Qatar, Moto2 : Nagashima 10 ans après Tomizawa !



Un Japonais, le regretté Shoya Tomizawa, remportait en 2010 le premier Grand Prix de l’histoire de la catégorie Moto2. Dix ans plus tard, son compatriote Tetsuta Nagashima ouvre la saison 2020 de la même manière, au terme d’une course remportée avec la manière.

Auteur surprise de la pole position, Joe Roberts manque quelque peu son envol et laisse le privilège du holeshot à Luca Marini devant Enea Bastianini et Jorge Martin. L’Américain franchit le premier virage quatrième mais repasse rapidement troisième. Derrière, Marcos Ramirez et Somkiat Chantra s’accrochent et ne bouclent pas le premier tour.

Un groupe de tête est formé par les quatre leaders, mais Lorenzo Baldassarri, vainqueur en 2019, s’accroche pour ne pas perdre le contact. Il emmène avec lui d’autres pilotes comme Remy Gardner, Xavi Vierge et Marco Bezzecchi. Anormalement loin (17e), Augusto Fernandez tente de reprendre du terrain et fait l’intérieur à Stefano Manzi. Mais l’Italien, placé à l’extérieur, ne cède pas, et Augusto Fernandez chute.

Luca Marini impose son rythme malgré une petite tentative de Joe Roberts au septième tour. La mi-course approche et le duo Marini-Roberts a ouvert un petit gap sur cinq poursuivants. Un sixième commence à revenir sur eux : Tetsuta Nagashima.

Alors qu’il semble se mettre à l’abri, Luca Marini s’écroule soudainement. Son avance diminue, ses poursuivants se regroupent. À 6 tours de l’arrivée, le pilote Sky VR46 se fait passer coup sur coup par Joe Roberts et Lorenzo Baldassarri. Le début de son calvaire, à l’image de celui vécu par Jorge Martin quelques minutes plus tôt.

Inspiré par son triomphe de 2019, Lorenzo Baldassarri se porte en tête avec Joe Roberts et Enea Bastianini à ses trousses. Mais la différence va finalement être faite par celui qui s’était montré le plus fort au warm-up : Tetsuta Nagashima.

Le Japonais nous avait habitué à des départs canons puis une baisse de régime. Passé de l’équipe Onexox TKKR SAG Team à Red Bull KTM Ajo cet hiver, il a visiblement travaillé ce défaut, car il fait tout l’inverse : qualifié 14e, monté en régime au fil des kilometres, Tetsuta Nagashima enflamme la piste. Il prend la tête de la course au 18e des 21 tours. Une boucle plus tard, son avance sur Lorenzo Baldassarri est d’une seconde.

Le Grand Prix est plié : Tetsuta Nagashima s’impose pour la première fois de sa carrière après une superbe démonstration de force. Un triomphe qu’il dédie à son compatriote et ami Shoya Tomizawa, décédé il y a presque dix ans et qui avait gagné ici à Losail, en 2010. C’était là aussi la première victoire de sa carrière.

Les Italiens Lorenzo Baldassarri et Enea Bastianini complètent le podium devant Joe Roberts, quatrième, qui enregistre le meilleur résultat d’un pilote américain en Moto2. Remy Gardner complète le top-5 juste devant Jorge Navarro, premier pilote non-Kalex à l’arrivée.

Impressionnant pour ses débuts, Aron Canet (8e) est de très loin le meilleur rookie et commence son parcours en Moto2 avec résultat dans les dix premiers. Un top-10 complété par Thomas Lüthi, qui en termine avec un week-end des plus compliqués.

Mais la pire fin de week-end est sans aucun doute à mettre sur le compte de Luca Marini. Après avoir dégringolé au classement, l’Italien a fini par chuter au dernier virage, poussé à la faute par Jake Dixon qui l’a touché en tentant de le dépasser.

On espère revoir tous les pilotes Moto2 en piste dès le Grand Prix des Amériques, dont on sait que la tenue est malheureusement menacée par l’épidémie de coronavirus.

Stay tuned !
Rejoignez-nous sur Facebook, Twitter, Instagram.

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

2
Poster un Commentaire

2 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
0 Auteurs du commentaire
  S’abonner  
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Notifier de

[…] dans le dernier tour du Grand Prix du Qatar, Luca Marini a terminé son week-end de façon cauchemardesque. Mais – et c’est déjà ça […]

[…] la Moto2 est une catégorie serrée, chaque détail compte. Mon poids n’aide vraiment pas. Au Qatar il était clair que dans la première moitié de la course, quand le réservoir était plein, […]