Rossi-Petronas : « Des formalités » à régler



Les négociations Rossi-Petronas-Yamaha suivent leur cours. « Il n’y a rien qui bloque », assure Lin Jarvis, alors que la signature du pilote italien tarde à venir.

Si l’on remonte quelques mois en arrière, pendant le confinement, on se souvient que Valentino Rossi était dans une position délicate : l’Italien devait prendre une décision concernant son futur avant les premières courses de 2020, alors que sa volonté était de disputer quelques Grands Prix pour juger de sa compétitivité. Yamaha n’avait pas le temps d’attendre jusqu’à fin juillet, pouvait-on entendre. Nous sommes fin août et, s’il a bien décidé de continuer en 2021, Valentino Rossi n’a encore posé ses initiales sur aucun contrat

Il est légitime de se demander si à bientôt 42 ans, le nonuple champion du monde ne serait pas encore en train de réfléchir, même s’il affirme que sa décision est prise. C’est notamment l’avis de Carlo Pernat, d’après qui Valentino Rossi doit encore trancher la question. « Tout est réglé », affirmait pour sa part le Docteur avant le Grand Prix d’Autriche. Ce qui coince ? « Nous devons construire le team. Je pense que beaucoup de personnes vont aller d’une équipe à une autre, parce que Fabio et moi échangeons nos positions. » Mi-août, après le Grand Prix d’Autriche, il rassurait ses fans en confirmant que son désir de rouler en 2021 était toujours intact.

Pourquoi, alors, n’y-a-t-il donc toujours pas de signature, si l’envie ne manque ni du côté du pilote, ni de celui de l’équipe ? Lin Jarvis, patron de Yamaha Motor Racing, a fourni ses explications lors du Grand Prix de Styrie : il s’agit de détails à régler dans les contrats entre Valentino Rossi/VR46, l’équipe malaisienne Petronas et le constructeur japonais Yamaha. Un montage pas évident à mettre en place, car chacun y défend ses intérêts.

« Je suis probablement celui qui freine le plus les choses, a reconnu Lin Jarvis au micro de MotoGP.com. C’est un processus compliqué parce qu’il y a trois parties impliquées. Valentino aura un contrat avec Yamaha mais ira dans l’équipe Petronas, qui a ses propres sponsors. Nous avons donc besoin d’un accord tripartite et, croyez-moi, c’est compliqué et ça prend du temps à installer. »

« Samedi j’ai envoyé un rapport complet et final pour tout mettre à sa place. Il y a les représentants juridiques de Malaisie, du Japon et aussi de Valentino, donc c’est compliqué. Mais rien ne le bloque, rien d’important, assure-t-il. Il n’y a aucun blocage, aucune barrière. C’est simplement une question de formalités. »

Le championnat du monde MotoGP doit se rendre à Misano en septembre, pour les Grands Prix de Saint-Marin (du 11 au 13) et d’Émilie-Romagne (du 18 au 20). Misano, c’est aussi « chez » Rossi, à quelques kilomètres de la commune de Tavullia. Faut-il s’attendre à une annonce là-bas, à domicile, alors que des dizaines de milliers de fans vont pouvoir se rendre dans les tribunes après cinq courses à huis clos ?

« J’aimerais que tout soit prêt pour Misano, mais en étant réaliste ce ne sera pas facile d’être prêt dans deux ou trois semaines, indique Lin Jarvis. Nous le ferons savoir, tout est en marche et nous ferons une annonce au moment voulu. »

Championnat MotoGP après le GP de Styrie : 1. Quartararo 70 pts, 2. Dovizioso 67 (-3), 3. Miller 56 pts (-14), 4. Binder 49 pts (-21), 5. Viñales 48 (-22), 6. Nakagami 46 (-24), 7. Rossi 45 (-25), 8. Mir 44 (-26), 9. Oliveira 43 (-27), 10. Espargaro 35 (-35)… Classement complet ici

2021 : Non, Rossi n’a pas changé d’avis après l’Autriche

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de