Quand Gresini était « proche » de recruter Rea



Jonathan Rea pilote MotoGP, ça a failli arriver il y a quelques années. Fausto Gresini dit avoir été « proche » de sceller un accord en 2013-2014, alors qu’il dirigeait l’équipe GO&FUN Honda Gresini.

« Je ne comprends pourquoi ce type n’est pas dans le paddock MotoGP. Il devrait être là. » Tel est l’avis de Wayne Gardner, champion du monde 500cc, au sujet de Jonathan Rea. À 33 ans, le Britannique est en train de devenir une légende de la catégorie Superbike, avec cinq titres consécutifs obtenus depuis 2015. Il a aussi le plus grand nombre de victoires (89), de podiums (170) et divers autres records.

Pourtant, il affirme n’avoir jamais reçu une offre concrète pour aller en MotoGP, classe suprême de la vitesse moto. « J’ai parlé plusieurs fois avec des équipes MotoGP dans ma carrière. J’ai beaucoup parlé. J’ai parfois reçu une offre provisoire sur la table. Cependant, je n’ai jamais eu un contrat MotoGP prêt à être signé. Même venant d’une équipe privée qui roule à l’arrière du peloton », indiquait-il début mars. En 2018, quand Dani Pedrosa a commencé à parler de la retraite, son manager a essayé de le placer chez Repsol Honda. Ça ne s’est pas fait. Aprilia a aussi pris contact pour l’avoir, mais ça n’est pas allé bien loin. « Ce n’était pas quelque chose qui m’intéressait vraiment. »

Aprilia, justement, aura peut-être besoin d’un nouveau pilote en 2021, si la suspension d’Andrea Iannone est confirmée par le Tribunal arbitral du sport. Il n’en fallait pas moins pour que Gpone ne souffle le nom de Jonathan Rea à Fausto Gresini (Aprilia Racing Team Gresini), à l’occasion d’une interview. Et ce n’est pas la première fois que le nom du pilote britannique lui revient pour des questions de mercato.

Quelques années plus tôt, alors que la structure Gresini était une équipe satellite Honda, des discussions avaient déjà eu lieu. « Nous avons parlé avec Rea dans le passé et pendant un moment nous n’étions même pas trop loin. Il est vrai que nous étions assez proches de sceller (un accord), vers 2013, 2014 », a-t-il rappelé.

À cette époque, Jonathan Rea n’était pas encore le champion que l’on connaît. Il était pilote Honda en Superbike (photo ci-dessus) depuis 2009, mais ne jouait « que » les places du top-5 du championnat – 5e en 2012, 9e en 2013, 3e en 2014. La suite, tout le monde la connaît. « Pour moi, Jonathan est un super champion. On ne peut pas dire qu’il ne mérite pas de s’exprimer en MotoGP », poursuit Fausto Gresini.

Ce-dernier se rappelle des deux piges de Jonathan Rea en MotoGP, en 2012. Il avait été appelé par le Repsol Honda Team pour remplacer Casey Stoner, forfait, à Misano (8e) et en Aragon (7e). Deux résultats dans le top-10 quand on découvre la catégorie, l’équipe et la moto – la RC213V, c’est autre chose que la CBR1000RR –, le tout au milieu de sa propre saison, c’est loin d’être ridicule. « La catégorie n’est certes pas facile, mais il a montré qu’il peut être rapide avec ces motos quand il a couru les deux wild-cards », se souvient le chef d’équipe.

« À mon avis il est resté trop en Superbike, ce serait bon de le voir en MotoGP et je pense qu’il s’en sortirait bien. » Même en 2021, année où il fêtera ses 34 ans et après une carrière déjà bien remplie ? « Il n’est pas trop tard tard », juge-t-il, à partir du moment où on est rapide et qu’on en a la volonté.

Jonathan Rea n’a toujours pas dévoilé ce qu’il fera en 2021. Kawasaki souhaite le prolonger, et les chances qu’il reste pilote chez les Verts sont élevées. Ce pourrait être son dernier contrat, avant une retraite bien méritée.

Aprilia a approché Rea pour du MotoGP

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de

Facebook

Applications

Disponible sur Google Play
Disponible sur Apple App Store