Quartararo se souvient : « Quand les gens me comparaient à Marquez, je n’avais que 16 ans… »



Pourquoi il s’en sort mieux en MotoGP que dans les petites catégories, quels sont les secrets de ses réussites… Alors que se profile le Grand Prix de République-Tchèque, Fabio Quartararo a donné quelques explications à Speedweek. Voici un résumé des meilleurs passages.

Les difficultés du passé : « Quand les gens m’ont comparé à Marquez, je n’avais que 16 ans. Je pense que la pression est devenue trop forte, c’était trop stressant. Ensuite, je me suis cassé la cheville et j’ai raté six courses. L’année suivante, j’étais chez Leopard et j’ai eu une saison très difficile.

Au cours de ces années, j’ai acquis beaucoup d’expérience – ce fut très mauvais en termes de résultats, mais excellent pour mon expérience. Chaque bon moment que j’ai vécu chez Leopard était un grand succès, car 95 % du reste était négatif. Cela m’a appris à apprendre des moments négatifs et prendre le positif. »

Meilleur en MotoGP qu’en Moto2/3 : « Pour être rapide dans cette catégorie, il ne faut pas seulement une bonne moto. Il faut aussi de bonnes personnes autour de soi, de bons mécaniciens, un bon chef d’équipe, tous ensemble doivent être comme une famille.

La Yamaha s’adapte également à mon style de pilotage : c’est une moto qu’il faut conduire en douceur. Jorge Lorenzo la pilotait ainsi et a remporté de nombreuses courses avec. Je pense que je suis un pilote assez souple, donc tout va bien. »

Wilco Zeelenberg est très bon. Il y a des membres de l’équipe qui cherchent vraiment à obtenir des résultats, donc il me faut les obtenir ! Cela mepousse. Ce n’est pas seulement Wilco, c’est toute l’équipe. Nous travaillons dur tout le week-end, et quand la course arrive ils me disent : ‘fais de ton mieux’. Si les gens ne me mettent pas la pression, je peux piloter beaucoup, beaucoup plus vite. »

La découverte de la M1 : « Lors du test de Sepang [en février], j’ai commencé à me sentir un peu mieux. La moto a commencé à ressembler davantage à ma moto. Dès notre arrivée au Qatar, pour les essais, nous avons fait un grand pas en avant le premier jour, ce qui m’a donné beaucoup de confiance pour pousser la moto à la limite. Nous avons terminé les essais hivernaux à la 2e place. Ensuite, j’ai commencé à sentir le potentiel de la Yamaha et mon propre potentiel sur une MotoGP. »

Le grand pas en avant : « Les points de freinage. À Sepang, les points de freinage ont été très difficiles pour moi. Dans les dernières heures du test, je pensais juste au freinage, mais nous n’avons trouvé aucune amélioration. Et tout à coup, nous nous sommes améliorés au Qatar sans même y penser. Pour moi, ce fut le plus grand pas que nous ayons fait cette année. »

Où il excelle : « Je pense que je suis assez bon sur la vitesse de la courbe. Lors du test de Sepang, Marc m’a dit que sa vitesse était très apide quand il est passé de la Moto2 à la classe MotoGP, mais petit à petit, il l’a perdue et a gagné d’autres choses dans d0aytres domaines. Cette année, ma vitesse en virage est très bonne et j’espère pouvoir m’améliorer dans d’autres domaines sans perdre en vitesse. »

Pour rappel, Fabio Quartararo est actuellement 8e du championnat pour sa première saison en MotoGP. Monté sur 2 podiums et parti 3 fois depuis la pole position, il lutte pour le titre de meilleur pilote satellite face à Jack Miller et Cal Crutchlow. Quant au classement des meilleurs rookies, le pilote Yamaha le domine.

Rossi : « Quartararo a une très bonne maitrise de la Yamaha »

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

1
Poster un Commentaire

1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
  S’abonner  
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Notifier de
Mary

Essаiе се sitе avant de te bгаnler –> http://www.Sexia.club