Rossi, dernière ligne droite ?



Absent du top-10 depuis septembre 2020, Valentino Rossi a plus que jamais besoin de rebondir au Grand Prix d’Espagne, ce week-end. Il ne lui reste plus que quelques semaines pour prouver qu’il a toujours sa place en MotoGP en 2022.

« Valentino Rossi sur le départ à la retraite ? » La question est devenue un classique depuis une dizaine d’années. Et à chaque fois, le Docteur répond par la négative, en signant un nouveau contrat. C’est arrivé fin septembre 2020, quand il a prolongé l’aventure MotoGP jusqu’à fin 2021 en rejoignant le Petronas Yamaha Sepang Racing Team. Sept moins plus tard, la même interrogation se pose pour 2022.

À 42 ans, le nonuple champion du monde n’a plus rien à prouver mais continue à empiler les courses et les kilomètres. Pourquoi ? Parce qu’il prend du plaisir à le faire, et qu’il sent qu’il peut toujours être compétitif. Continuera-t-il en 2022 ? Si les deux conditions sont toujours remplies.

« J’espère que ce ne sera pas ma dernière année », souriait-il fin mars, à l’aube du Grand Prix du Qatar. Le souhait du pilote italien est bien d’être là jusqu’à fin 2022, et la question du plaisir pris sur la moto ne se pose pas. Celle de la compétitivité, en revanche, si.

Avec 4 points marqués à l’issue des trois premiers Grands Prix, Valentino Rossi signe son pire début de saison en carrière, toutes catégories confondues. Rapide 4e en Q2 à Losail, il a dû revoir ses espoirs à la baisse en course (12e), la faute à un pneu arrière qu’il ne parvint pas à exploiter. La semaine suivante, sa qualification de Losail (21e) fut sa pire en MotoGP à la régulière, et il termina à la porte des points (16e). Avant de faire un peu mieux aux essais à Portimao (17e), puis de chuter en course alors qu’il s’approchait du top-10.

« Deux courses ne peuvent pas décider du futur de Valentino », disait son bras-droit Uccio au retour du Qatar, convaincu que son poulain allait redresser la barre. Seulement, cela fait bien plus que deux courses que le Docteur n’est plus dans le bon wagon.

Des dix dernières épreuves auxquelles il a participé, Valentino Rossi n’a ramené que 25 points. Loin, très loin, du rendement des autres pilotes Yamaha – 111 points pour Franco Morbidelli, 105 pour Fabio Quartararo, 90 pour Maverick Viñales. S’ajoutent des passages en Q2 de plus en plus rares, et seulement 5 séances d’essais sur 34 terminées dans le top-10 depuis son retour à la compétition, en novembre dernier, après avoir été touché par le Covid-19.

Valentino Rossi – Résultats (2020-2021)

FP1 FP2 FP3 FP4 Q1 Q2 WUP RACE
Jerez 13 20 8 17 X 11 10 X
Jerez 2 2 8 8 11 X 4 12 3
Brno 8 12 5 5 X 10 12 5
Spielberg 13 9 11 2 2 12 12 5
Spielberg 2 17 9 15 13 5 (15) X 8 9
Misano 11 5 1 8 X 4 14 4
Misano 2 17 12 6 12 X 7 12 X
Barcelone 8 9 8 4 X 3 3 X
Le Mans 8 12 7 4 X 10 12 X
Aragon
Aragon 2
Valence 8 14 8 (18) X 19 X
Valence 2 13 18 17 13 6 (16) X 15 12
Portimao 19 21 20 17 7 (17) X 14 12
Losail 9 9 16 17 X 4 20 12
Losail 2 17 14 9 21 11 (21) X 18 16
Portimao 11 15 14 15 7 (17) X 18 X

La lecture des résultats de ces dernières saisons montre un déclin lent, mais qui s’est brutalement accéléré à la sortie de l’été 2020. Le Grand Prix de Saint-Marin est son dernier terminé dans le top-10, à une 4e place au goût amer après s’ètre fait dérober le podium dans le dernier tour par Joan Mir.

Trois chutes ont suivi : une à Misano 2, une à Barcelone qui a fait particulièrement mal – il se battait pour la victoire –, une au Mans où il est tombé dès le premier virage. Deux courses ont ensuite été ratées à cause d’une infection au Covid-19. Depuis, ses bagarres dépassent rarement le cadre de la 10e/12e place.

Les prochaines épreuves seront cruciales pour la suite de sa carrière. Valentino Rossi s’est laissé jusqu’à la mi-saison pour trancher la question de sa retraite. Arrivent des circuits où il a souvent brillé par le passé : Jerez, Le Mans, le Mugello, Barcelone, où il comptabilise respectivement 16, 13, 14 et 17 podiums.

Au Grand Prix d’Espagne commence donc ce week-end la dernière ligne droite. Celle au bout de laquelle il devra avoir prouvé, et s’être prouvé, qu’il a toujours sa place en MotoGP.

Lecteurs, vous suivez le travail sérieux et passionné de GP-Inside depuis plusieurs saisons. Nous faisons aujourd’hui appel à vous : aidez-nous à continuer en devenant membres Premium. Au programme : site 100 % sans pub, développement du média, contenu exclusif & amélioré, concours à chaque GP, et bien plus encore. Merci du soutien !

Leadership

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments