Rossi-Marquez : « La relation s’est détériorée après l’Argentine »



Jorge Lorenzo situe au Grand Prix d’Argentine 2015 le moment où les rapports entre Valentino Rossi et Marc Marquez se sont tendus.

Qu’elle semble loin, l’époque où Valentino Rossi et Marc Marquez étaient complices. Bien qu’adversaires en piste, les deux hommes s’appréciaient et avaient même partagé une journée au Ranch de Tavullia, où l’Italien avait invité l’Espagnol. Mais les choses se sont compliquées à partir de la saison 2015. Là, Valentino Rossi et Marc Marquez sont allés au clash à plusieurs reprises. Jusqu’au tristement célèbre épisode de Sepang 2015.

À ce moment-là, Valentino Rossi disputait le titre de champion du monde MotoGP contre Jorge Lorenzo. Le Majorquin était donc aux premières loges pour assister à cet affrontement. Cinq ans plus tard, il est revenu dessus au micro de BT Sport. D’après lui, le moment qui a tout fait basculer est l’accrochage lors de la course de Termas de Río Hondo.

Alors qu’il était parti en tête, Marc Marquez s’est fait rejoindre par Valentino Rossi. L’Italien a dépassé l’Espagnol, puis il y a eu contact entre les deux pilotes dans un virage (Marc Marquez était dans la roue de Valentino Rossi, et dans un changement de direction la Yamaha a touché la Honda, provoquant la chute du numéro 93).

« Personnellement, je crois que c’est avec la course en Argentine en 2015 que s’est détériorée la bonne relation qu’il y avait entre eux. Valentino a vu qu’il avait la possibilité de gagner le championnat. Il n’avait pas eu cette option de manière aussi nette depuis, je crois, 2009. Ils se sont touchés dans ce virage. Marc a pensé que la faute de l’accident était de Valentino, et à partir de ce moment la relation a changé. Cela n’a plus jamais été comme avant. » 

À tel point qu’à la fin de la saison, Valentino Rossi a accusé Marc Marquez de vouloir faire le jeu de Jorge Lorenzo : gêner l’Italien en course (à Phillip Island puis à Sepang) afin de permettre à son compatriote espagnol de gagner le titre.

Pour Jorge Lorenzo, peu importe ce qu’il se passait derrière, il estime avoir mérité sa couronne mondiale. « Je fus le plus rapide. Cette année là j’ai remporté plus de victoires, de poles et de tours rapides que tous mes adversaires, rappelle-t-il. Je méritais le triomphe final. Je n’ai pas été champion sans avoir gagné, ou en ayant gagné qu’une ou deux courses. J’en ai gagné sept. »

Rossi-Petronas, c’est en bonne voie

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de

Facebook

Nouvelles Applications

Disponible sur Google Play
Disponible sur Apple App Store