Qatar : « Marquez doit rouler mais promettre de finir dernier » (Agostini)



Marc Marquez au Grand Prix du Qatar ? Pour Giacomo Agostini, le pilote Honda doit y aller et participer, mais avec modération. Le but n’est pas de remporter la course mais de retrouver des sensations sur une MotoGP.

Marc Marquez au départ d’une course moto, ça n’est plus arrivé depuis le 19 juillet 2020. Plus de huit mois plus tard, l’heure du grand retour de l’octuple champion du monde a peut-être sonné. Son bras droit va mieux, la rééducation se poursuit et ses premiers entraînements à moto viennent d’être effectués. La décision de participer ou pas au Grand Prix du Qatar (26-28 mars), coup d’envoi de la saison 2021 de MotoGP, doit être prise dans les prochains jours.

La situation est évidemment suivie de près par Giacomo Agostini, recordman du nombre de titres mondiaux (15) et de victoires (122). À bientôt 79 ans, l’Italien a toujours les deux pieds dans le monde de la moto et a son opinion sur ce que doit faire Marc Marquez le week-end prochain.

Oui, il doit prendre part au Grand Prix du Qatar, estime Ago, mais à une condition : « promettre de finir dernier. » L’opportunité de grimper sur la Honda RC213V à Losail doit être saisie mais considérée comme un entraînement pour son corps et ses réflexes, sans que des risques ne soient pris pour faire un résultat.

« Marquez doit rouler mais doit promettre de finir dernier. Ce serait un super entraînement pour lui, après un an sans avoir roulé à 300 km/h sur une moto. Il doit s’entraîner et être content de finir dernier, commente Giacomo Agostini. C’est un super entraînement et il doit le faire. L’oeil n’est plus habitué, c’est pourquoi il doit faire une course, rester tranquille et s’amuser. »

Ce raisonnement, la légende italienne du sport moto l’appuie par l’une de ses expériences personnelles liées à la vitesse et aux réactions du corps, que Marc Marquez n’entraîne plus à 300 km/h depuis ses blessures de l’été 2020 :

« Je n’ai jamais été arrêté aussi longtemps mais je me souviens que quand je suis aller rouler en Émilie-Romagne, il n’y avait pas encore de radars et en voiture, j’étais à 180 km/h et j’avais l’impression de voler. Après 3 jours de moto à 280 km/h, dimanche soir le compteur de ma voiture affichait 240 km/h et j’avais l’impression d’être à 160 km/h. Nous, pilotes, devons entraîner notre oeil. Ça fait un an que Marquez ne l’a pas fait. Faire du motocross et de la salle est important, mais il est plus important d’utiliser ce avec quoi il roule. »

« Il doit se mettre en tête qu’il ne veut pas gagner mais faire une promenade, répète-t-il. S’il se met ça à l’esprit et comprend que c’est bien, quand il sera de retour à 100 % il gagnera. C’est inutile de prendre des risques pour finir quatrième ou cinquième, c’est mieux de finir dernier pour faire une grande course lors de la suivante. »

Marquez à Barcelone, photos/vidéos : « Ça faisait longtemps que je ne m’étais pas autant amusé ! »

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments

[…] connaît la vitesse et la détermination du garçon. Giacomo Agostini s’en inquiétait même, lui conseillant de « promettre de finir dernier » et ne pas se laisser emporter par sa […]