le cadre du protocole en train d’être mis en place par la Dorna, qui va notamment consister à réduire au strict minimum le nombre de personnes dans le paddock. Concernant les wild-cards, cela fera « l’économie » d’une dizaine de personnes, plus les tâches (logistiques administratives…) que cela comporte.

Pilote d’essai Ducati, Michele Pirro ne pourra donc pas faire de Grand Prix en 2020. Et il a du mal à accepter ce scénario. « Prendre une décision aussi lourde avec autant d’anticipation, à mon avis ce n’est pas correct, a-t-il expliqué. Je peux comprendre une décision prise un mois avant, mais là on ne sait même pas quand commencera le championnat et combien de courses vont être disputées. »

L’Italien a une hypothèse : Honda aurait fait pression pour que les wild-cards soient interdits, comme une sorte de vengeance contre Jorge Lorenzo, qui devait disputer des courses avec Yamaha. « Peut-être que Honda veut faire payer à Jorge Lorenzo le fait qu’il soit parti chez Yamaha. Mais je ne suis pas Lorenzo, qui a gagné beaucoup d’argent et peut rester à la maison. Je crois que je peux encore donner beaucoup en MotoGP. »

Les cadres de Honda n’ont évidemment pas reçu avec joie ces déclarations. Le team-manager du Repsol Honda Team, Alberto Puig, trouve que « les propos de Pirro sont honteux et plutôt inappropriés. Je ne comprends pas d’où ils viennent », réagit-il auprès de Crash.net.

L’Espagnol rappelle que dans ce contexte, Honda a, au contraire de ce qu’il insinue, accepté de faire des efforts pour le bien du championnat. Il fait notamment allusion au gel du développement moteur et aérodynamique : une décision prise notamment parce que les marques européennes ne pouvaient pas travailler et sont plus impactés par la crise qu’au Japon. Il souligne également que les rapports avec Jorge Lorenzo sont corrects.

« Honda, comme tous les autres constructeurs participant au championnat du monde MotoGP, a travaillé très dur durant des semaines pour jauger de la faisabilité de cette saison. Nous avons participer à beaucoup de réunions durant cette période pour trouver un consensus avec toutes les marques. Nous, Honda, avons renoncé à beaucoup de choses que nous voulions faire dans le futur en termes d’évolutions techniques, et nous l’avons fait pour le bien du sport, pour maintenir l’égalité entre les constructeurs.

Ce n’est pas facile, nous nous adaptons tous, de l’organisation jusqu’aux teams, sponsors et bien sûr les pilotes – tous avec l’envie de reprendre le championnat. C’est pourquoi ça nous blesse que quelqu’un qui fasse partie d’une équipe d’usine fasse ce genre de commentaires dans une situation aussi difficile et critique pour tout le monde. Je crois que Pirro devrait savoir que chez Honda, nous avons du respect pour Lorenzo. Nous avons terminé l’an dernier avec lui d’une manière bonne et respectueuse, et lui avons souhaité le meilleur pour le futur. »

Pirro insinue que Honda est derrière l’interdiction des wild-cards

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de