Qatar, Espargaro (J1) : Meilleur pilote Honda malgré deux chutes



Classé 10e des essais libres, ce vendredi, Pol Espargaro a fait le travail au Qatar. Le Catalan est le premier des quatre pilotes Honda en piste, bien qu’il continue son apprentissage de la RC213V. Ce qui lui a valu deux chutes, sans gravité et dont il veut tirer des leçons.

Provisoirement en Q2 : « Je suis content parce qu’après une semaine sans moto, j’ai pu être plus ou moins aussi rapide que pendant le test, alors qu’il y a des top-pilotes qui ne l’ont pas fait. Je suis à 5 dixièmes du premier et j’aurais été encore plus proche si j’avais fini mon tour (sans chuter). Cela signifie que je me rapproche, mais pour faire ces chronos il faut se rapprocher de la limite et je l’ai trouvée. Ce n’est pas idéal mais il faut parfois tomber pour être rapide. C’est mieux de chuter maintenant qu’en qualification ou en course. En FP3 ce sera difficile d’améliorer, donc être provisoirement en Q2 est bien, mais si nous devons pousser en FP3 nous le ferons. »

Chercher la limite et tomber : « La première chute a été assez similaire à celle du test, avec un pneu qui ne fonctionne pas bien, surtout parce que nous avons un nombre déterminé de pneumatiques et nous devons utiliser ceux qui ne nous plaisent pas pour garder ceux que nous aimons pour le reste du week-end. La chute de l’après-midi est arrivée parce que je cherchais la limite, j’étais un dixième plus vite que mon tour rapide, j’ai essayé de prendre le virage plus vite et l’avant a croisé. Je ne m’y attendais pas et je n’ai pas pu la rattraper. Ce sont les chutes que je dois comprendre pour savoir où est la limite. Elle fait partie des chutes qui me feront progresser. »

Pas encore sous contrôle : « Progresser est difficile parce qu’aujourd’hui, par exemple, je suis entré dans le secteur 3, virage 10-11 où je perdais beaucoup au test, et ça allait bien. Et en échange, je me suis perdu dans le T1 où j’étais très rapide pendant les tests. Donc je ne contrôle pas encore beaucoup les sensations. Il me manque ce contrôle de quand on est à la limite, je vais à la limite mais sans contrôle, ça fait perdre un peu de temps ici et ce sont des dixièmes qui font la différence avec le premier. »

Ce qu’il n’aime pas de la Honda ? « Pour le moment j’aime tout de la Honda, je me sens à l’aise et, pour l’instant, il n’y a rien de ce que je dise qui ne soit pas possible d’améliorer. La balle est dans mon camp, je suis encore celui qui doit progresser, et il y a peu d’endroits où j’ai pour l’instant trouvé la limite de la moto. »

Qatar : Les qualifiés provisoires et pourquoi ça peut être décisif

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments