Rabat : « Un très mauvais début » en Superbike



Seulement 15e du mondial Superbike après les quatre premières épreuves, Tito Rabat n’est pas compétitif dans sa nouvelle catégorie. « Il faut continuer à essayer, peu importe ce qui arrive. »

Le championnat du monde Superbike 2021 est aux environs de son premier tiers, et un panorama commence à se dessiner devant : Jonathan Rea et Toprak Razgatlioglu à la lutte pour le titre, Scott Redding en challenger, Alex Lowes, Michael Ruben Rinaldi, Garrett Gerloff et quelques autres pilotes en troubles-fêtes. Un combat pour les premières positions qui ne concerne pas Tito Rabat, lointain 15e au classement.

Arrivé en WorldSBK après cinq saisons en MotoGP, le Catalan est passé à côté de ses débuts. Une « très mauvaise » entame, ainsi qu’il l’a lui-même reconnu sur WorldSBK.com. Sept des douze manches jusqu’alors disputées se sont terminées hors des points pour lui, et son meilleur résultat est une 9e place à Estoril.

« Au début nous avons commencé avec beaucoup de problèmes, puis nous nous sommes heurtés aux deux derniers circuits, je ne comprends toujours pas pourquoi. Nous avons fait un test à Misano qui était bien mieux, et à Donington on ne peut pas tirer de bonnes conclusions. Il faut attendre un peu, être patient et essayer d’en tirer le plus possible chaque week-end. »

« Si on doit parler sérieusement, c’est clair que c’est un mauvais début de saison, très mauvais », admet-il, alors que le top-10 du championnat est 39 points devant lui. Face à cette situation, le champion du monde Moto2 2014 entend garder son sang-froid pour sortir la tête de l’eau :

« Le travail que je fais chez moi ne se reflète pas en piste, et il n’y a pas d’autre option que celle de m’armer de patience et d’être calme. Si les résultats ne viennent pas, on trouve la motivation chez soi pour arriver au circuit motivé, on le quitte en essayant de ne pas être démotivé et on continue. Il s’agit avant-tout d’avoir beaucoup de confiance en soi, parce qu’au final c’est le plus important. Je sais que je vais vite, et je suis à 100 % de mes possibilités partout. »

L’épreuve d’Assen, circuit qu’il connaît bien, lui donne une occasion de rebondir, fin juillet. Mais le pilote du Barni Racing Team ne « planifie rien » de particulier, sinon appliquer la même formule que lors des semaines précédentes. « J’espère arriver fort, travailler calmement et continuer avec cette mentalité, que cela se passe bien ou mal. Il faut essayer de tout mettre à sa place. Continuer à essayer, peu importe ce qui arrive. »

Documents sanitaires et capacité maximale d’accueil au WorldSBK d’Assen

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
S’abonner
Notifier de
2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Cagaze
26 jours il y a

Je ne comprends pas qu’on investisse un centime sur ce pilote qui n’a pas vu le puck en motogp et ne le voit pas plus en SBK. On se demande comment il a obtenu un titre en moto2.

hawai972
25 jours il y a
Reply to  Cagaze

Ben, il était chez Marc VDS, meilleure équipe á l’époque …